Centre de presse

Communiqué de presse

Inculpation pénale pour recrutement d’enfants soldats : une étape décisive pour la protection des enfants

NEW YORK, 18 mars 2006 – L’arrestation vendredi de Thomas Lubanga, accusé par la Cour pénale internationale d’avoir recruté et enrôlé des enfants et de les avoir utilisés lors des combats en République démocratique du Congo, envoie, a dit l’UNICEF, un message important : la communauté internationale ne tolérera pas l’utilisation d’enfants lors des conflits armés. Cela prouve que la répression des crimes perpétrés contre des enfants constitue une  grande  priorité pour la communauté internationale.

« Il est important de protéger les enfants afin qu’ils ne soient pas recrutés et utilisés dans des conflits armés », explique la Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman. « Les enfants ne doivent jamais faire la guerre. Qu’ils soient recrutés de force, ou qu’ils se joignent à des groupes armés pour échapper à la pauvreté ou à la faim, ou qu’ils proposent leurs services pour soutenir une cause, c’est toujours leur enfance qu’ils perdent en premier lieu. »

D’après les estimations de l’UNICEF, jusqu’à 300 000 enfants dans le monde participent à tout moment à des groupes et des forces armés, dans divers rôles, notamment en tant que combattants, cuisiniers, porteurs, messagers, espions et à des fins sexuelles.

Thomas Lubanga, citoyen du Congo et fondateur et chef présumé de l’Union des Patriotes Congolais (UPC), a été arrêté à Kinshasa vendredi et transféré à la Cour pénale internationale de La Haye dans le cadre de procédures judiciaires entamées en vertu du Statut de Rome. D’après ce Statut, qui est entré en vigueur en juillet 2002, le recrutement, l’enrôlement et l’utilisation d’enfants de moins de quinze ans dans des hostilités menées par des forces armées nationales ou des groupes armés constituent un crime de guerre.

Le Statut de Rome stipule que les individus incriminés peuvent avoir à répondre de leurs actes au pénal. Thomas Lubanga est la première personne qui ait été arrêtée et transférée à la Cour pénale internationale depuis l’entrée en vigueur du Statut de Rome.

L’UNICEF s’emploie depuis longtemps à aider et à protéger les enfants en période de conflit. L’UNICEF préconise l’adoption à l’échelle nationale de normes juridiques internationales qui restreignent la participation des enfants aux conflits armés, s’efforce d’obtenir la libération d’enfants soldats et apporte son soutien à des programmes de désarmement, de démobilisation et de réinsertion dans des pays tels que l’Afghanistan, le Libéria et la République démocratique du Congo.

Pour en savoir plus, veuillez contacter :
Kate Donovan, UNICEF New York,  212 326 7452


 

 

 

Recherche