Centre de presse

Communiqué de presse

L’UNICEF se félicite du nouveau financement accordé par les Etats-Unis pour lutter contre le paludisme

Mme Veneman qualifie cette mesure de « grand pas en avant pour la santé et la survie de l’enfant

WASHINGTON, le 30 juin 2005 –  L’UNICEF s’est félicité aujourd’hui du lancement d’une grande initiative annoncé par les Etats-Unis pour financer la prévention et le traitement du paludisme en Afrique, qualifiant cet engagement de « grand pas en avant pour la santé et la survie de l’enfant. »

« Le paludisme est un des pires tueurs d’enfants en Afrique : il emporte la vie d’un enfant toutes les 30 secondes », a rappelé la Directrice générale de l’UNICEF Mme Ann M. Veneman, qui assistait à la proclamation officielle de cette décision. 

« Ce financement généreux du peuple américain va sauver de jeunes vies et améliorer la santé et le développement de millions d’enfants. L’UNICEF fera tout son possible pour soutenir les pays bénéficiaires de cette aide et venir à bout de la tâche. »

La prévention du paludisme a d’autant plus d’effets sur la protection de la vie des enfants qu’elle est intégrée à d’autres interventions en faveur de leur survie comme les vaccinations, l’administration de vitamine A, la réhydratation par voie orale, l’allaitement maternel et d’autres mesures fondamentales, a dit l’UNICEF.  

Le financement des Etats-Unis (plus d’un milliard de dollars sur cinq ans) soutiendra les efforts déployés pour réduire de moitié le nombre de décès causés par le paludisme dans cinq pays africains d’ici à 2010, et commencera à être déployé en 2006. L’UNICEF travaille en collaboration étroite avec les gouvernements des cinq pays choisis : l’Angola, la Tanzanie, l’Ouganda, la Zambie et la Guinée équatoriale. 

« Avec des méthodes de prévention éprouvées comme les moustiquaires traitées aux insecticides et de nouveaux médicaments qui ont fait leurs preuves dans le traitement du paludisme, nous nous trouvons dans une situation où des progrès décisifs sont possibles contre ce tueur », a indiqué Mme Veneman. « Nous sommes reconnaissants au Président Bush et au Gouvernement des Etats-Unis de cette importante initiative. » 

Mettre un terme à la propagation du paludisme et d’autres maladies et inverser le processus est un des Objectifs du Millénaire pour le développement adoptés par tous les Etats Membres des Nations Unies en 2000. Dans le premier rapport sur le paludisme publié en mai 2005, l’UNICEF et l’Organisation mondiale de la Santé ont trouvé que, bien que le nombre de décès causés par le paludisme soit resté sensiblement au même niveau dans le monde, de plus en plus de personnes avaient accès à la prévention et au traitement de cette maladie.   

« Ce nouveau financement interviendra en relais du travail effectué ces dernières années et donnera aux pays un formidable élan pour réduire de façon radicale le nombre de victimes et de malades », a dit Mme Veneman.

***

L’UNICEF est le premier acheteur du monde de moustiquaires, qui protègent du paludisme les enfants et les familles. L’année dernière, l’UNICEF a également joué un rôle prépondérant dans la production accélérée de l’ingrédient actif contenu dans les nouveaux médicaments contre le paludisme appelés ACT. 

L’UNICEF participe au partenariat « Faire reculer le paludisme », qui réunit des institutions des Nations Unies, des gouvernements, des organisations à but non lucratif et d’autres intervenants du monde entier pour lutter contre une maladie qui tue les enfants et entrave le développement. 

*   *   *

Pour toutes informations complémentaires, veuillez contacter :

Alfred Ironside, UNICEF Média, New York : (+1 212 ) 326-7261
Claire Hajaj, UNICEF Média, New York : (+1 212) 326-7566
Damien Personnaz, UNICEF Média, Genève : (+41 22) 909-7216


 

 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche