Centre de presse

Sujets d'actualité

À la poursuite des mêmes buts : l’UNICEF, les associations religieuses et les enfants

Image de l'UNICEF
Depuis plus de 20 ans, l’Église catholique et l’UNICEF travaillent ensemble pour faire reculer les limites de l’extrême pauvreté et leur impact sur les garçons et les filles d’Amérique latine et des Caraïbes.

« La religion joue un rôle essentiel et, dans la plupart des pays en développement, elle favorise l’intégration dans la vie sociale et culturelle... les représentants des autorités religieuses sont beaucoup plus nombreux que les agents sanitaires. Ils sont en contact plus étroit et plus régulier avec toutes les tranches d’âge de la société et leur parole est très respectée. Dans les communautés traditionnelles, les autorités religieuses ont souvent davantage d’influence que les autorités locales ou les dirigeants communautaires. » [Religious Leaders as Health Communicators (Les autorités religieuses, agents de communication en faveur de la santé). New York, NY : UNICEF, 1995]

Les associations religieuses et les groupes confessionnels sont devenus des partenaires importants de l’UNICEF dans le cadre de ses travaux en faveur des enfants partout dans le monde. Dans les pays en développement, l’UNICEF coopère très étroitement avec les communautés religieuses – avec les groupes bouddhistes et islamiques autant qu’avec les diverses dénominations de la foi chrétienne – dont la doctrine comporte un intérêt pour la santé et le bien-être des populations et plus particulièrement des enfants.

Partout dans le monde, l’UNICEF et les groupes religieux œuvrent main dans la main en faveur des enfants dans le cadre d’un large éventail de programmes relatifs aux droits de l’enfant :

  • Projets pédagogiques pour les enfants non scolarisés ou victimes de sévices
  • Collectes de fonds pour les enfants vivant dans des conditions difficiles
  • Sensibilisation au VIH/SIDA, éducation et prévention de la maladie
  • Lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales et contre le travail des enfants
  • Mise en place des meilleurs soins médicaux possibles pour les enfants
  • Engagement des autorités religieuses en faveur des droits de l’enfant
  • Intégration de la promotion des droits de l’enfant et de la protection de l’enfance dans les programmes d’action sociale dirigés par les églises et les groupes religieux
Image de l'UNICEF
Dans le cadre de son Initiative régionale des autorités bouddhistes, l’UNICEF aide les autorités bouddhistes à favoriser la prévention du VIH/SIDA et les soins aux malades dans la sous-région du Mékong.

En Amérique latine

En Amérique latine et dans les Caraïbes, l’UNICEF et le Conseil épiscopal latino-américain (CELAM) unissent leurs forces depuis plus de 20 ans pour mener à bien divers programmes en faveur de la protection des droits sociaux des enfants, des adolescents et de leurs familles. Tant en République dominicaine qu’au Guatemala et au Brésil, l’UNICEF et le CELAM œuvrent essentiellement dans cinq secteurs : survie et développement de l’enfant; promotion et défense des droits de l’enfant; éducation pour la paix, la démocratie et le développement; éducation préventive dans les situations à risques; action pastorale/ministère destiné aux personnes vivant avec le VIH/SIDA. Suite.

Antigua

Le diocèse du Nord-Est des Caraïbes et d’Aruba (Église anglicane) a ouvert une ligne téléphonique d’assistance et de soutien aux enfants et aux adolescents. En périodes de crises, cette ligne permet aux jeunes d’obtenir des informations confidentielles et précises sur le VIH/SIDA et d’autres problèmes qui les touchent; on les oriente aussi vers tout un réseau d’organisations et de services sociaux. De jeunes bénévoles compétents sont quotidiennement au bout du fil pour répondre à leurs questions.

Colombie

L’UNICEF et plusieurs diocèses travaillent de concert pour améliorer les conditions de vie de la population civile frappée par le conflit interne qui sévit dans ce pays. Une approchée fondée sur les droits est appliquée dans trois secteurs : éducation de base; soins de santé primaire et soutien psychosocial. Depuis janvier 2001, près de 1 000 enfants de moins de 5 ans, environ 5 900 enfants âgés de 5 à 14 ans et 150 femmes enceintes ont eu accès à des services de soins de santé primaire. Par ailleurs, 2 300 membres de familles déplacées et 200 enseignants ont suivi une formation sur la grossesse précoce et les infections transmises par un vecteur. Dans le secteur de l’éducation également, 4 000 enfants d’âge scolaire fréquentant 22 écoles primaires ont été ciblés dans le cadre du volet d’enseignement primaire.

Équateur

L’archevêché de Guayas et l’UNICEF travaillent main dans la main pour promouvoir l’allaitement maternel, la surveillance de la croissance, l’alimentation complémentaire et la consommation d’aliments riches en fer et en vitamine A. L’UNICEF et l’Église catholique se sont aussi alliés pour combattre l’anémie due à une carence en fer chez les femmes enceintes, ainsi que pour améliorer la qualité des services nutritionnels fournis par l’Église catholique dans ses centres de soins et la qualité des soins administrés aux enfants dans les familles.

El Salvador

Le Poligono Industrial Don Bosco, dirigé par un prêtre salésien, apporte une solution à la question épineuse de la prévention de la criminalité chez les adolescents. L’UNICEF conseille aux juges d’enfants de s’adresser au Poligono pour éviter l’incarcération des jeunes placés sous surveillance. L’UNICEF a renforcé les capacités du Poligono et fournit une aide financière aux adolescents en conflit avec la loi, leur offrant un accès à l’éducation et à des stages techniques, un suivi psychologique, des activités sportives et un logement dans les locaux du Poligono.

