Centre de presse

Communiqué de presse commun

L’ONU condamne l’augmentation massive du nombre de viols au Darfour

New York, le 9 octobre 2006 – Les actes de violence perpétrés par les groupes en guerre contre les femmes et les enfants du Darfour atteignent des niveaux alarmants. Depuis qu’il a éclaté en 2003, ce conflit civil est marqué par une violence extrême. Mais ces derniers mois, le nombre d’attaques contre les femmes et les filles augmente en flèche, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des camps de personnes déplacées.

Cette recrudescence de la violence contre les femmes et les enfants s’explique entre autres par le fait que de nombreux groupes différents commettent de tels crimes. Les parties en guerre, qui cherchent à se venger de leurs adversaires en infligeant des punitions humiliantes aux civils, se moquent ouvertement de leurs obligations au regard du droit international. De plus, rien n’indique que les coupables soient activement recherchés, et encore moins punis, pour leurs crimes.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH), le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM) et le Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés appellent toutes les parties au conflit à respecter les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et rappellent au Gouvernement soudanais qu’il lui incombe d’enquêter avec rigueur et transparence sur tous les crimes – et en particulier ceux commis contre des femmes et des enfants –et de traduire leurs auteurs en  justice. De plus, des efforts supplémentaires doivent être consentis pour protéger les victimes qui dénoncent les crimes et protéger la population en général.

Les institutions exhortent les forces de l’Union africaine à reprendre leurs patrouilles régulières dans les zones où circulent les civils, pour mieux les protéger. Elles appellent toutes les parties, y compris les groupes armés à l’intérieur des camps de déplacés, à mettre fin à leurs actes de violence, en particulier contre les femmes et les filles. Enfin, les organisations non gouvernementales qui fournissent une aide aux victimes de la violence doivent pouvoir accomplir leur travail à l’abri des tentatives d’intimidation et d’obstruction.

***
A propos de l'UNICEF
Depuis 60 ans, l'UNICEF est le principal défenseur de la cause des enfants. En menant des programmes sur le terrain dans 156 pays, il aide les jeunes à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF travaille pour la santé et la nutrition des enfants, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles, et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de gouvernements, d'entreprises, de fondations et de particuliers

Pour de plus amples informations :
Kristin Hetle (UNFPA): Tel +  212 297 5020

William Orme (UNDP): Tel + 212 906 5388, 917 607 1026

Stephanie Bunker (OCHA): Tel + 917 367 5126, 917 892 1679

Nanette Braun (UNIFEM): Tel + 212 906 6829

Laurence Gerard (Special Representative of the Secretary-General on Children in Armed Conflict): Tel + 212 963 0984

Gordon Weiss (UNICEF): Tel + 917 498 4083


 

 

 

Recherche