Centre de presse

Communiqué de presse

Lang Lang applaudit les efforts de la Tanzanie contre le paludisme

Le benjamin des Ambassadeurs de l’UNICEF demande qu’on renforce les partenariats pour diviser par deux le nombre de victimes du paludisme d’ici 2010

Kilimandjaro, New York, 6 août 2004 – Lors de sa première visite en qualité d’Ambassadeur itinérant de l’UNICEF, le célèbre pianiste chinois Lang Lang a déclaré que la Tanzanie offre un bel exemple de ce que les gouvernements et communautés locales peuvent faire contre le paludisme, une maladie qui tue plus d’un million de personnes chaque année, en majorité des enfants de moins de cinq ans qui vivent en Afrique subsaharienne.

Le paludisme est responsable du décès d'un enfant sur quatre dans le monde. Ces décès pourraient être prévenus par des mesures simples, efficaces et actuellement disponibles. Des moustiquaires imprégnées d’insecticide, par exemple, peuvent diminuer le nombre de décès d’au moins 20 pour cent et le dernier médicament antipaludique est efficace à près de 100 pour cent contre la maladie. Ces solutions, cependant, restent hors de portée de la vaste majorité des personnes démunies du monde.

La Tanzanie s’efforce de protéger ses six millions d’enfants en recherchant des solutions qui soient viables même dans les communautés les plus pauvres du pays.

« Le peuple tanzanien m’a montré que la solution à long terme du problème du paludisme se trouve là où il effectue ses ravages, dans la communauté », a constaté M. Lang Lang au cours de sa tournée de quatre jours dans le pays avec l’UNICEF. « Mais les communautés locales ont besoin que leur gouvernement national et les donateurs internationaux les appuient et leur fournissent les outils nécessaires contre la maladie. Nous devons renforcer nos alliances contre le paludisme pour assurer un meilleur avenir aux enfants. »

M. Lang Lang se trouve en Tanzanie pour s’informer des efforts accomplis contre la maladie. Nommé en mai ambassadeur itinérant, le pianiste virtuose n’a que 21 ans, ce qui fait de lui le plus jeune des ambassadeurs itinérants de l’UNICEF. Il axera ses activités sur la lutte contre le paludisme et d’autres maladies de l’enfance et la sensibilisation de la communauté internationale à ces problèmes.

Dans le district de Hai, avec le majestueux Mont Kilimandjaro pour décor, M. Lang Lang a visité le village de Rundugai, où il a pu participer a une journée/santé du village. Lors de la cérémonie de remise des prix (moustiquaires traitées à l’insecticide) aux mères et enfants qui se sont bien occupés de leur santé et de celles de leurs proches, les villageois lui ont raconté de vive voix leurs succès contre le paludisme.
 
« Ces communautés redoutent le paludisme, premier tueur de jeunes enfants en Afrique, a-t-il dit, mais elles ont prouvé qu’en intervenant de manière originale et à l’échelle de la communauté, on peut alléger considérablement le bilan ».

L’une de ces interventions consiste en un système de « coupons », grâce auxquels les femmes enceintes et les jeunes mères peuvent acheter des moustiquaires traitées à l’insecticide à un prix rendu abordable par des subventions. Ce système a prouvé son efficacité dans la lutte contre le paludisme au niveau de la communauté, pour les jeunes enfants en particulier. 

L’UNICEF et ses partenaires soutiennent des programmes de ce genre pour atteindre les objectifs de diminution de cas de paludisme définis par les Objectifs de développement pour le millénaire. Si tous les enfants africains de moins de 5 ans dormaient sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide, dont le coût ne dépasse pas 4 dollars, on pourrait éviter près de 500 000 décès d’enfants chaque année.

L’initiative Faire reculer le paludisme, mise en route en 1998, permet à l’OMS, l’UNICEF, la Banque mondiale, le PNUD et d’autres partenaires, d’associer leurs efforts contre la maladie. 

Les interventions menées spécifiquement pour venir en aide aux jeunes enfants et aux femmes comprennent :

  • Prise en charge des cas de paludisme – Accès rapide au traitement (en moins de 24 heures), surtout pour les jeunes enfants, en leur administrant des médicaments antipaludiques le plus près possible de leur domicile.

  • Moustiquaires traitées à l’insecticide – Veiller à ce que les jeunes enfants et les femmes enceintes dorment la nuit sous des moustiquaires correctement traitées à l’insecticide.

Dans ce contexte, l’UNICEF s’efforce avec ses partenaires d’atteindre les objectifs fixés tout en veillant à la répartition des ressources nécessaires qui ont été données par les secteurs privé et public et les organisations non gouvernementales. L’UNICEF travaille également avec les gouvernements et les groupes au niveau de la communauté pour que les communautés puissent s’informer des questions touchant ce sujet crucial.

* * * *

Pour de plus amples informations, ou pour organiser des interviews :

Georgina Mtenga, UNICEF Dar-es-Salaam, Tel. 255 22 2150811,
Beatrice Karanja, UNICEF Nairobi,   Tel.  254 722 205 482,
Mohammad Jalloh, UNICEF New York, Tel. 212 326 7516

Depuis près de 60 ans, l’UNICEF est le principal défenseur de la cause des enfants. En menant des programmes sur le terrain dans 158 pays, il aide les jeunes à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays pauvres, l’UNICEF travaille pour la santé et la nutrition des enfants, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles, et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le VIH/SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements. Et par le biais de nos Comités nationaux pour l’UNICEF, nous vendons des cartes de vœux et autres produits afin de faire avancer l’humanité.


 

 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche