Centre de presse

Les pays riches ont généralement réussi a répondre aux besoins élémentaires des enfants mais ils ont encore des progrès à faire en matière de bien-être de l’enfant

Lancement du Bilan 7 : La pauvreté des enfants en perspective

BERLIN/FLORENCE, 14 février 2007 - Le Centre de recherche Innocenti de l’UNICEF diffuse aujourd’hui le Bilan 7, axé sur le bien-être des enfants et des adolescents dans les pays économiquement avancés, qui fournit la première évaluation générale en la matière.

Les six dimensions retenues pour mesurer le bien-être de l’enfant – bien-être matériel, santé et sécurité, éducation, relations avec la famille et les pairs, comportements et risques, et sentiment subjectif de bien-être des jeunes eux-mêmes – présentent un cadre général de la situation des enfants, aucune de ces dimenstions ne représentant valablement à elle-seule le bien-être des enfants dans son ensemble.

Ce rapport innovateur montre que ces 21 pays de l’OCDE ont tous des progrès à faire et qu’aucun d’entre eux n’arrive en tête dans les six dimensions examinées.

“Tous les pays doivent remédier à certaines faiblesses” dit la directrice du Centre Innocenti, Marta Santos Pais. “Aucune dimension ne représente valablement à elle-seule le bien-être des enfants dans son ensemble, et dans plusieurs pays de l’OCDE les classements varient considérablement selon les diverses dimensions de la vie des enfants.”

Selon le Bilan, les petits pays de l’Europe du Nord dominent la moitié supérieure du classement, en particulier les Pays-Bas, la Suède, le Danemark et la Finlande. Il n’existe pas de lien étroit ou systématique entre le PIB par habitant et le bien-être des enfants. La République tchèque, par exemple, obtient un classement général de bien-être des enfants supérieur à celui de plusieurs pays européens bien plus riches. Aucun pays ne figure dans le tiers supérieur du classement pour toutes les six dimensions du bien-être de l’enfant.

En soulignant que la Convention relative aux droits de l’enfant appelle tous les pays à investir dans leurs enfants “dans toutes les limites des ressources dont ils disposent”, Mme Santos Pais a dit que la comparaison internationale était un moyen de mesurer cet engagement. “On ne peut pas dire qu’un pays fasse tout ce qu’il peut pour ses enfants quand d’autres pays présentant le même degré de développement économique font beaucoup mieux. L’objectif des tableaux de classement est de le démontrer.”

Premier pas

Le rapport Innocenti se veut un premier pas vers un contrôle régulier et général du bien-être de l’enfant à travers les pays de l’OCDE. Sa portée est assujettie à la disponibilité de données comparables sur le plan international (ce qui explique l’absence de points clés comme la santé mentale et émotionnelle ou l’abandon et la maltraitance). L’UNICEF espère toutefois que le Rapport encouragera les pays à recueillir des données plus complètes et plus à jour. 

Les politiques publiques doivent aborder le bien-être des enfants sous de nombreux aspects. Des niveaux donnés de bien-être des enfants ne sont pas inéluctables et témoignent de ce qu’il est possible de faire pour améliorer la vie des enfants.

“Toutes les familles, dans les pays de l’OCDE de nos jours, sont conscientes de ce que le monde de l’enfance est revu et corrigé par des forces dont le but n’est pas forcément le bien-être supérieur de l’enfant. De même, un vaste public prend de plus en plus conscience qu’une grande partie des problèmes sociaux corrosifs affectant la qualité de la vie ont leur origine dans l’écologie changeante de l’enfance. De l’avis de beaucoup, il est grand temps d’essayer de regagner la compréhension, le contrôle et la maîtrise des événements qui se produisent durant les années les plus importantes et les plus vulnérables de la vie de nos enfants. Ce processus commence par l’évaluation et le suivi. C’est en tant que contribution à ce processus que le Centre de recherche Innocenti de l’UNICEF publie cette première tentative d’une vue d’ensemble multidimensionnelle du bien-être de l’enfant dans les pays de l’OCDE”. (Bilan Innocenti 7, page 39)

NOTE AUX EDITEURS
La série des Bilans, qui présente des “tableaux de classement” sur des aspects donnés du bien-être de l’enfant dans les pays du monde les plus avancés sur le plan économique (pays membres de l’OCDE), vise à déterminer les domaines dans lesquels les sociétés peuvent faire des progrès pour aider les enfants à développer toutes leurs potentialités, au-delà de l’accès universel aux services de base en matière d’éducation, de santé, de nutrition et de logement.

Le matériel médiatique et les exemplaires du Bilan en anglais, français, espagnol et italien sous embargo sont disponibles à partir de la Newsroom du Centre Innocenti:
http://www.unicef-icdc.org/presscentre/indexNewsroom.html

Pour plus de renseignements, prière de contacter :

Centre de recherche Innocenti de l’UNICEF
Salvador Herencia,  tel (+39 055) 203 3354,UNICEF IRC,  email: sherencia@unicef.org
Patrizia Faustini, tel (+39 055) 203 3253, UNICEF IRC, email: pfaustini@unicef.org

Bureau régional de l’UNICEF Genève
Miranda Eeles, tel. bureau (+41 22) 909 5715, Mobile   : (+41) 79 204 4482

QG UNICEF NY
Angela Hawke, tel. (001 212) 326 72 69


 

 

 

Recherche