Centre de presse

Note d'actualité

L’UNICEF demande que l’on protège les enfants de la Somalie et met en garde contre le danger des munitions non explosées

GENEVE, 3 août  2007 – L’UNICEF reste affligé par l’impact de la violence sur les enfants de Mogadishu et demande à toutes les parties au conflit d’assurer la sécurité des civils, et des enfants en particulier. Au moins 20 enfants ont péri le mois dernier au cours du conflit qui fait rage dans la capitale de la Somalie. De nombreux enfants se sont enfuis avec les centaines de milliers de personnes chassés de la ville par les combats ces derniers mois. La majorité des personnes déplacées sont des enfants, des femmes et des personnes âgées.

Les enfants sont les victimes directes des vacillements du processus de paix. La conférence de  réconciliation nationale qui s’est ouverte le 15 juillet a été la cible de plusieurs offensives. Le 19 juillet, des obus de mortiers tirés sur les bâtiments de la conférence ont manqué leur cible mais ont tué cinq enfants qui jouaient tout près de là. Les combats se sont propagés au marché de Bakara, obligeant de nombreux commerces à fermer, et portant atteinte aux moyens d’existence de centaines de familles.

« Ces meurtres arbitraires d’enfants bafouent tout progrès sur la voie de la réconciliation, a déclaré le Représentant de l’UNICEF Christian Balslev-Olesen. Pour que la Somalie progresse, il faut veiller à ce que ses citoyens les plus vulnérables ne soient pas attaqués. De nombreux enfants du pays ne peuvent tout simplement pas jouer dehors ou aller à pied à une mosquée sans risquer de se faire tuer ».

Au début du mois, cinq enfants en toute pour une mosquée ont été tués lorsque l’un d’eux a touché sans savoir ce que c’était un engin qui n’avait pas explosé. L’incident met en lumière le danger permanent des munitions non explosées, des mines et autres engins explosifs. Lorsque les combats ont commencé à la fin de 2006, la Somalie – et Mogadishu en particulier – se sont trouvées aux prises avec le fléau nouveau et meurtrier des munitions non explosées. Elles jonchent les rues de nombreuses zones de la ville, y compris les quartiers résidentiels. Le nombre d’accidents monte en flèche et ce sont souvent des enfants qui en sont victimes. Depuis deux mois, l’UNICEF fait diffuser à l’antenne des radios de la capitale et des environs des messages sur le danger des mines. Il appuie également la formation, assurée par Handicap International, de personnes chargées au sein des communautés de la protection des enfants. Une partie de ce personnel sera déployé à Mogadishu. L’UNICEF poursuit également son appui technique au PNUD, qui est en train de mettre sur pied un Centre d’action contre les mines dans le sud de la Somalie.

« Les mines et autres munitions non explosées sont la triste réalité de l’environnement suite aux conflits, a constaté M. Balslev-Olesen, et cela fait 16 ans que les enfants de Somalie tentent de se relever après chaque nouveau conflit. Ce dernier mois nous rappelle que cet effroyable danger est omniprésent et il faut, au minimum, lancer une campagne massive d’information pour que les familles soient mises au courant des dangers de ces engins d’apparence inoffensive ».
On a signalé à l’UNICEF que des forces du Gouvernement fédéral de transition avaient mené des raids dans des écoles à la recherche de partisans du groupe islamiste chassé du pouvoir et de terroristes internationaux. Trois enseignants et 20 élèves ont été interpellés.

Le climat d’insécurité actuel entrave les activités humanitaires d’organisations comme l’UNICEF. Divers programmes --  acheminement d’eau par camion citerne, chloration de l’eau et sensibilisation aux questions d’hygiène -- sont en cours pour éviter l’apparition de maladies d’origine hydrique mais ils sont tributaires de la situation en matière de sécurité.

***

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF est à pied d’œuvre dans plus de 150 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements.

Pour de plus amples informations :
Patrick McCormick, UNICEF Médias New York, 212 326 7426, pmccormick@unicef.org
Rafael Hermoso, UNICEF Médias New York, 212 326 7516, rhermoso@unicef.org
Véronique Taveau, UNICEF Médias Genève, Tél. : +41 22 909 5716 vtaveau@unicef.org


 

 

 

Recherche