Centre de presse

Communiqué de presse

Le travail des enfants prive les jeunes de leur enfance et entrave leur développement

De nombreux enfants qui travaillent sont privés d’école, de soins de santé et ne sont pas protégés contre la violence

NEW YORK, 12 juin 2006 – Par centaines de millions, des enfants sont contraints de travailler alors même qu’ils devraient apprendre et jouer. Ces enfants, mais aussi leurs familles et leurs pays, perdent ainsi l’occasion de se développer et de prospérer, a déclaré l’UNICEF aujourd’hui.

« Ces enfants sont spoliés de leur enfance même », a déclaré aujourd’hui Mme Ann M. Veneman, Directrice générale de l’UNICEF, lors de la Journée internationale contre le travail des enfants. « La majorité des enfants qui travaillent souffrent loin des regards, sans que le bras de la loi puisse les atteindre et les protéger. Beaucoup d’entre eux ne reçoivent ni soins de santé de base, ni éducation, ni nutrition adéquate. Ils sont privés de la protection et de la sécurité que devaient leur offris leur communauté et leur famille ».

On estime à 246 millions le nombre d’enfants qui travaillent dans le monde. Quelque 180 millions de jeunes de 5 à 17 ans (ou 73 pour cent de tous les enfants qui travaillent) se livreraient aux pires formes du travail des enfants, par exemple, dans des mines, où les conditions sont périlleuses, ou au contact de machines dangereuses. La servitude pour dette ou d’autres formes d’esclavage affectent  quelque 5,7 millions d’enfants ; 1,8 million sont obligés de se livrer à des activités de prostitution ou de pornographie et 600 000 exercent d’autres activités illicites.
 
Mme Veneman a déclaré que l’éducation, qui est un élément fondamental du cadre de protection nécessaire pour mettre les enfants à l’abri de l’exploitation, est un moyen très efficace de prévenir le travail des enfants.

Supprimer les obstacles qui empêchent les enfants d’être inscrits à l’école est l’objectif que s’est fixé l’Initiative d’abolition des frais de scolarité lancée en 2005 par l’UNICEF et la Banque mondiale. L’UNICEF collabore aussi avec l’Organisation internationale du Travail et d’autres partenaires pour promouvoir des politiques, mobiliser des ressources et mettre en place des mesures concrètes visant à éliminer le travail des enfants.

Parmi ces programmes, on peut citer le Projet d’éducation de base en faveur des enfants urbains difficiles à atteindre (BEHTRUC) que soutient l’UNICEF au Bangladesh. Depuis 1997, ce projet a offert une éducation non conventionnelle à     346500 jeunes travailleurs, dont la moitié étaient des filles. Ces enfants, qui ont entre 8 et 14 ans, travaillent principalement comme domestiques ou sont employés dans des usines. Le gouvernement soutient le programme par l’entremise d’un réseau de 151 organisations non gouvernementales et offre des incitations financières aux familles des enfants pour compenser la perte de revenu.

Outre qu’ils sont privés d’éducation, les enfants qui travaillent sont souvent victimes de mauvais traitements, de violences physiques ou psychologiques ou de sévices de la part de leurs chefs, de leurs collègues ou de personnes qu’ils ne connaissent pas. La violence à l’égard des enfants sur leur lieu de travail est l’une des cinq questions prioritaires abordées dans l’Étude du Secrétaire général sur la violence contre les enfants, un rapport qui sera publié en octobre.

Pour protéger les jeunes contre le travail des enfants et d’autres formes d’exploitation, l’UNICEF s’efforce d’instaurer un environnement protecteur pour tous les enfants. Dans un tel environnement, des efforts individuels et collectifs sont fournis à tous les niveaux de la société pour faire respecter les lois qui protègent les enfants, mettre en place les services nécessaires, donner aux enfants et aux personnes qui s’occupent d’eux toutes les informations et les compétences dont ils ont besoin pour prévenir la violence et y faire face, et pour s’opposer à toutes les formes de discrimination.

« La lutte contre le travail des enfants doit s’appuyer sur une volonté politique et sur des partenariats à grande échelle », a dit Mme Veneman. « Les parents, les dirigeants des communautés, le secteur privé et les gouvernements doivent prendre leurs responsabilités pour s’assurer que les enfants ne sont pas exploités sur le lieu de leur travail. »

***

A propos de l'UNICEF
Depuis 60 ans, l'UNICEF est le principal défenseur de la cause des enfants. En menant des programmes sur le terrain dans 155 pays, il aide les jeunes à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF travaille pour la santé et la nutrition des enfants, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles, et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de gouvernements, d'entreprises, de fondations et de particuliers.

Pour toute information supplémentaire, s’adresser à :
Karen Dukess, UNICEF Media, +1 212 303 7910


 

 

 

Vidéo (en anglais)

9 juin 2006: le Conseiller de UNICEF sur la protection de l’enfance Gopalan Balagopal explique l’impact du travail des enfants sur leur bien-être et leur développement.

 VIDEO haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche