Centre de presse

Communiqué de presse

Plus que quatre pays d’endémie poliomyélitique, un minimum historique

L'action d'éradication aborde une phase nouvelle avec l'introduction dans le monde entier des vaccins monovalents

Genève/Evanston/Atlanta/New York, 1 février 2006 - Le nombre de pays enregistrant des cas de poliomyélite autochtones est tombé à quatre - un minimum historique - alors que la campagne d'éradication aborde une phase nouvelle avec l'introduction de vaccins de nouvelle génération dirigés contre les deux dernières souches virales survivantes.

En 2006, les vaccins monovalents dirigés contre les deux souches virales constitueront le principal outil d'éradication dans les pays encore touchés par la poliomyélite - c'est ce qu'ont annoncé les principaux partenaires de la campagne d'éradication - l'Organisation mondiale de la Santé, le Rotary International, les Centers for Disease Control des Etats-Unis d'Amérique et l'UNICEF - ce qui permettra de s'attaquer aux poliovirus type 1 et 3.

L'annonce de cette nouvelle phase a coïncidé avec la confirmation que le poliovirus autochtone ne circulait plus en Egypte et au Niger depuis plus de 12 mois. C'est la première fois en trois ans que le nombre de pays d'endémie poliomyélitique a reculé, de sorte qu'il ne reste plus que le Nigeria, l'Inde, le Pakistan et l'Afghanistan où la transmission de la poliomyélite autochtone n'a jamais cessé.

"Dans toute l'histoire attestée de notre pays, la poliomyélite a toujours été endémique," a déclaré le Dr Hatem Mostafa El-Gabaly, Ministre égyptien de la Santé. "Les meilleurs outils de notre époque ont fini par abattre cet ennemi avec lequel nous vivions depuis le temps des pharaons". Le vaccin monovalent dirigé contre le poliovirus type 1 circulant en Egypte a été utilisé dans ce pays en mai 2005 pour les campagnes de vaccination.

Contrairement à l'Egypte - où le défi pour l'éradication était la très forte transmission dans des villes densément peuplées - le Niger se trouvait face à des groupes humains clairsemés, parfois nomades, répartis sur un vaste territoire séparé du Nigéria, principal réservoir mondial de poliovirus, par une frontière à forte densité de circulation. De multiples campagnes de vaccination ont été prévues au Niger dans les moindres détails pour garantir la vaccination des enfants jusque dans les zones les plus reculées et les zones frontalières. En 2005, les neuf cas de poliomyélite signalés au Niger étaient tous dus à l'importation du poliovirus depuis le Nigéria.

Les succès enregistrés au Niger et en Egypte s'expliquent par les efforts intensifs déployés en 2004-2005 pour mettre fin à l'épidémie de poliomyélite en Afrique et accélérer l'introduction des vaccins monovalents dans

certaines zones. Durant le dernier trimestre de 2005, le nombre de cas de poliomyélite en Inde et au Pakistan a diminué de plus de moitié par rapport à l'année précédente, grâce à l'application de stratégies de vaccination plus efficaces et à l'utilisation de vaccin monovalent.

"Pour exploiter pleinement ces nouveaux outils, l'engagement des autorités à tous les échelons au Nigéria  doit être maintenu à un niveau élevé  afin que tous les enfants soient bien vaccinés", a souligné Jonathan Majiyagbe, de Kano (Nigéria), ex-président du Rotary International, une organisation qui a apporté une contribution de plus de US $ 600 millions aux efforts pour libérer le monde de la poliomyélite en mettant aussi d'innombrables volontaires au service de l'initiative. On constate que 90 % des cas de poliomyélite au Nigéria surviennent dans huit des 37 Etats du pays.

Outre la vaccination de masse avec les vaccins monovalents dans les quatre pays d'endémie, il faudra organiser en 2006 des campagnes à large échelle avec ces vaccins dans huit pays - dont la Somalie, l'Indonésie et le Yémen - afin d'interrompre la circulation de poliovirus récemment importés. Problème important pour l'issue de ces campagnes, il manque US$ 150 millions, qu'il faut trouver le plus rapidement possible. Pour la période 2007-2008, il faudra US$ 425 millions supplémentaires pour la campagne d'éradication.

Notes aux éditeurs: L’initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite est dirigée par des gouvernements, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Rotary International, les Centers for Disease Control and Prevention des Etats-Unis d’Amérique (CDC) et l’UNICEF.

La coalition pour l’éradication de la poliomyélite rassemble les gouvernements des pays où la poliomyélite est encore présente, des fondations du secteur privé (Fondation pour les Nations Unies, Fondation Bill & Melinda Gates) ; des banques de développement (Banque mondiale) ; des gouvernements donateurs (Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Emirats arabes unis, Espagne, Etats-Unis d’Amérique, Fédération de Russie, Finlande, France, Irlande, Italie, Japon, Luxembourg, Malaisie, Monaco, Nouvelle-Zélande, Norvège, Oman, Pays-Bas, Portugal, Qatar, Royaume-Uni et Suède) ; la Commission européenne, des organisations humanitaires et non gouvernementales (Société nationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge) et des entreprises (Sanofi Pasteur, De Beers, Wyeth). Les bénévoles des pays en développement jouent aussi un rôle capital ; ils ont été 20 millions à participer aux campagnes de vaccination de masse.

Circulation du poliovirus sauvage: Entre 1988 et 2004, grâce aux activités mondiales d'éradication, le nombre de cas de poliomyélite est passé de 350 000 par an à 1189 cas seulement. En 2005, ce nombre est remonté à 1831 (au 17 janvier 2005) au pic de l'épidémie qui, apparue dans le nord du Nigéria, a touché entre 2003 et 2005 21 pays auparavant exempts de poliomyélite.

Le dernier poliovirus sauvage signalé en Egypte a été trouvé dans un échantillon prélevé dans l'environnement le 13 janvier 2005. Les neuf cas de poliomyélite enregistrés au Niger en 2005 résultaient tous de l'importation du poliovirus depuis le Nigéria. Il reste quatre pays où la poliomyélite est endémique: Nigéria, Inde, Pakistan et Afghanistan. Huit pays ont signalé la circulation de poliovirus importé au cours des six derniers mois: Angola, Ethiopie, Indonésie, Népal, Niger, Somalie, Tchad et Yémen.

Type de poliovirus: La poliomyélite est provoquée par le poliovirus type 1, type 2 ou type 3. Le poliovirus type 2 a été éliminé. Contre le poliovirus type 1 ou 3, il semble que le vaccin antipoliomyélitique oral monovalent (VPO) agisse plus vite que le VPO trivalent classique pour conférer une immunité contre ces types spécifiques de poliovirus. Utilisé pour la première fois dans le cadre de l'initiative d'éradication en 2005, le VPO monovalent semble avoir mis fin à la transmission en Egypte et dans certaines régions de l'Inde.

Pour plus de renseignements, s'adresser à:

Sona Bari, OMS/Genève, +41 79 475 5511, baris@who.int
Oliver Rosenbauer, OMS/Genève, +41 22 791 3832, rosenbauero@who.int
Wayne Hearn, Rotary International/Chicago, +1 847 866 3386, wayne.hearn@rotary.org
Linda Venczel, CDC/Atlanta, +1 404 639 8906, lav4@cdc.gov
Claire Hajaj, UNICEF/New York, +1 646 331 4547, chajaj@unicef.org
Pour plus de renseignements sur l'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite, voir www.polioeradication.org, le site PolioPlus de Rotary International http://www.rotary.org/foundation/polioplus/, www.cdc.gov ou www.unicef.org/polio


 

 

 

Recherche