Centre de presse

Communiqué de presse

L'UNICEF forme 85 agents de santé pour soigner la malnutrition au Niger

Le renforcement des capacités nationales représente une stratégie importante pour sauver la vie des enfants

Maradi (Niger)/Genève/New York, le 2 août 2005 - UNICEF Niger et le Ministère de la santé publique du Niger proposent une deuxième série de formations pour agents de santé spécialisés dans la gestion de la malnutrition grave ou modérée chez les enfants.

Cette semaine, à Maradi, trente agents de santé nigériens suivent une formation donnée par un médecin du Ministère de la santé publique et une diététicienne d'UNICEF Niger. La formation, qui s'étale sur une semaine, comprend des cours théoriques ainsi que deux journées de formation pratique sur la façon de gérer des centres de nutrition thérapeutique à Maradi et ses environs. Il s'agit là de la région la plus touchée par la crise actuelle au Niger.

« La formation d'agents de santé nationaux est bien entendu cruciale pour sauver la vie d'enfants gravement sous-alimentés pendant cette situation de crise, explique Aboudou Karimou Adjibade, Représentant de l'UNICEF au Niger, mais elle représente aussi une approche durable du repérage rapide et de la prévention de la malnutrition grave chez l'enfant  dans tout le pays."

Cette approche dite "en cascade", où des personnes apprennent certaines  techniques importantes qu'elles peuvent ensuite enseigner à leur tour dans leur région, représente l'une des façons les plus rapides de créer des réseaux sanitaires durables.

Les participants comprennent des agents de santé employés par l'administration publique ou des ONG nationales ou internationales : docteurs en médecine, pédiatres, infirmières, gestionnaires d'organismes de santé et sages-femmes. Cette semaine, ils viennent des quatre régions les plus touchées du Niger : Maradi, Agadez, Zinder et Diffa. La semaine prochaine, une nouvelle formation s'adressera à trente autres travailleurs de la santé représentant les quatre autres régions du pays, à savoir Tilaberi, Dosso, Tahoua et Niamey.

La semaine dernière, une "formation pour formateurs" sur la gestion de la malnutrition grave ou modérée s'est tenue à Maradi sous l'égide de l'UNICEF et du Ministère de la santé publique. Les 25 participants comprenaient des travailleurs de la santé (médecins, pédiatres, infirmières et gestionnaires de la santé) en provenance des huit régions du pays. Une fois leur formation terminée, ils sont rentrés chez eux afin d'y organiser eux-mêmes des formations.

La crise humanitaire actuelle au Niger a fragilisé 3,6 millions d'habitants, dont 800 000 enfants de moins de cinq ans. Parmi ceux-ci, on compte 160 000 enfants modérément sous-alimentés et 32 000 enfants souffrant de malnutrition grave. Le nombre d'admissions dans les centres d'alimentation thérapeutique de l'UNICEF est en augmentation, avec deux fois plus d'enfants réclamant des soins que l'an dernier à la même époque.

La communauté internationale redoutait l'arrivée de la famine depuis qu'une invasion de criquets en 2004 et des conditions de sécheresse dans les régions concernées ont réduit à néant la plupart des cultures. Les entrepôts familiaux et les banques de graines ont été vidés, les animaux sont morts et les prix sont montés en flèche. Les agences humanitaires ont renforcé leurs services en 2005 pour répondre à cette catastrophe annoncée.

L'UNICEF a veillé à l'harmonisation du protocole national de gestion de la malnutrition grave ou modérée chez l'enfant, organisé la formation de travailleurs de la santé et fourni des aliments thérapeutiques ou complémentaires pour enfants gravement ou modérément sous-alimentés. De plus, entre autres activités, l'agence s'efforce de fournir des médicaments de première nécessité, des vaccins, des moustiquaires, de la vitamine A, du fer et de l'acide folique, des antiparasitaires et des sels de réhydratation orale pour le traitement de la diarrhée, toutes interventions indispensables, car les enfants sous-alimentés sont particulièrement exposés aux maladies. Elle crée des centres d'alimentation thérapeutique, forme des travailleurs de la santé à la gestion de la malnutrition grave, forme et suit des équipes communautaires de surveillance et d'intervention en matière de nutrition afin de repérer rapidement les enfants dénutris et d'envoyer ceux-ci dans des centres de nutrition thérapeutique ou complémentaire, et donne aux mères, aux soignants et aux personnes-ressources au sein de la communauté des conseils et consignes sur les grands principes de l'alimentation infantile (en particulier l'allaitement maternel exclusif), du développement et de la protection. Elle réapprovisionne 150 banques de céréales et apprend aux communautés à gérer celles-ci, distribue des graines pour potagers à des associations de femmes, fournit des trousses eau/assainissement aux familles d'enfants sous-alimentés et enseigne aux ménages les principes de base de la purification et du stockage de l'eau.

Le pays connaît une crise humanitaire silencieuse dans les domaines cruciaux de la santé, de la nutrition et de l'accès à l'eau. Il a le deuxième taux le plus élevé de mortalité des moins de cinq ans au monde, un enfant sur quatre mourant avant son cinquième anniversaire.

Même s'il faut réagir d'urgence à cette crise, il est essentiel de prendre aussi des mesures à moyen et long terme afin d'assurer un développement durable et de donner aux Nigériens les moyens de permettre à leurs enfants de jouir de leur droit inaliénable à la santé, l'alimentation, la protection, ainsi que l'eau et l'assainissement. Les activités de l'UNICEF, y compris la formation, dans ces divers domaines, de fonctionnaires de la santé, des communautés locales et des ménages, sont cruciales pour y parvenir.

UNICEF Niger a lancé un appel de fonds supplémentaire de 14,6 millions de dollars afin de soigner 32 000 enfants gravement sous-alimentés et 160 000 autres qui souffrent de malnutrition modérée.

Pour en savoir plus ou pour organiser une interview, veuillez contacter    

Niger : Kent Page, Chargé de la communication régionale; tel : (227) 722-840 or (227) 532-129

Genève : Damien Personnaz, Chargé de la communication Genève; tel : +41 22 909 5716

New York : Gordon Weiss, Chargé de la communication pour les situations d'urgence, New York, tel : 1-212-326-7426 

Note aux télévisions : des images non montées sur les enfants du Niger peuvent être téléchargées gratuitement sur  www.thenewsmarket.com/unicef.


 

 

 

Recherche