Centre de presse

Note d'actualité

L’UNICEF et l’OMS interviennent face à l’épidémie de rougeole en Corée du Nord

Pyongyang, Bangkok, Genève, New York, 14 mars 2007 – Face à une importante flambée de rougeole en République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord), l’UNICEF et l’OMS lancent une campagne nationale de vaccination du 14 au 16 mars 2007. Au cours de la première phase, l’objectif est de vacciner six millions d’enfants âgés de 6 mois à 15 ans.

Depuis l’apparition des premiers cas en novembre de l’an dernier, 3 500 personnes ont contracté la maladie dans 30 des 204 districts coréens; deux adultes et deux nourrissons sont décédés. Les dernières données indiquent que 40 pour cent des cas sont recensés parmi les jeunes de 11 à 19 ans et 9 pour cent chez les enfants de moins de cinq ans, d’après l’UNICEF et l’OMS.

Une équipe technique commune comprenant quatre experts des deux institutions se trouve en Corée du Nord à l’heure actuelle pour aider à la planification et à la mise en œuvre de la campagne.

Lorsque les premiers cas se sont déclarés, on a cru que c’était la rubéole, car aucun cas de rougeole n’avait été recensé en Corée du Nord depuis 1992, et rares sont les agents de santé du pays qui savent en reconnaître les symptômes. C’est pourquoi la rougeole n’a pu être identifiée qu’après confirmation des laboratoires. Après que le Ministère de la santé publique nord-coréen eut déclaré qu’il s’agissait d’une épidémie nationale le 16 février, des représentants de ce ministère, de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, de l’UNICEF et de l’OMS se sont réunis à Pyongyang pour planifier la réponse.

« La rougeole est hautement contagieuse, mais totalement évitable, affirme Gopalan Balagopal, Représentant de l’UNICEF en Corée du Nord. Pour que la campagne soit réussie, nous devons veiller à vacciner chaque enfant qui court le risque de la contracter. » Il a fait remarquer que la concentration des cas parmi les adolescents et les jeunes adultes porte à croire qu’il s’agissait d’individus n’ayant pas bénéficié d’une vaccination de routine pendant la crise humanitaire des années 1990.

L’UNICEF, qui a acheté 6,3 millions de vaccins, se charge de financer la première phase de la campagne antirougeoleuse. La deuxième phase, qui doit commencer le 10 avril, sera financée conjointement par l’UNICEF, l’OMS et d’autres donateurs et tentera de toucher 10,2 millions d’individus âgés de 16 à 45 ans. La Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge fournit pour 200 000 dollars de vitamine A, qui sera distribuée pendant la campagne de vaccination pour renforcer la résistance des enfants à la maladie et améliorer leurs chances de survivre, de grandir et de se développer.

Au total, plus de 16 des 22 millions d’habitants du pays seront vaccinés, pour un coût d’environ 6,3 millions de dollars. C’est le gouvernement qui se chargera de tous les frais de fonctionnement, estimés à 2,5 millions de dollars.

La rougeole, qui se propage par les airs, est l’une des maladies les plus contagieuses que l’on connaisse.

Suite à des campagnes de vaccination accélérées en Afrique et en Asie, les décès dus à la rougeole dans le monde sont passés d’environ 873 000 en 1999 à environ 345 000 en 2005, soit une réduction de 60 pour cent à l’échelle planétaire. En dépit de ces progrès, la rougeole reste l’une des principales causes de décès évitables par vaccin chez les enfants.

A propos de l’UNICEF

L’UNICEF est à pied d’œuvre dans 155 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements.

Pour de plus amples informations :

Madeline Eisner, UNICEF Bangkok (+ 66 8) 170 1 4626, meisner@unicef.org
Miranda Eeles, UNICEF Genève (+41 22) 909  5715, meeles@unicef.org
Rafael Hermoso, UNICEF New York (+1 212) 326 7516, rhermoso@unicef.org


 

 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche