Centre de presse

Communiqué de presse

Les réussites obtenues sont de bon augure pour le succès des efforts accomplis en faveur des enfants de l’Afrique

Un nouveau rapport de l’UNICEF met en lumière les succès obtenus pour la survie de l’enfant en Afrique et les obstacles qui demeurent

TOKYO, 28 mai 2008 – L’UNICEF a demandé aujourd’hui que l’on investisse massivement en faveur de l’amélioration des systèmes de santé en Afrique subsaharienne afin de tirer parti des réussites obtenues récemment et d’aider les enfants qui n’ont pas suffisamment accès aux soins de santé.

L’appel a été lancé lors de la présentation de la première édition du rapport sur La Situation des enfants en Afrique 2008 à la Quatrième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD IV), organisée au Japon.

« Chaque année, près de 10 millions d’enfants meurent avant d’avoir cinq ans et la moitié de ces décès surviennent en Afrique », a fait valoir la Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman. « On peut sauver des vies lorsqu’il existe des systèmes de santé intégrés au niveau de la communauté », a-t-elle ajouté.

Le rapport note que les cinq pays qui se trouvent essentiellement au nord du Sahara – l’Algérie, l’Egypte, la Libye, le Maroc et la Tunisie – ont fait chuter leurs taux de mortalité de l’enfant d’au moins 45 pour cent entre 1990 et 2006, ce qui devrait leur permettre d’atteindre la cible de l’Objectifs du Millénaire pour le développement concernant la survie de l’enfant, c'est-à-dire diminuer des deux tiers la mortalité des enfants de moins de cinq ans d’ici à 2015.

Dans l’Afrique subsaharienne, la mortalité des moins de cinq ans a diminué de 14 pour cent entre 1990 et 2006, mais comme un enfant sur six y meurt avant d’atteindre l’âge de cinq ans, on a pu dire que l’Afrique subsaharienne était la région du monde où les enfants avaient le plus de mal à survivre.

La Situation des enfants en Afrique 2008 offre des données et présente des analyses de la situation des enfants du continent. Le rapport décrit les succès récents et propose des actions et programmes concrets qui pourraient sauver la vie des enfants.

Le rapport esquisse les grandes lignes des réussites obtenues ces derniers temps dans les domaines de la survie de l’enfant et des soins de santé primaire en Afrique subsaharienne :

  • Dans quatre des pays les moins avancés du monde, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Malawi et le Mozambique, les taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans ont plongé de 40 pour cent depuis 1990;
  • Le nombre de décès dus à la rougeole en Afrique subsaharienne a chuté de 91 pour cent entre 2000 et 2006, un résultat spectaculaire;
  • Seize pays africains ont triplé leur couverture en ce qui concerne les moustiquaires imprégnées d’insecticide, pour la protection contre le paludisme, depuis 2000;
  • Les taux d’allaitement exclusif au sein ont augmenté, de 22 pour cent en 1996 à 30 pour cent en 2006 dans l’ensemble de l’Afrique subsaharienne;
  • La consommation de suppléments en micronutriments a augmenté;
  • L’accès à un traitement des mères et enfants séropositifs au VIH s’améliore, mais il était très limité au départ;
  • Entre 2004 et 2006 la couverture des traitements antirétroviraux, contre la prévention de la transmission du virus de la mère à l’enfant, a été multipliée par trois dans l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe; et
  • Un consensus est en train d’apparaître entre gouvernements et autres acteurs importants sur les bonnes stratégies à appliquer pour améliorer encore les chances de survie des enfants et des mères.

Le rapport insiste également sur la nécessité d’organiser un continuum de soins, sur la durée et dans des lieux différents : de la grossesse à l’accouchement, puis aux soins postnatals, aux soins au nouveau-né, à l’enfant, à l’adolescent, et dans la famille et la communauté jusqu’à la clinique locale, l’hôpital du district et encore au-delà.

« Les services et pratiques qu’il faut adopter pour éviter les décès d’enfants en Afrique sont bien établis » a rappelé Mme Veneman. « Le rapport décrit les vaccinations, les moustiquaires imprégnées d’insecticide et les suppléments de vitamine A, trois interventions qui ont contribué à diminuer le nombre de décès d’enfants ces dernières années », a-t-elle ajouté.

La Situation des enfants en Afrique 2008 demande instamment à toutes les parties prenantes – gouvernements, institutions internationales, organisations non gouvernementales, société civile et secteur privé – de se rallier derrière les objectifs de la survie des mères, des nouveau-nés et des enfants.

#####

Note aux rédactions :
La Situation des enfants en Afrique 2008 accompagne le rapport sur La Situation des enfants dans le monde, un des fleurons des publications de l’UNICEF, et offre une perspective africaine des tendances concernant la survie et la santé des enfants. Ce rapport sera lancé le mercredi 28 mai à l’ Intercontinental Yokohama, à 15h30, heure du Japon.

A l’attention des organismes de télévision :
Des images vidéo sont disponibles gratuitement sur le site: www.thenewsmarket.com/unicef.

À propos de l’UNICEF:
L’UNICEF est à pied d’oeuvre dans plus de 150 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements. http://www.unicef.org/french

Pour de plus amples informations :
Najwa Mekki, UNICEF New York, +1-212-326-7162, nmekki@unicef.org


 

 

 

Recherche