Centre de presse

Communiqué de presse commun

L’ONU lance l’Année internationale de l’assainissement pour faire face à la crise mondiale

NEW YORK, 21 novembre 2007 –L’Organisation des Nations Unies a officiellement donné aujourd’hui le coup d’envoi de l’Année internationale de l’assainissement pour accélérer les progrès en faveur des 2,6 milliards de personnes qui vivent sans installations sanitaires adéquates dans le monde. Chaque année, l’eau insalubre, des moyens d’assainissement inadéquats et le  manque d’hygiène contribuent au décès d’un million et demi d’enfants.

« L’assainissement est étroitement lié à la quasi totalité des Objectifs du Millénaire pour le développement, notamment ceux qui ont trait à l’environnement, à l’éducation, à l’égalité des sexes et à la réduction de la mortalité infantile et de la pauvreté », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon. « On estime que 42 000 personnes meurent chaque semaine de maladies imputables à la mauvaise qualité de l’eau et à l’absence d’installations d’assainissement correctes. Cette situation est inacceptable. »

L’Année internationale de l’assainissement, 2008, est l’année spéciale que l’Assemblée générale des Nations Unies a choisie en décembre 2006 pour inciter la communauté internationale à donne un rang de priorité élevé à cette crise mondiale.

« Aujourd’hui, nous passons du stade de la planification à celui de la mise en oeuvre », a déclaré Son Altesse Royale Willem-Alexander, Prince d’Orange des Pays-Bas, qui préside le Conseil consultatif sur l’eau et l’assainissement auprès du Secrétaire général de l’ONU.  « Il est essentiel que les progrès s’accélèrent pour atteindre la cible de l’Objectif du Millénaire pour le développement relatif à l’assainissement, tout comme les autres objectifs de développement. »

Bien qu’entre 1990 et 2004, plus de 1,2 milliard de personnes aient eu accès à de meilleurs  moyens d’assainissement dans le monde, on estime que 2,6 milliards d’individus – dont 980 millions d’enfants – en sont encore privés. La communauté internationale doit accélérer les progrès pour atteindre la cible de l’Objectif du Millénaire pour le développement qui vise à réduire de moitié, d’ici à 2015, le nombre de personnes vivant sans installations d’assainissement de base, comme de simples latrines par exemple.

Si l’évolution actuelle se poursuit, 2,4 milliards de personnes vivront sans installations d’assainissement de base en 2015. Et le bilan est lourd chez les enfants qui manquent l’école, tombent malades, souffrent de malnutrition, vivent dans la pauvreté ou meurent prématurément.

L’assainissement améliore la dignité, le respect de la vie privée et la sécurité, surtout pour les femmes et les filles. Les écoles équipées d’installations sanitaires décentes permettent aux enfants, notamment aux filles qui arrivent à la puberté, de rester dans le système d’éducation.

« Dans les écoles, des toilettes propres, sûres et dignes, ainsi que des éviers pour se laver les mains, contribuent à s’assurer que les filles reçoivent l’éducation dont elles ont besoin et qu’elles méritent », a déclaré Mme Ann M. Veneman, Directrice générale de l’UNICEF.  « Lorsque les filles sont instruites, c’est toute la communauté qui en profite. L’Année internationale de l’assainissement souligne la nécessité d’investir dans des équipements d’assainissement corrects partout dans le monde ». L’absence de toilettes expose les femmes à la violence si elles sont obligées de déféquer après la tombée de la nuit et dans des endroits isolés. 
 
Pendant cette année, de grandes conférences régionales sur l’assainissement seront organisées dans le cadre d’initiatives de renforcement des capacités, dont une sera spécialement consacrée à l’assainissement en milieu scolaire. La création de partenariats publics et privés sera aussi encouragée pour exploiter au mieux les avantages comparatifs des deux secteurs, afin d’accélérer les progrès, de sensibiliser et de mobiliser l’opinion sur la question de l’assainissement, de négocier des financements supplémentaires et de concevoir des feuilles de route dans chaque pays.

On estime que l’amélioration des installations d’assainissement pourrait faire baisser de plus d’un tiers le nombre de décès de jeunes enfants liés à la diarrhée. Et si l’on ajoute à cela la promotion de l’hygiène -- apprendre à bien se laver les mains, par exemple -- deux tiers de ces décès pourraient être évités. Le développement économique et social bénéficierait aussi de cette initiative dans les pays où le manque d’hygiène est la cause principale de l’absentéisme au travail et à l’école pour cause de maladie.

Le progrès nécessite une vaste coopération dans le cadre de partenariats publics et privés, la participation des communautés et la mobilisation du public. Un investissement annuel d’environ 10 milliards de dollars peut permettre de réduire de moitié le nombre de personnes qui n’ont pas accès à un assainissement de base d’ici à 2015. S’il est maintenu, ce même investissement pourrait permettre d’équiper le monde entier en sanitaires d’ici dix ou vingt ans. Cette somme représente moins d’un pour cent des dépenses militaires faites dans le monde en 2005, un tiers environ des achats d’eau en bouteille dans le monde, ou à peu près ce que les Européens dépensent en crèmes glacées chaque année. Bien que les fonds nécessaires pour l’assainissement ne soient pas énormes, le retour sur cet investissement pourrait être considérable.

Le lancement de cette année à thème, qui durera jusqu’à la fin de 2008, a été organisé par le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU (DAES) en collaboration avec le Groupe de travail de l’ONU sur l’eau et l’assainissement. Des États membres de l’ONU, des ONG, des associations de citoyens, des chercheurs, des entreprises du secteur privé et des membres du Conseil consultatif du Secrétaire général y ont assisté.

« L’assainissement n’est pas un gros mot; c’est un facteur essentiel du bien-être humain et du développement durable », a dit M. Sha Zukang, Sous-secrétaire général pour les affaires économiques et sociales. « Nous devons mettre en lumière cette crise silencieuse ».

Pour toutes informations supplémentaires :

Martina Donlon, Département de l’information de l’ONU
Tél : 212 963 6816, Courriel : donlon@un.org

Kate Donovan, UNICEF Médias
Tél : 212 326 7452, Courriel : kdonovan@unicef.org

Ou visitez le site : www.sanitationyear2008.org


 

 

 

Vidéo (en anglais)

21 Novembre 2007 :
La correspondante de l'UNICEF, Anwulika Okafor, présente le lancement de l'Année internationale de l'assainissement 2008.

 VIDEO  haut | bas
Recherche