Centre de presse

5e Journée de la FIFA contre la discrimination - la FIFA distribue un carton rouge au racisme

Soutien total de Nelson Mandela

Les 30 juin et 1er juillet 2006, la FIFA s'appuiera sur la compétition sportive la plus populaire au monde - la Coupe du Monde de la FIFA - pour organiser sa 5e Journée contre la discrimination et pour transmettre à des milliards de supporters dans le monde entier ce même message de lutte contre le racisme que partagent unanimement tous les acteurs de la planète football. Avant le coup d'envoi de chacun des matches de quarts de finale, les capitaines des deux équipes liront une déclaration affirmant leur rejet du racisme, non seulement dans le football mais aussi dans la société en général. Les équipes et les officiels de match poseront également ensemble, dans le cadre du protocole officiel d'avant-match, derrière une bannière qui portera le message sans équivoque « Say no to racism » (« Dites non au racisme »).

Bien que le rejet de toute forme de discrimination doive s'appliquer toute l'année, la Journée de la FIFA contre la discrimination donne à la famille du football l'opportunité de se réunir et de condamner avec davantage de force ce fléau de la société à travers le monde entier. « La FIFA accorde une grande importance au respect des valeurs ethniques. Notre sport, qui est le plus populaire au monde, a le pouvoir de lutter contre le racisme. Il est pour chacun un moyen d'intégration et permet de ce fait à tous de comprendre que la couleur de peau n'est pas un facteur déterminant au quotidien, ni dans notre vie ni dans notre sport. Le football est une école de la vie qui doit promouvoir des valeurs de compréhension mutuelle et de cohabitation », a déclaré le Président de la FIFA, Joseph S. Blatter.

« Nous sommes ravis d'avoir été informés de cette importante initiative, 'Say No to Racism'. La FIFA intervient ici à point nommé sur un problème de société majeur qui n'est toujours pas résolu à l'heure actuelle. Le sport peut promouvoir le bien et jouer à ce titre un rôle essentiel dans la lutte pour les Droits de l'Homme. Je ne peux malheureusement pas être parmi vous en Allemagne mais soyez sûrs que je soutiens pleinement l'initiative de la FIFA », a déclaré Nelson Mandela, ancien président d'Afrique du Sud et Prix Nobel de la Paix.

« La FIFA a franchi une étape courageuse. L'instance dirigeante du football mondial a choisi d'elle-même de placer la compétition sous la bannière de la lutte contre le racisme. Il est clair que cette journée contre la discrimination ne résoudra pas le problème mais elle permettra de véhiculer un message fort. Ce projet nous touche tous. C'est magnifique de voir que la FIFA soutient notre combat », a souligné Tokyo Sexwale, membre de la Commission d'Organisation de la Coupe du Monde de la FIFA 2010 qui milite pour les Droits de l'Homme en Afrique du Sud.

C'est dans ce même état d'esprit que la FIFA et l'UNICEF ont élaboré conjointement une campagne pour la Coupe du Monde de la FIFA 2006 intitulée « UNITE FOR CHILDREN, UNITE FOR PEACE » (« Unissons-nous pour les enfants, pour la paix ») et dont l'objectif est de souligner l'importance de la protection des enfants avant tout. « Les adultes influencent les attitudes et les comportements des enfants dès leur plus jeune âge. Le racisme et la discrimination sont synonymes de mépris et d'humiliation d'autrui, que cela soit pour des raisons de sexe, de race, d'handicap ou d'autres. Je félicite la FIFA pour son engagement contre le racisme et la discrimination », a déclaré Ann M. Veneman, directrice exécutive de l'UNICEF.

Les activités menées contre la discrimination et le racisme dans le cadre de la Coupe du Monde dépassent de loin les 12 stades et la Journée de la FIFA contre la discrimination. Lors de chacun des 64 matches, un disque où figurent le slogan « Le rendez-vous de l'amitié » et le message « Say no to racism » recouvre le centre du terrain depuis l'ouverture du stade jusqu'au coup d'envoi du match. Les 736 joueurs et tous les membres de délégation des 32 équipes ont également signé une déclaration en faveur du fair-play et contre les paris, le racisme et la discrimination.

En outre, le réseau FARE (football contre le racisme en Europe), la FIFA et le Comité Organisateur Local ont uni leurs forces pour contribuer à instaurer une ambiance positive durant la Coupe du Monde de la FIFA 2006 sans frontières ethniques, religieuses ni nationales. « Je suis convaincu que notre partenariat avec le réseau FARE est une étape supplémentaire importante dans notre lutte contre ces comportements racistes honteux. J'ai entendu dire que les collaborateurs de FARE chargés de contrôler les stades et leurs abords n'avaient jusqu'à présent fait mention d'aucun incident majeur. Ceci est la preuve que nous sommes sur la bonne voie », a déclaré Blatter. « Mais nous avons besoin de tous les amateurs de football pour lutter contre ce fléau. Nous sommes tous des ambassadeurs du football. Maintenant que nous avons développé ce sport et que nous l'avons apporté au monde, il est désormais temps de bâtir ensemble un meilleur avenir grâce au football. »

***

Pour de plus amples informations, prière de s'adresser à :

Département des médias de la FIFA - Tél. : +41-43/222 7272, fax : +41-43/222 7373


 

 

 

Recherche