Centre de presse

Communiqué de presse

Une mauvaise alimentation des enfants de moins de deux ans à l’origine du décès de près d’un enfant sur cinq

L’allaitement : une priorité pour sauver des vies et développer le potentiel de l’enfance.

NEW YORK, 1er août 2005 – En améliorant les pratiques d’alimentation du nourrisson au cours de ses deux premières années, on pourrait prévenir près d’un cinquième de tous les décès d’enfants dans le monde en développement, a dit l’UNICEF aujourd’hui lors du lancement de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel.

On estime qu’actuellement 63 pour cent des enfants de moins de six mois dans les pays en développement ne sont pas allaités comme il conviendrait. Les résultats sont catastrophiques : les nourrissons qui sont pas très vite nourris exclusivement au sein se défendent moins bien contre des maladies mortelles comme la pneumonie et la diarrhée et ils souffrent de carences en nutriments essentiels pour développer leur corps et leur esprit.

« L’allaitement exclusif est la meilleure méthode de nourrir les bébés jusqu’à l’âge de six mois », a dit la Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman.  « Dans un pays en développement, un enfant qui n’est pas allaité court environ trois fois plus de risques de mourir dans sa petite enfance qu’un enfant nourri au sein, et l’allaitement exclusif diminue encore ce risque ».  

L’allaitement maternel apporte les nutriments indispensables à une bonne croissance. Il augmente donc les chances qu’a l’enfant de jouir d’une bonne santé et favorise ses facultés d’éducation. C’est un don inestimable que presque toutes les mères sont en mesure de faire.  

Un enfant qui n’est pas nourri au sein de manière adéquate et qui ne bénéficie pas d’une bonne nutrition au cours de ses deux premières années risque d’en subir des séquelles permanentes. Système immunitaire affaibli, croissance entravée et capacités mentales compromises ne sont que quelques-unes des conséquences à long terme possibles. En outre, environ 5 500 enfants en meurent chaque jour, soit le cinquième de tous les décès d’enfants. Et des millions d’autres enfants souffriront tout au long de leur enfance de maladies chroniques et seront incapables de profiter des possibilités qui se présenteront à eux.

Ce bilan n’est pourtant pas inévitable. La nutrition dont un enfant a besoin au cours de ses deux premières années de vie est déjà présente à la maison : allaitement exclusif au sein, associé ensuite, dans le cadre de la famille, à une alimentation complémentaire, sûre et appropriée, pendant un minimum de deux ans.

Mais La Situation des enfants dans le monde 2005, le rapport fleuron de l’UNICEF, montre que les taux d’allaitement exclusif restent encore très bas, 37 pour cent seulement dans le monde. L’aide aux mères revêt une importance capitale. Il faut leur donner des informations exactes concernant les besoins nutritionnels de leurs bébés, faire en sorte que les systèmes de santé et les communautés leur apportent un appui qualifié et veiller à ce que l’allaitement maternel, au travail ou ailleurs, soit protégé par la loi.
 
L’allaitement maternel et une bonne nutrition sont essentiels à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, en particulier les objectifs concernant la survie de l’enfant, comme la réduction de la mortalité des moins de cinq ans de 50 pour cent d’ici à 2015 et l’élimination de la pauvreté extrême et de la faim.

« Les familles pauvres sont en première ligne du combat mené pour réduire les taux inacceptables de mortalité des enfants, a affirmé Mme Veneman, en les aidant à procéder à de simples améliorations dans les soins à apporter aux enfants, on pourrait relancer les efforts de développement, pour leur survie, leur santé, leur éducation et leur alimentation ».

Et, a-t-elle ajouté, la seule vraie façon de juger la détermination de la communauté internationale à relever le défi des Objectifs du Millénaire pour le développement, c’est de voir comment elle appuie ces interventions, peu coûteuses et pourtant efficaces.

Un soutien vigoureux aux mères et à leurs enfants de moins de deux ans pourrait améliorer considérablement les perspectives de ces derniers. Ces deux années doivent être la priorité.

L’UNICEF travaille avec des partenaires, des gouvernements et des communautés pour protéger et encourager l’allaitement maternel en soutenant la législation nationale concernant l’alimentation des nourrissons, en améliorant les soins prénatals et postnatals et en augmentant les ressources mises à la disposition des mères au niveau de la communauté. La protection de l’allaitement maternel lors des situations d’urgence, lorsque de mauvaises pratiques alimentaires risquent de permettre aux maladies de tuer à toute vitesse, est également une des principales priorités de l‘UNICEF.

Pour de plus amples informations :

Oliver Phillips, UNICEF New York: +1 212 326 7583
Claire Hajaj, UNICEF New York: +1 212 326 7566

Les télévisions peuvent se procurer des images vidéo à : Video on Demand à  www.unicef.org, ou auprès de Newsmarket.

Depuis près de 60 ans, l’UNICEF est le principal défenseur de la cause des enfants. En menant des programmes sur le terrain dans 158 pays, il aide les jeunes à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays pauvres, l’UNICEF travaille pour la santé et la nutrition des enfants, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles, et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de gouvernements, d’entreprises, de fondations et de particuliers.


 

 

 

Recherche