Centre de presse

Communiqué de presse

De nouveaux affrontements aggravent la crise humanitaire pour les enfants dans le nord-est de la République démocratique du Congo

Aide humanitaire suspendue pour des dizaines de milliers de personnes

Londres/Genève, le 4 mars 2005 – L’UNICEF a affirmé aujourd’hui que la reprise des combats dans le nord-est de la République démocratique du Congo empêche l’aide humanitaire de parvenir à des dizaines de milliers de civils déjà déplacés par des affrontements antérieurs.

Carol Bellamy, Directrice générale de l'UNICEF, a rappelé, à Londres, que plus des deux tiers des individus concernés sont des femmes et des enfants.

« Ces gens ont cherché un refuge auprès de l’ONU, a-t-elle dit. Ils ont été chassés de chez eux et maintenant, nous sommes obligés de les abandonner parce que notre personnel risque la mort, lui aussi. »

L’approvisionnement des quelque 54 000 civils vivant dans les camps où ils se sont réfugiés et où ils comptaient sur les agences humanitaires et sur la protection des forces de l’ONU, a été interrompu suite à une recrudescence de la violence.

Un peu plus tôt cette semaine, toutes les agences internationales à pied d’œuvre en Ituri ont retiré leur personnel de ces sites après l’assassinat, quelques jours auparavant, de neufs Casques bleus victimes d’une embuscade tendue par des milices armées.

Les organisations humanitaires ont été obligées de suspendre temporairement leurs opérations de secours dans des domaines d’importance critique comme la santé et la distribution d’eau et de nourriture. Dans un des plus grands camps, la source d’approvisionnement en eau opérée par les agences humanitaires est tombée en panne, mais pendant plusieurs jours, il a été impossible de rejoindre ce site sans danger.

« Nous sommes extrêmement inquiets, a constaté Massimo Nicoletti Altimari, qui dirige les opérations de l’UNICEF à Bunia. Etant donné que les lignes d’approvisionnement humanitaire essentiel ont été coupées, les personnes déplacées risquent de mourir. Les premiers à mourir seront les plus vulnérables : les jeunes enfants, les malades, les personnes âgées. »

L’UNICEF s’inquiète aussi de la protection des femmes et des enfants contre la violence sexuelle et de l’utilisation d’enfants dans les conflits armés. Le nord-est de la RD du Congo est le théâtre d’actes de violence parmi les plus épouvantables de l’histoire des conflits récents et ils se répètent constamment.

« On constate une spirale de violence inter-communautaire qui est en train d’échapper à tout contrôle, a déclaré Mme Bellamy. Nous sommes persuadés que le nombre de personnes déplacées va encore augmenter si nous ne trouvons pas le moyen de mettre tout de suite un terme à cette nouvelle phase du conflit. »

L’ONU estime que trois à cinq millions de personnes ont péri en République démocratique du Congo depuis 1998.

* * * *
Pour de plus amples informations, veuillez contacter

Gordon Weiss, UNICEF New York, +1 212 326 7426
Damien Personnaz, UNICEF Geneva, + 41 22 909 5716


 

 

 

Recherche