Centre de presse

Communiqué de presse

Un nourrisson sur quatre est toujours exposé aux maladies évitables par la vaccination

Chaque année, quelque 27 millions d’enfants et 40 millions de femmes enceintes ne sont pas vaccinés ; dans 41 pays, les enfants sont moins bien protégés aujourd’hui qu’il y a 10 ans.

NEW YORK, 29 septembre 2005 – Les dernières statistiques pays par pays révèlent que, malgré la disponibilité de vaccins bon marché, les progrès accomplis en faveur de la protection des enfants et des femmes contre les maladies évitables par la vaccination ne sont pas satisfaisants, selon une étude publiée aujourd’hui par l’UNICEF.

Chaque année depuis 1990, la vaccination de routine a permis d’immuniser plus de 70 % des enfants de la planète. En 2002, lors de la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies, la communauté internationale a adopté un objectif spécifique à atteindre d’ici à 2010 : vacciner au moins 90 % des enfants de moins d’un an, dans chaque pays.

Ce numéro de Progrès pour les enfants montre que 103 pays protègent déjà 90 % de leurs enfants contre les maladies évitables par la vaccination et que 16 autres pays affichent des progrès réguliers. Par contre, dans 74 pays, les programmes n’ont pas été maintenus ou les progrès sont trop lents. Chaque année dans le monde, 130 millions d’enfants naissent et viennent grossir les rangs des enfants à vacciner.

« La vaccination permet d’éviter chaque année environ 2 millions de décès d’enfants de moins de cinq ans, » a déclaré la Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman, lors du lancement à New York de Progrès pour les enfants. « La vaccination est l’une des interventions les plus sûres et les plus économiques que nous connaissions. Nous devons protéger les acquis dans de nombreux pays et redoubler d’efforts dans d’autres. »

Près de 10,6 millions d’enfants de moins de cinq ans meurent chaque année. Près des deux tiers de ces décès sont évitables, en particulier le 1,4 million de décès dus à des maladies que la vaccination permettrait de prévenir. Les maladies les plus meurtrières sont la rougeole, l’haemophilus influenzae de type b (Hib), la coqueluche et le tétanos néonatal. Toutes ces maladies peuvent être évitées grâce à des vaccins qui sont disponibles aujourd’hui.

Dans un avenir proche, encore 1,1 million de décès pourraient être évités grâce aux vaccins contre les pneumocoques et les rotavirus, qui sont très souvent à l’origine des cas graves de pneumonie et de diarrhée dans les pays en développement. Au total, les programmes de vaccination pourraient réduire de pratiquement un quart le nombre de décès d’enfants de moins de cinq ans si l’on mettait en place une couverture de plus de 90 % par la vaccination de routine.

« En améliorant la couverture vaccinale, en adoptant les nouveaux vaccins aussitôt qu’ils sont disponibles et en reliant la vaccination à d’autres interventions, comme la distribution de moustiquaires pour lutter contre le paludisme, nous pouvons nous rapprocher considérablement de l’Objectif du Millénaire pour le développement qui consiste à améliorer la survie de l’enfant, un des objectifs essentiels », a ajouté Mme Veneman.

La couverture vaccinale de routine (et spécifiquement la vaccination contre la rougeole) est un indicateur de base qui permet de suivre les progrès accomplis en faveur de la réalisation de l’Objectif 4 du Millénaire pour le développement - réduire de deux tiers la mortalité des enfants de moins de 5 ans entre 1990 et 2015. Progrès pour les enfants utilise la couverture vaccinale de routine contre la rougeole comme l’aune à laquelle mesurer la protection contre les six principales maladies infantiles évitables par la vaccination : la rougeole, la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, la tuberculose et la poliomyélite. Progrès pour les enfants classe ensuite les pays sur la base de leur taux annuel moyen d’accroissement de la couverture vaccinale depuis 1990.

L’analyse régionale figurant dans le rapport révèle de profondes inégalités entre les enfants. En 2003, l’année la plus récente pour laquelle nous disposons de données globales, 90 % des enfants du monde industrialisé étaient protégés par la vaccination. Les décès dus à des maladies évitables par la vaccination sont rares aujourd’hui dans ces pays. Dans leur grande majorité, les pays d’Amérique latine et des Caraïbes, d’Europe centrale et orientale, de la Communauté d’États indépendants, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, ont également accompli des progrès. Cependant, la majorité des pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale, où 52 % seulement des enfants sont vaccinés systématiquement, doit améliorer rapidement ses programmes de vaccination.

Mais les nouvelles ne sont pas toutes mauvaises. Les taux de couverture dans certains pays pauvres en ressources se sont fortement améliorés.  L’Érythrée a élargi son taux de couverture de routine,  de 18 % en 1990 à  84 % en 2003, le Niger de 25 % à 64 % et l’Ouganda de 52 % à 82 %.

Par ailleurs, selon un article publié récemment dans The Lancet, la mortalité liée à la rougeole a reculé de près de 50 % au cours des cinq dernières années, grâce au succès des campagnes de vaccination de masse contre cette maladie. Au cours des cinq prochaines années, la rougeole pourrait prendre la tête des principales maladies évitables par la vaccination à devenir rares dans les pays en développement.

Pour de plus amples informations :
Erica Kochi, UNICEF New York, 212 326 7785,
Oliver Phillips, UNICEF New York, 212 326 7583,


 

 

 

Vidéo

Septembre 2005 :
Le correspondant de l’UNICEF, Thierry Delvigne-Jean, parle du rapport Progrès pour les enfants sur la vaccination dans le monde.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes :
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Présentation multimédia (en anglais)

Recherche