Centre de presse

Communiqué de presse

Démolitions de bidonvilles au Zimbabwe : l’UNICEF demande l’appui de la communauté internationale pour atténuer les effets de la crise sur les enfants

NEW YORK / GENEVE, 26 juillet 2005 –  Suite au rapport de l’Envoyée spéciale des Nations Unies sur les démolitions de logements et l’expulsion de leurs habitants au Zimbabwe, l’UNICEF a demandé à nouveau aujourd’hui l’arrêt immédiat de ces opérations et l’accès aux 585 000 personnes dont le logement a été détruit afin de pouvoir leur apporter une aide humanitaire.

L’UNICEF s’est dit choqué par les informations selon lesquelles des enfants meurent de maladies respiratoires pourtant faciles à soigner et que des femmes sont obligées d’accoucher en plein air.

Il y a deux mois, le Gouvernement du Zimbabwe s’est lancé dans une campagne de « nettoyage » des villes du pays. L’entreprise s’est soldée par la destruction de dizaines de milliers de foyers et la suppression des moyens d’existence pour de nombreuses personnes. Cela a des conséquences particulièrement désastreuses sur les enfants.

« Ce qui arrive aux enfants du Zimbabwe est scandaleux », a dit la Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman, « plus de 220 000 enfants se retrouvent sans abri, sans accès à de la nourriture, à de l’eau, à des soins de santé ou à des écoles ».

L’Envoyée spéciale du Secrétaire général a passé deux semaines au Zimbabwe pour évaluer la situation et elle a rendu public son rapport vendredi. Les Zimbabwéens sont
plongés dans une situation de « pauvreté, privations et destitution » encore plus grave, a-t-elle noté. Et de nombreux enfants et femmes malades, ainsi que des centaines de personnes qui vivent avec le VIH/SIDA, n’ont plus accès aux services de soin de santé.

Ce que fait l’UNICEF face à cette crise humanitaire :

  • Distribution de 90 000 litres d’eau tous les jours
  • Création d’installations d’assainissement dans 3 camps du pays
  • Distribution de dizaines de milliers de couvertures
  • Distribution de milliers de feuilles de plastique (plus de 15 km au total)
  • Appui aux dispensaires mobiles
  • Distribution de ballons, crayons, papier aux enfants de moins de 5 ans
  • Création de postes temporaires dans d’autres zones urbaines, avec l’aide d’employés chevronnés, pour mener des interventions dans les « camps de transit » du gouvernement
  • Offre d’appui psychosocial aux enfants affectés et création de services de réunification des enfants déplacés avec leur famille.

L’UNICEF s’est dit préoccupé par le fait qu’il est pratiquement impossible d’entrer en contact avec toutes les personnes touchées et il a fait valoir que de nombreux enfants ne pouvaient plus aller à l’école.
 
L’UNICEF a affirmé que la crise aggravait encore le « cauchemar humanitaire » du Zimbabwe : quatrième taux d’infection au VIH du monde, pénuries de carburant, déclin de l’économie et la plus forte hausse des taux de mortalité infantile du monde.

L’UNICEF continue de renforcer son bureau des opérations d’urgence au Zimbabwe et l’institution aide à la mise sur pied de dispensaires mobiles supplémentaires, à la planification de la distribution de nouvelles couvertures et de matériaux pour la construction d’abris pour les enfants et  leurs familles.

Pour toute information supplémentaire, veuillez vous adresser à :

James Elder, UNICEF Zimbabwe, + 263 91 276120
Damien Personnaz, UNICEF Geneva, + 41 22 909 5716
Gordon Weiss, UNICEF, New, +1 212 326 7426, Mob: + 1 917 498 4083


 

 

 

Recherche