Centre de presse

Communiqué de presse commun

Les ministres des pays islamiques tiennent une conférence historique sur l’enfance

La première Conférence islamique des ministres chargés de l’enfance mettra l’accent sur les actions urgentes à mettre en œuvre pour faire face à la pauvreté, aux maladies et au manque d’accès à l’éducation et à la protection.

Rabat, 7 novembre 2005- De hauts représentants provenant de plus de 50 pays islamiques et d’une vingtaine d’organisations internationales ont tenu une conférence visant à remédier de manière véritable et durable à la situation de plus du quart des enfants du monde, lesquels souffrent de manière disproportionnelle de pauvreté, de malnutrition et de maladies.

La première Conférence islamique des ministres chargés de l’enfance, qui a ouvert ses travaux aujourd’hui à Rabat, au Royaume du Maroc, reflète la reconnaissance par les chefs des gouvernements islamiques du fait que les défis qui se posent aux enfants dans leurs pays requièrent de leur part une attention urgente et un intérêt tout particulier. Elle renouvelle, par ailleurs, leur engagement à renforcer la coopération en faveur des enfants.

Cette conférence de trois jours est conjointement organisée par l’Organisation de la Conférence islamique (OCI), l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) et l’UNICEF, en réponse à une résolution spéciale sur « la protection de l’enfant dans le Monde islamique » adoptée à l’unanimité par les Etats membres de l’Organisation du Sommet islamique, lors du Sommet de l’OCI (Malaisie, 2003).

«Les pays de l’OCI s’appuient sur les atouts que leur offrent les valeurs islamiques – l’effort personnel, la solidarité et la protection des groupes vulnérables – pour réaffirmer leurs engagements envers leurs enfants, » a déclaré le Secrétaire général de l’OCI, le Professeur Ekmeleddin Ihsanoglu. Et d’ajouter : « nous espérons que cette conférence novatrice sera couronnée par des recommandations concrètes qui seront de nature à renforcer la capacité des Etats membres de l’OCI à améliorer les conditions de vie des enfants, honorer les engagements que nous avons pris en vertu des conventions internationales et atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement. »

Les Etats membres de l’OCI comptent le quart de la population infantile mondiale qui s’élève à 2,3 milliards d’enfants, à travers l’Afrique, l’Asie et le Moyen-Orient. La subvention aux besoins des enfants des pays islamiques et la garantie de leurs droits détermineront dans une large mesure la réussite de tous les efforts déployés pour lutter contre la pauvreté, accélérer le développement humain et promouvoir la paix et la sécurité dans le monde.

Les dirigeants mondiaux, dont le Secrétaire général des Nations Unies, M. Kofi Annan, ont fortement soutenu cette conférence. « Je pense qu’œuvrer pour le bien-être des enfants est la meilleure façon de mettre en relief la solidarité islamique. Ainsi, je tiens à féliciter l’OCI, l’ISESCO et l’UNICEF pour cette importante initiative, » a-t-il déclaré.

Dans les pays de l’OCI, environ 4,3 millions d’enfants de moins de cinq ans meurent chaque année de maladies évitables et de malnutrition – plus de 60% d’entre eux avant d’atteindre leur premier anniversaire. Environ six millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition ; cet état se traduit par un retard de croissance caractérisé par une taille inférieure à la moyenne pour l’âge. Près de 23% de la population totale n’ont pas accès à l’eau potable et 45% n’ont pas accès à des moyens d’assainissement. Les enfants d’Afrique subsaharienne, en particulier, sont confrontés à une crise provoquée par les conflits armés, le VIH/SIDA et la pauvreté qui met leur vie en danger.

«Certes, nombreux sont les exemples qui reflètent les progrès réalisés en faveur des enfants dans les pays islamiques, mais la situation d’un certain nombre de ces pays continue de susciter une grande inquiétude, » a affirmé Rima Salah, Directrice générale adjointe de l’UNICEF et chef de la délégation de l’UNICEF à la conférence.

Les gouvernements de l’OCI doivent travailler en partenariat et les institutions financières régionales et internationales, la société civile et le secteur privé doivent  fournir les fonds et l’assistance technique nécessaires pour apporter une véritable amélioration à la situation des enfants. Un accroissement significatif de l’aide au développement est nécessaire et il est souhaitable, au sein de l’OCI, que les Etats membres les plus riches prêtent assistance aux  plus pauvres et acheminent systématiquement leur aide de manière à répondre aux besoins les plus urgents des enfants.

