Centre de presse

Communiqué de presse

La Directrice générale de l’UNICEF adresse la conférence Beijing+10

En commémoration du 10ème anniversaire de la Quatrième Conférence mondiale sur les femmes de 1995, Beijing+10 s’est ouvert ce matin au Palais du peuple de Beijing

BEIJING, 29 août 2005 – La Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman, qui effectue en Chine une visite de cinq jours, a fait part de ses réactions lors de la journée d’ouverture, à la séance plénière de l’après-midi. Tout d’abord, elle a souligné la nécessité de ne pas perdre de vue les petites filles à Beijing+10 et plus tard, car la discrimination liée au sexe peut commencer très tôt dans la vie. Mme Veneman a observé que les huit

Objectifs de développement du Millénaire avaient un impact sur les enfants et elle a souligné l’importance des programmes et des partenariats de l’UNICEF qui favorisent l’égalité hommes-femmes ainsi que l’attribution de pouvoirs et de moyens aux femmes. Elle a souligné l’importance particulière de l’éducation des filles « en raison de ses effets positifs sur le développement de l’individu et le bien-être des sociétés ».

Mme Veneman a déclaré que l’éducation des filles était essentielle dans la réduction de la pauvreté de façon durable et qu’elle jouait en outre un rôle dans la réalisation des autres objectifs de développement. Elle a précisé que l’éducation des filles avait des effets favorables à la fois à court et long terme, « en particulier sur la mortalité infantile, l’augmentation de la productivité et des revenus, la bonne éducation des enfants, et aussi sur le statut social des femmes et des filles et les pouvoirs qui leur sont attibués ». Mme Veneman a fait par ailleurs observer que 115 millions d’enfants, dont une majorité de filles, étaient encore non scolarisés, en dépit des progrès effectués.

Mme Veneman a noté à quel point les disparités en matière de sexe augmentaient pour les femmes le risque de contamination par le VIH, et que l’exploitation sexuelle et la traite des femmes et des enfants venait aggraver la situation. Elle a rappelé sa récente tournée en Afrique, et quels témoignages de première main elle avait recueillis, ceux d’enfants victimes de rapt, notamment des filles obligées de devenir soldats ou vendues comme esclaves sexuelles.

« La violence sexuelle sous toutes ses formes », a poursuivi Mme Veneman, « prive les filles et les femmes de leurs droits fondamentaux et de leur dignité, et elle entrave le développement des pays tout entiers». Par conséquent, le fait de mettre fin à la violence contre les femmes doit être une priorité pour obtenir un développement durable et pour que les enfants et les femmes réalisent tout leur potentiel, a-t-elle ajouté.

Afin d’offrir un meilleur avenir aux femmes et aux enfants, il est donc nécessaire que « les gouvernements qui accordent leur soutien » accroissent leur engagement vis-à-vis des principes de la Déclaration de Beijing et des Objectifs de développement du Millénaire, « au niveau de l’attribution de pouvoirs économiques, de l’accent mis sur la pauvreté, la santé, l’éducation et les partenariats », a conclu Mme Veneman.

Demain, la Directrice générale de l’UNICEF va prendre la parole lors de l’ouverture de l’Atelier annuel du cadre de coopération pour la promotion et la protection des droits de l’homme dans la Région Asie Pacifique.

****

Pour davantage de renseignements, veuillez contacter :

Mr Matt Raymond, Conseiller principal en communication de l’UNICEF, cell-phone: (1-917) 349-0872

Mr Charles Rycroft, Responsable de la communication de l’UNICEF à Beijing, Tel: (86-10) 65323107 Ex: 1301 Cell-phone: 13641290007


 

 

 

Recherche