Centre de presse

Communiqué de presse

Les efforts visant à identifier les enfants non accompagnés ont commencé

Priorité no.1 : réunir ces enfants avec leur famille élargie, affirme UNICEF

NEW YORK, 31 décembre 2004 – L’UNICEF s’est déclaré préoccupé aujourd’hui par le sort des enfants qui ont perdu leurs parents, ou ont été séparés d’eux, dans les régions dévastées par le raz-de-marée, et qui ont un besoin urgent d’une assistance de base et d’un appui psychologique.

« Comment imaginer la peur, le désarroi et le désespoir d’enfants qui ont vu des vagues énormes engloutir le monde qu’ils connaissaient et rejeter des cadavres sur les rives ? », a demandé la Directrice générale de l’UNICEF Carol Bellamy vendredi. « Ces enfants ont perdu tout ce qui leur était familier, parents, frères et sœurs, logements, écoles et voisinages entiers. Ils ont désespérément besoin d’aide. »

L’UNICEF estime que les enfants pourraient représenter le tiers des victimes du raz-de-marée mais l’on de dispose pas encore de données fiables sur le nombre d’enfants qui ont survécu aux crues mais sont maintenant séparés de leurs familles. Compte tenu du bilan élevé – plus de 100 000 personnes ont péri – il est très probable qu’il y ait des milliers d’enfants séparés de leurs familles dans toutes les régions affectées.

Au Sri Lanka, le bureau de l’UNICEF soutient les efforts déployés par le gouvernement et les communautés locales pour évaluer le nombre d’enfants non accompagnés et les localiser. Bien que des chiffres précis ne soient pas encore disponibles, le personnel de l’UNICEF à Colombo a signalé que, jeudi soir, il y avait plus de parents qui cherchaient leurs enfants que d’enfants qui avaient été retrouvés seuls. 

Il y a aussi des enfants comme Tamarashi, une fillette de 13 ans d’un village côtier de l’Inde, qui, de la fenêtre de sa cuisine, a vu ses parents qui étaient en train de vendre du poisson, à l’ombre d’un palmier, emportés par les vagues. Ce n’est que trois jours plus tard que les secouristes ont réussi à convaincre Tamarashi de quitter la plage. Elle a survécu aux vagues en réussissant à s’accrocher à un cocotier mais, en état de choc, elle ne cesse de pleurer et de demander pourquoi elle n’a pas été emportée avec ses parents. 

Partout dans la région, l’UNICEF a commencé, de concert avec les ONG et les autorités gouvernementales, à mettre au point des systèmes permettant d’identifier les enfants et de les réunir avec leurs parents ou autres membres de leur famille. Dans une grande partie des communautés affectées, les familles élargies sont la norme et la première chose à faire consiste à placer les enfants avec des grands-parents, des oncles ou tantes, des cousins et autres personnes de la communauté proches de leur famille. Ce processus, a dit Mme Bellamy, est apparemment déjà en route.

« Il vaut mieux que les enfants soient dans leurs familles plutôt que dans des institutions », a-t-elle dit et elle a précisé que, à en croire les informations dont elle disposait, les enfants séparés de leur famille immédiate étaient pris en charge par d’autres adultes dans leurs communautés. Mme Bellamy a loué les bonnes intentions des gens du monde entier qui ont proposé d’adopter des enfants affectés par le raz-de-marée mais elle a rappelé que des adoptions hâtives lors de situations d’urgence ne sont pas dans l’intérêt de l’enfant.

« Nous ne pouvons supposer que tous les enfants qui ne peuvent retrouver leurs parents ont perdu leur famille entière, a dit Mme Bellamy, il y a des oncles, des tantes, des cousins qui recherchent désespérément ces enfants. Il faut tout faire pour favoriser la réunion de ces enfants avec leurs familles, avant d’envisager des adoptions ».

Elle a ajouté que la meilleure option, pour les enfants dont les parents ont péri, était d’être adoptés par des membres de leur famille élargie ou de leur communauté.
L’UNICEF livre maintenant des fournitures de secours à tous les pays affectés et aide les gouvernements des régions touchées à évaluer les besoins particuliers des enfants et à y répondre. Outre l’acheminement de ces fournitures, du matériel de purification de l’eau et des vêtements, des couvertures et des médicaments, l’UNICEF a, cours de ces dernières 24 heures :

  • Commencé à travailler avec des organismes gouvernementaux et religieux pour mettre sur pied 30 centres d’activités pour enfants et communautés dans des camps pour personnes déplacées dans les régions les plus éprouvées, les provinces d’Aceh et du Nord de Sumatra (Indonésie). 
  • Envoyé dix équipes de pédiatres et infirmières spécialisés en Thaïlande, pour donner des soins et un appui psychologiques aux enfants traumatisés. L’équipe vient renforcer un réseau de volontaires de l’UNICEF formés aux droits de l’enfant qui travaillent dans deux districts et qui ont déjà identifié les enfants qui ont besoin d’une aide spéciale.
  • Lancé un programme massif de nettoyage et d’assainissement dans des camps pour personnes déplacées en Inde et pris des mesures pour veiller à ce que les personnes qui ont trouvé refuge dans ces camps sachent utiliser les comprimés de purification de l’eau et les sels de réhydratation orale.

* * * *

Note aux télévisions : Une interview vidéo du Directeur adjoint des opérations d’urgence de l’UNICEF Afsan Khan, au sujet des enfants non accompagnés, est disponible sur www.thenewsmarket.com/unicef. La vidéo est libre de droit.

Pour toute interview ou question concernant le terrain, veuillez vous adresser aux attachés de presse de l’UNICEF suivants :

Au Sri Lanka : Martin Dawes + 977 985 10 40961
Aux Maldives :  Binita Shah + 977 985 107 4260
En Inde : Corinne Woods + 91 981 86 49088
En Indonésie : John Budd + 62 811 936 437
A Bangkok : Shantha Bloemen + 66 1 906 0813
A Genève: Damien Personnaz + 41 22 909 5716
Au siège de New York : Simon Ingram + 1 212 326 -7426 (mobile : 917 459 81 93)


 

 

 

Liens

Salle de presse : Raz-de-mareé

Après le raz de marée, la menace de l'eau stagnante

Un tiers de morts des raz-de-marée sont des enfants

Les enfants dans les pays affectés par les raz-de-mareé
(PDF en anglais)

Vidéos de qualité professionnel chez thenewsmarket.com.

Recherche