Centre de presse

Communiqué de presse

Après le raz de marée, la menace de l’eau stagnante

Les sources d’eau contaminées posent de graves risques de maladie aux rescapés du raz-de-marée

NEW YORK, 29 décembre 2004 – L’UNICEF a prévenu aujourd’hui qu’en l’absence d’une intervention massive et immédiate pour fournir de l’eau salubre aux communautés frappées par les tsunamis de dimanche, des millions de personnes risquent fort de contracter des maladies d’origine hydrique.

« L’eau stagnante peut être aussi mortelle que l’eau qui court », a dit la Directrice générale de l’UNICEF Carol Bellamy mardi. « Les inondations ont contaminé les systèmes d’alimentation en eau et les gens n’ont guère d’autre choix que de boire de l’eau de surface qui n’est pas propre. Dans ces conditions, les populations auront beaucoup de mal à se protéger contre le choléra, la diarrhée et autres maladies mortelles. »

Les enfants, qui représentent au minimum le tiers de la population dans les pays les plus touchés, sont particulièrement exposés à ces maladies d’origine hydrique.

« Des centaines de milliers d’enfants qui ont survécu aux énormes vagues qui ont détruit leurs communautés risquent fort maintenant de tomber gravement malades en buvant simplement un peu d’eau », a dit Mme Bellamy.

Fournir de l’eau propre et instruire les populations en matière d’eau et d’hygiène, cela constitue un élément essentiel des efforts déployés en ce moment par l’UNICEF dans les pays frappés de plein fouet par le raz-de-marée, a rappelé Mme Bellamy.

Des comprimés de purification de l’eau et des sels de réhydratation orale pour lutter contre les maladies diarrhéiques faisaient partie des premières fournitures de secours dépêchées par l’UNICEF aux régions du Sri Lanka les plus éprouvées mardi. Ils constituent également l’essentiel de la cargaison de deux avions affrétés par l’UNICEF et qui sont en route pour le Sri Lanka. Une cargaison de 45 tonnes organisée dans le centre d’approvisionnement de l’UNICEF à Copenhague comprend surtout des fournitures en rapport avec les problèmes d’eau mais aussi des trousses sanitaires, des fournitures scolaires et des trousses de jeux pour enfants. L’appareil atterrira jeudi tôt dans la matinée. Une cargaison de 20 tonnes de bâches et de tentes doit arriver mercredi soir au Sri Lanka en provenance de Belgique.

En Inde, l’UNICEF a livré 50 citernes à Kanchipuram, dans l’Etat de Tamil Nadu, au sud du pays, là où le gouvernement a créé quelque 200 camps dans sept districts touchés. Sous l’égide des autorités nationales et locales, l’UNICEF prévoit de distribuer mercredi des centaines de milliers de comprimés de purification de l’eau, 1 550 citernes d’eau (de 500 litres chacune), 200 000 sachets de sels de réhydratation orale, des fournitures médicales permettant de répondre aux besoins de 30 dispensaires et 30 000 couvertures.

« Nous ne savons pas combien de gens risquent de mourir dans les jours et semaines à venir de maladies causées essentiellement par de l’eau contaminée et de mauvaises conditions d’hygiène », a dit Mme Bellamy. « Mais nous savons que des gens vont tomber malades, c’est sûr. C’est pourquoi il est essentiel que les secours soient axés sur la fourniture d’eau salubre maintenant ».

Les efforts d’évaluation et d’acheminement des secours menés par l’UNICEF se poursuivent dans toutes les régions affectées par les tsunamis :

  • En Thaïlande,  l’UNICEF évalue à la fois les besoins immédiats et à long terme des zones affectées, qui comprennent les stations touristiques de Pukhet et Krabi mais aussi les communautés de pêcheurs le long des côtes, qui ont été complètement détruites. L’UNICEF privilégie la fourniture d’eau propre, la mise sur pied d’installation sanitaires et l’acheminement de vivres à toutes les personnes touchées, les enfants en particulier, et il s’occupe également des besoins à plus long terme en matière d’éducation et d’appui psychologique ainsi que du remplacement des moyens d’existence de communautés entières.
  • En Indonésie, des employés de l’UNICEF font partie d’une équipe d’évaluation de l’ONU dépêchée dans la province d’Aceh pour identifier les besoins les plus urgents. Quelque 500 000 personnes ont été directement touchées dans cette province, en particulier dans la capitale provinciale de Banda Aceh, où des maisons ont été détruites et les systèmes d’alimentation en eau et en électricité ainsi que les télécommunications ont été détruits. Toutes les ambulances de la ville sauf deux sont hors circuit. L’UNICEF envoie depuis Copenhague de l’équipement médical d’urgence, suffisamment pour répondre aux besoins de 200 000 personnes pendant deux semaines. L’UNICEF devrait être en mesure de fournir les premiers secours à la province dès jeudi soir ou vendredi.
  • En Somalie, des centaines de familles sont sans abri, sans nourriture et sans eau potable et une équipe d’évaluation de l’UNICEF envoyée sur le terrain avec les autorités locales est en train de livrer des sels de réhydratation orale, des produits chlorés pour purifier l’eau et des médicaments de base tout en organisant une augmentation des quantités de fournitures à distribuer. Outre l’eau salubre et la mise sur pied d’installations sanitaires, l’UNICEF offrira des soins de santé d’urgence, des vivres, des trousses de secours et des abris temporaires pour les familles affectées.
     

« Il y a de l’eau partout, partout, mais pas une goutte à boire, a constaté Mme Bellamy. Sur des milliers de kilomètres de côtes autour de l’Océan indien et de la baie de Bengale, des enfants et leurs familles qui ont survécu au raz-de-marée s’efforcent de survivre à ses conséquences. Ils comptent sur nous, sur nous tous, pour leur donner l’eau dont ils ont désespérément besoin ».


* * * *

L’UNICEF met constamment à jour des photos, interviews et informations, par pays sur le site : www.unicef.org/french

On peut également visionner une interview de Carol Bellamy sur http://www.thenewsmarket.com/unicef/

Pour toute interview ou question concernant le terrain, veuillez vous adresser aux attachés de presse de l’UNICEF suivants :

Au Sri Lanka : Martin Dawes 
mobile : + 977 985 10 40961,
bureaux : 94 11 2555270 x 250

Aux Maldives : Binita Shah + 960 784 196

En Inde : Corrine Woods + 91 981 86 49088

En Indonésie : John Budd + 62 811 936 437

A Bangkok : Shantha Bloemen + 66 1 906 0813

A Genève : Soraya Bermejo + 41 22  909 5706

A Copenhague : Yvonne Thoby + 45 35 27 32 19

Au siège de New York : Simon Ingram + 1 212 326-7426


 

 

 

Recherche