Venezuela

Depuis 2000, un groupe de communautés s’est organisé et associé au diocèse CARITAS de San Carlos pour favoriser et renforcer tous les aspects du développement des enfants et des adolescents, tout en donnant des moyens d’action aux habitants de l’État de Cojedes, compte tenu des droits de l’enfant. Actuellement, le Conseil communautaire de protection a été créé et dix autres sont prévus.


En Europe

Turquie

Dans le cadre de son programme Savoir pour sauver, l’UNICEF diffuse des informations essentielles sur la prévention des décès et des maladies infantiles, ainsi que sur la protection des femmes pendant la grossesse et l’accouchement. En Turquie, l’UNICEF coopère depuis plusieurs années avec des « imams » – des autorités religieuses de confession musulmane très respectées qui dirigent la prière traditionnelle du vendredi –qui font passer ces informations cruciales en matière de santé. Les imams ont reçu une formation qui leur permet d’informer les parents et tous ceux qui s’occupent d’enfants dans des domaines tels que la santé, l’éducation, l’agriculture et l’hygiène.


En Asie de l’Est et dans le Pacifique

Philippines

L’UNICEF Manille et le Conseil national des Églises des Philippines – composé de 11 des principales dénominations protestantes – travaillent main dans la main dans le cadre d’une initiative (CFLCC) regroupant les communautés confessionnelles locales qui œuvrent en faveur de l’enfance. Ce groupe a publié des guides d’étude des droits de l’enfant s’inspirant de la Bible et encourage la création d’un ministère en faveur des enfants à Manille.

Dans le cadre d’autres initiatives, des prêtres et des évangélistes de plusieurs paroisses intègrent les droits de l’enfant dans leurs homélies du dimanche et les activités de sensibilisation menées dans les villages, communautés et églises.

L’Initiative régionale du leadership bouddhiste – Dans le cadre de son Initiative régionale des autorités bouddhistes, l’UNICEF s’est assuré la participation d’un nombre croissant de moines, religieuses et enseignants laïcs dans la sous-région du Mékong et dans des pays aussi retirés que le Bhoutan, dans le cadre de l’action bouddhiste en faveur de la prévention du VIH/SIDA et des soins aux personnes touchées par la maladie. Ce programme, qui a débuté avec une poignée de personnes motivées, est devenu un programme de sensibilisation hors pair. Les chefs bouddhistes utilisent les idées et les compétences acquises dans le cadre de cette initiative pour mener à bien des activités peu onéreuses et durables de prévention et de soins dans les communautés locales. Ils ont participé à des programmes de prévention destinés aux jeunes, à des activités de soutien spirituel et à la distribution de nourriture et de produits essentiels aux personnes qui vivent avec le VIH/SIDA. Suite de l’article.
En Asie du Sud

Afghanistan

Depuis l’établissement d’une nouvelle administration en Afghanistan à la fin de 2001, l’UNICEF coopère étroitement avec les autorités religieuses afin de promouvoir des programmes clés, notamment sur l’éducation des filles et la santé des enfants. La prière du vendredi est une occasion pour les imams d’apporter leur soutien à la scolarisation des filles, aux journées nationales de vaccination et à d’autres campagnes en faveur de la santé dans l’ensemble du pays; dans les régions où il y a pénurie d’écoles et d’établissements de santé, les mosquées sont utilisées comme salles de classe et centres de vaccination. Suite.

Bhoutan

Au Bhoutan, les soins aux enfants sont souvent guidés par les principes bouddhistes traditionnels. La communauté spirituelle locale, par l’intermédiaire du Corps monastique qui englobe l’ensemble du pays, ainsi que par l’entremise des moines vivant dans des communautés laïques, ainsi que des guérisseurs, shamans et religieuses versés dans les pratiques spirituelles traditionnelles, exerce une immense influence sur la vie quotidienne de la population bhoutanaise. Au Bhoutan, la population qui est très fervente demande conseil aux autorités spirituelles sur toutes sortes de problèmes, y compris les soins aux enfants et leur protection. C’est pourquoi, en 1989, lors d’un atelier exceptionnel organisé par l’UNICEF, ces chefs spirituels qui jouissent de la confiance de la population, ont exploré le rôle potentiel qu’ils pourraient jouer dans la santé. Depuis lors, l’UNICEF coopère avec le gouvernement bhoutanais, le Ministère de la santé et le Conseil des affaires religieuses afin d’harmoniser les services de soins modernes destinés aux enfants avec les convictions religieuses et traditionnelles. Ces chefs spirituels ont instruit leurs communautés et leurs disciples sur des aspects essentiels des soins aux enfants tels que la vaccination, l’hygiène, une nutrition équilibrée, l’eau salubre et l’utilisation de la thérapeutique de réhydratation orale. Suite.

En Afrique

Depuis 1990, l’UNICEF Royaume-Uni et les Églises chrétiennes du pays mènent de concert une activité de collecte de fonds, « Jar of Grace Appeal ». Ces appels ont permis de réunir plus de 150 000 livres sterling en faveur de la vaccination, de l’approvisionnement en sachets de sels de réhydratation orale et en suppléments de vitamine A, ainsi que pour financer des programmes pédagogiques. Suite.

Éthiopie

Le VIH/SIDA a fait des ravages considérables en Éthiopie. Comme la religion joue un rôle important dans la vie des Éthiopiens, l’UNICEF a conclu récemment un accord avec l’Agence norvégienne de développement international (NORAD) afin de mobiliser un large éventail d’autorités religieuses en faveur de la prévention du VIH/SIDA et de l’élimination de l’opprobre qui entoure cette maladie. Diverses personnalités religieuses se sont engagées à informer leurs fidèles – surtout les jeunes – sur les soins à administrer aux personnes qui vivent avec le VIH/SIDA et sur la nécessité d’éliminer la discrimination dont ils sont victimes.


 

 

Recherche