Centre de presse

Communiqué de presse

Le Congrès mondial contre l’exploitation sexuelle des enfants et des adolescents conclut ses travaux au Brésil

Les nations repartent avec un plan pour protéger les enfants du monde

RIO DE JANEIRO, 28 novembre 2008 - L'exploitation sexuelle des enfants n'est pas inévitable : tel est le message en provenance de Rio de Janeiro à l’issue d’un sommet qui a réuni 137 gouvernements, des enfants, des organisations internationales, des ONG et des entreprises du secteur privé.

Tout en reconnaissant que la lutte pour mettre fin à l’exploitation sexuelle des enfants sera longue et difficile, les délégués réunis au Brésil ont affirmé que les nations se trouvaient en meilleure posture grâce au travail accompli au cours de la conférence et en particulier au plan d’action appelé Déclaration et Plan d’action de Rio pour prévenir l’exploitation sexuelle des enfants et des adolescents et y mettre fin.

« Le Plan d’action de Rio présente des avancées importantes par rapport aux documents précédents et indique de nouvelles stratégies à suivre pour lutter contre de nouvelles formes d’exploitation sexuelle, comme la pornographie sur Internet, la traite d’enfants, l’augmentation de la migration dans le monde. Le Gouvernement du Brésil lui-même a installé un numéro de téléphone spécial pour aider à résoudre les crimes sur Internet qui sont désormais plus faciles à réprimer grâce à la loi présentée par le Président Lula à l’ouverture du Congrès », a dit Mme Carmen Oliveira, Sous-sécrétaire d’Etat à la promotion des droits de l’enfant. « Le fait que le secteur privé et les organisations internationales aient pris à Rio la responsabilité d’orienter les ressources de manière à ce que les pays pauvres puissent mettre au point des plans d’action pour respecter les engagements du plan de Rio est un des résultats très importants de cette réunion », a-t-elle ajouté.

En ce qui concerne la prévention, le Plan d’action de Rio souligne la nécessité d’une stratégie globale, ce qui comprend l’ensemble de lois, de politiques, de règlements et de services que tous les secteurs sociaux – en particulier les secteurs du bien-être social, de l’éducation, de la santé, de la sécurité et de la justice – doivent appliquer pour soutenir les efforts de prévention et atténuer les risques.

Mais pour que ces efforts de prévention portent leurs fruits, il faudra également une transformation des attitudes et pratiques sociales qui tolèrent l’exploitation sexuelle des enfants, les mariages d’enfants par exemple.

« Il n’existe pas une intervention qui protègerait à elle toute seule les enfants de l’exploitation sexuelle », a affirmé M. Nils Kastberg, Directeur régional de l’UNICEF pour l’Amérique latine et les Caraïbes. « La mise en place et le renforcement des systèmes de protection de l’enfant revêtent une importance capitale et exigent l’intervention de toutes les parties prenantes afin d’offrir aux enfants la protection qu’ils méritent ».

Le Plan d’action de Rio demande également aux gouvernements d’approuver des lois qui protègent tous les enfants placés sous leur juridiction, notamment les enfants migrants sans papiers ou ceux qui ont été victimes de la traite, de manière à ce que la loi les protège tous. Les gouvernements sont également priés d’adopter des lois qui ne punissent pas les enfants pour des crimes commis parce qu’ils étaient victimes de l’exploitation sexuelle.

« En dépit des progrès obtenus, comme l’amélioration des cadres juridiques d’un grand nombre de pays, un renforcement des initiatives visant à combattre la traite internationale  des enfants et une meilleure mobilisation des institutions à tous les niveaux pour prévenir ces crimes et les réprimer, de nombreux enfants restent exposés à l’exploitation sexuelle, a rappelé Mme Carmen Madrinan, Directrice exécutive d’ECPAT International, à cause d’un manque d’informations sur la prévalence de l’exploitation sexuelle des enfants, de la tolérance de la société, de l’impunité juridique des auteurs de ces crimes et à cause d’une application incomplète et inconsistante des lois, ce qui laisse la porte ouverte aux criminels du monde entier qui souhaitent avoir des rapports sexuels avec des enfants un peu partout dans le monde, et à cause de l’incapacité à offrir une aide pour le rétablissement et la réinsertion sociale des enfants victimes, ce qui accroît leurs risques de rechute ».

A la différence des Congrès mondiaux précédents, lorsque les recommandations des enfants étaient préparées séparément, les jeunes ont participé à part entière à l’élaboration du Plan d’action de Rio.

« Les enfants et les adolescents ne sont pas seulement des victimes de l’exploitation sexuelle, a dit M. Lennart Reinius, Président du Groupe des ONG pour la Convention relative aux droits de l’enfant, ils font partie de la solution. Nous avions l’occasion sans précédent d’avoir des enfants avec nous au Congrès, partenaires sur un pied d’égalité. Maintenant, il nous incombe à tous de veiller à ce nous respections les engagements pris afin d’avoir des répercussions positives et concrètes sur la vie des enfants et adolescents du monde entier ».
 

À propos de l'UNICEF
L'UNICEF travaille sur le terrain dans  plus de 150 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l'eau et l'assainissement,  une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de gouvernements, d'entreprises, de fondations et de particuliers.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
Tatiara Lima, Gouvernement du Brésil : tatiara@iiicongressomundial.net
Kent Page, UNICEF Brésil ,  +55-61-8166-1648 , kpage@unicef.org
Maria Jose Ravalli, UNICEF LAC,  +55-21-8125-1703 , mjravalli@unicef.org
Geoffrey Keele, UNICEF New York,  +1-917-605-1696, gkeele@unicef.org
Caroline Liou, ECPAT, carolinel@ecpat.net , +55 21 9235 1608
Renata Coccaro, renatac@ecpat.net, +55 21 9268 4653,
Maricruz Tabbia, ECPAT International, maricruzt@ecpat.net, +55 21 9268 4573,
Lisa Myers, Groupe des ONG pour la CDE, myers@childrightsnet.org
Lennart Reinius, Groupe des ONG pour la CDE, lennart.reinius@plan-international.org
Carlos Ely, ANDI, carlosely@andi.org.br


 

 

 

Vidéo (en anglais)

Le reportage du correspondant de l’UNICEF Thomas Nybo sur la cérémonie d’ouverture du troisième Congrès mondial contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  VIDEO  haut | Bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche