Centre de presse

Communiqué de presse

V-DAY et l’UNICEF demandent que l’on mette fin aux viols et tortures sexuelles des filles et des femmes dans l’Est de la République démocratique du Congo

La fondatrice de V-Day, Mme Eve Ensler (The Vagina Monologues) lance une campagne contre le viol des filles et des femmes de la République démocratique du Congo dans le magazine Glamour

New York, 6 août 2007 -  Déterminée à faire la lumière sur les actes de violence commis contre les filles et les femmes de la République démocratique du Congo, Mme Eve Ensler, auteur connue de pièces de théâtre, a réalisé une chronique de ses rencontres avec des femmes de l’Est de RDC, une région où la violence sexuelle est devenue une arme de guerre banale. Son article paraît aujourd’hui dans le magazine Glamour.

Depuis 1996, la violence sexuelle à l’encontre des femmes et des enfants de cette région de la RDC a été utilisée pour torturer et humilier femmes et filles et détruire des familles entières. L’UNICEF estime que des centaines de milliers de filles et de femmes ont été violées depuis le début du conflit en RDC. Outre ses graves répercussions psychologiques, la violence sexuelle laisse les femmes qui y survivent avec des lésions de l’appareil génital, des fistules traumatiques et autres blessures physiques, ainsi que des grossesses non désirées et des infections sexuellement transmissibles, notamment le VIH.

La campagne “Stop Raping Our Greatest Resource, Power To The Women And Girls Of The Democratic Republic Of Congo” (« Halte au viol  de nos ressources les plus précieuses, le pouvoir aux femmes et filles de la République démocratique du Congo ») est lancée par les femmes de l’Est de la RDC, V-Day et l’UNICEF au nom de l’Action de l’ONU contre la violence sexuelle dans les conflits. La campagne demande que l’on arrête la violence et que l’on mette fin à l’impunité pour les auteurs de ces atrocités.

« Avant d’aller au Congo, j’avais passé ces 10 dernières années à travailler sur V-Day, le mouvement mondial pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles. J’étais allée dans les ‘mines de viol’ du monde, des endroits comme la Bosnie, l’Afghanistan et Haïti, des endroits où le viol était utilisé comme une arme de guerre. Mais rien de ce que j’avais vu ne m’a donné une impression aussi atroce et terrifiante que ce qui se passe ici, les tortures sexuelles et la tentative d’élimination de la femme. La violence les menace toutes, les jeunes filles comme les femmes âgées des villages. On peut appeler cela un ‘femicide’, le mot n’est pas trop fort, on peut dire aussi que l’avenir des femmes du Congo est gravement menacé, ce n’est pas exagéré », a déclaré Mme Ensler.

Dans son article, Mme Ensler décrit sa visite de juin à l’hôpital Panzi à  Bukavu, un établissement dont l’UNICEF finance l’assistance médicale, les conseils et le soutien concret aux femmes qui ont été victimes de violences sexuelles. L’article révèle les détails personnels de ce qu’elles ont vécu, salue leur courage indomptable et le travail de personnalités héroïques, comme le Dr Denis Mugwebe, de l’hôpital de Panzi, où de nombreuses rescapées, de jeunes filles souvent, sont soignées.

La Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman, qui s’est rendue elle aussi dans cette région de l’Est de la République démocratique du Congo, a ajouté : « Quand vous parlez à ces femmes et à ces filles, quand vous les écoutez raconter ce qui leur est arrivé, vous comprenez tout à fait l’environnement catastrophique dans lequel elles vivent. Des tâches simples, comme ramasser du bois ou chercher de l’eau, les exposent à de graves dangers. Il est impératif de leur permettre de vivre dans un environnement sûr ».

La campagne « Halte au viol de nos ressources les plus précieuses, le pouvoir aux femmes et filles de la République démocratique du Congo », demande la fin de l’impunité pour les auteurs d’actes de violence sexuelle, des mesures pour s’assurer que les forces armées de l’Etat et la police ne commettent pas d’actes de violence sexuelle contre les femmes et les filles, et l’application dans leur intégralité des lois nationales qui protègent les femmes et leur donnent les moyens de se prendre en charge.

En RDC, des partenaires comme l’hôpital Panzi Hospital, Coopi et HEAL Africa ainsi que des rescapées, des femmes à des postes de responsabilité et des militantes locales consigneront les récits des victimes, organiseront des ateliers d’éducation et diffuseront des informations sur la violence sexuelle par le biais d’émissions de radio, de bandes dessinées, de pièces de théâtre, de chansons, de tracts et un site Internet. Des groupes de femmes de la communauté et des groupes de rescapées seront encouragés à intervenir et à se faire entendre à tous les niveaux du gouvernement, ainsi qu’au sein de la justice et de la police.

V-Day mettra également en lumière les femmes de la République démocratique du Congo dans sa campagne Spotlight (« Coup de projecteur ») 2009, en diffusant partout des informations grâce à des milliers de galas annuels V-Day et au travail de militants. Les campagnes « Coup de projecteur » précédentes ont porté sur Haïti, l’Iraq, l’Afghanistan, le Mexique et l’Inde.

Les fonds obtenus financeront les groupes locaux et fourniront un appui psychologique, des services médicaux et une aide juridique sur le terrain. Un des éléments cruciaux de ces efforts sera la création d’une « Cité de la joie » à Bukavu –  un centre pour les rescapées qui n’ont plus de famille, de communauté ou la capacité d’avoir des enfants. La Cité de la joie leur donnera un havre sûr où elles recevront une éducation, une formation qui leur permettra de prendre des responsabilités et la possibilité de gagner leur vie.

Comment vous pouvez aider : 

  • Ecrivez au Président de la RDC, Son Excellence Joseph Kabila Kabange, Président de la RD du Congo, en insistant pour que le gouvernement fasse davantage d’efforts pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles et traduire les auteurs de ces violences en justice. Envoyez les lettres à Action against Sexual Violence in Conflict, C/O  UN Action Against Sexual Violence in Conflict, P.O. Box 3862, New York, NY 10163.
  • Devenez un des supporteurs fondateurs de la Cité de la joie en envoyant un don.
  • Informez-vous sur le sujet, informez vos amis, alertez votre communauté. Organisez des groupes de lecture et renseignez-vous sur la situation des femmes et des filles en RDC et dans d’autres zones de conflit dans le monde.

Pour de plus amples informations : http://www.vday.org/drcongo

CONTEXTE :

À propos de V-Day
V-Day est un mouvement mondial visant à mettre fin à la violence contre les femmes et les filles qui collecte des fonds et sensibilise les populations au problème grâce à l’organisation de productions de gala de la pièce The Vagina Monologues. L’auteur de la pièce, primée aux Etats-Unis, est Eve Ensler, qui est également la fondatrice du mouvement. En 2007, plus de 3 000 événements V-Day ont eu lieu aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde. Le mouvement V-Day a récolté plus de 50 millions de dollars, a expliqué la question de la violence contre les femmes à des millions de personnes et a présenté les efforts réalisés pour y mettre fin. Il a élaboré des campagnes d’éducation, des campagnes médiatiques, des messages d’intérêt public; il a également lancé le programme Karama au Moyen-Orient, rouvert des abris, et financé plus de 5 000 programmes contre la violence ainsi que des refuges au Kenya, au Dakota du Sud, en Egypte et en Iraq. Le « V » de V-Day signifie Victoire, Valentine et Vagin.   http://www.vday.org

***

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF est à pied d’œuvre dans plus de 150 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements. http://www.unicef.org/french

Pour de plus amples informations :
Geoffrey Keele, UNICEF, 212-326-7583, gkeele@unicef.org
Susan Celia Swan/Kate Fisher, 917-865-6603, press@vday.org


 

 

 

Vidéo (en anglais)

7 août 2007 :
La Directrice générale de l'UNICEF, Ann M. Veneman, parle de la réunion avec des victimes de violence sexuelle en Rep. Dem. du Congo oriental et les efforts de l'UNICEF pour arrêter la violence sexuelle dans le monde entier.

 VIDEO haut | bas

6 août 2007 :
Pamela Shifman, Responsable à l'UNICEF de la protection des enfants explique le problème de la violence contre les filles et les femmes en RD Congo.

 VIDEO haut | bas

Recherche