Plus de 200 participants à la conférence interviendront sur des questions spécifiques aux Etats membres de l’OCI à travers quatre axes principaux : la santé et le VIH/SIDA ; l’éducation de qualité et la culture ; la protection contre l’abus, l’exploitation et la violence ; et la mobilisation des ressources. Les participants discuteront des efforts des pays islamiques pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement, les défis relevés en la matière, les meilleures pratiques à mettre en œuvre et le renforcement de la coopération en vue d’accélérer le progrès en faveur des enfants. Les recommandations issues de la Conférence seront soumises pour adoption et soutien aux prochaines sessions de la Conférence islamique des ministres des affaires étrangères et du Sommet islamique.

«En assurant le bien-être et l’épanouissement du potentiel de 600 millions d’enfants dans les pays islamiques, nous aurons grandement contribué à la paix, à la prospérité et au progrès des générations à venir, » a déclaré Dr Abdulaziz Othman Altwaijri, Directeur général de l’ISESCO, ajoutant à ce propos : « Nous avons la certitude que l’élan dont il a été fait preuve ici à Rabat donnera naissance à une nouvelle détermination et sensibilisera à la nécessité de relever d’urgence tous les autres défis ».

******
L'Organisation de la Conférence islamique :
L'Organisation de la Conférence islamique (OCI) est la deuxième plus grande organisation intergouvernementale du monde, après l'Organisation des Nations Unies. Elle regroupe 57 Etats membres et 4 Etats observateurs. En vertu de sa Charte, l'OCI vise à encourager la solidarité et la coopération entre ses membres et les Etats observateurs, et à renforcer la coopération dans les domaines politiques, économiques, sociaux, culturels, humanitaires, scientifiques et autres sphères. L'OIC jouit du statut d'observateur auprès des Nations Unies, sur une base réciproque, et coopère avec les Nations Unies dans tous les domaines d'intérêt commun, y compris dans les efforts accomplis par les gouvernements des Etats Membres pour encourager le développement social et économique de leurs pays et de leurs peuples.

L'Organisation islamique pour l'Education, les Sciences et la Culture :
L'Organisation islamique pour l'Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) est une organisation intergouvernementale spécialisée qui a été créée en mai 1982. Elle vise à renforcer et encourager la coopération entre les États membres dans les domaines de l'éducation, des sciences, de la culture et de la communication. Elle  vise également à développer les sciences appliquées et à utiliser les technologies avancées dans le cadre des valeurs et des idéaux islamiques, à consolider l'entente entre les peuples musulmans et à contribuer à l'instauration de la paix et de la sécurité dans le monde, en particulier par le biais de l'éducation, des sciences, de la culture et de la communication.

L'UNICEF
L'UNICEF est depuis près de 60 ans la première organisation du monde consacrée aux enfants. Elle travaille sur le terrain dans 157 pays pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de la petite enfance jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins pour pays pauvres, l'UNICEF travaille pour la santé et la nutrition des enfants, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles, l'accès à l'eau salubre et à l'assainissement et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation et le VIH/SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de gouvernements, d'entreprises, de fondations et de particuliers.

Pour de plus amples informations :

Liza Barrie, UNICEF New York Tél : (+1) 646.207.5178
Claire Hajaj, UNICEF New York Tél : (+1) 646 331 4547
Anis Salem, Bureau régional de l’UNICEF pour le Moyen Orient et l’Afrique du nord, (+962)79.557.9991
El Kebir Mdarhri Alaoui, UNICEF Rabat, (+212) 37.75.97.41
Najib Rhiati, ISESCO


 

 

 

Vidéo (en anglais)

7 novembre 2005:
Un extrait de l'intervention vidéo de la Directrice générale de l'UNICEF, Ann M. Veneman, présentée à la première Conférence islamique des ministres chargés de l'enfance.

bas | haut débit (Real player)


7 novembre 2005:
Le reportage du correspondant de l'UNICEF, Thomas Nybo, sur la journée inaugurale de la conférence.

bas | haut débit (Real player)


3 novembre 2005 :
La correspondante de l'UNICEF Karen Cirillo parle sur la première Conférence islamique des ministres chargés de l'enfance

bas | haut débit
(Real player)

UNICEF FOCUS (en anglais)

Recherche