Centre de presse

Communiqué de presse

Les insuffisances en matière d’assainissement au Darfour font peser la menace d’épidémies sur les enfants

Khartoum, 15 juillet 2004 – Même si près de la moitié du million de personnes déplacées dans la région du Darfour, au Soudan, a accès à l’eau potable, de mauvaises conditions d’hygiène mettent en danger des dizaines de milliers d’enfants, a déclaré l’UNICEF aujourd’hui.

La Société nationale des Eaux, le Ministère de la santé, l’UNICEF et d’autres organismes mènent des activités de sensibilisation à l’hygiène chaque fois que de nouveaux points d’eau deviennent accessibles à la population déplacée. Mais il faut redoubler d’efforts pour améliorer la situation dans les camps, a dit le Représentant par intérim de l’UNICEF pour le Soudan, Cecilio Adorna.

« Avec l’arrivée de la saison des pluies, le risque de choléra et autres maladies hydriques augmente de façon exponentielle, a dit M. Adorna. L’hygiène est cruciale pour la survie et le bien-être des enfants et de leurs familles. Compte tenu des circonstances, les ménages ont du mal à maintenir un niveau minimum de propreté, mais il y a vraiment urgence à présent. Une bonne hygiène et un assainissement convenable sauvent des vies. »

En tant que coordinateur des secteurs de l’eau et de l’assainissement, l’UNICEF collabore avec OXFAM, CARE, Save the Children, le CICR et d’autres organisations pour assurer l’approvisionnement en eau potable et l’installations de toilettes. Il s’agit en général de latrines à fosse, qui consistent en un trou d’environ trois mètres de profondeur et d’un mètre de largeur. On le couvre d’un bloc de ciment et de murs de chaume permettant de s’isoler.

L’objectif initial, qui était de fournir 2 000 latrines avant la fin du mois d’août a été dépassé dès la mi-juillet avec la construction de 3 674 installations.  L’objectif a ensuite été porté à 10 000 latrines, la Société nationale des Eaux s’étant engagée plus vigoureusement dans cette entreprise. L’UNICEF s’est attaché à mobiliser le secteur privé dans la construction des latrines et le forage de points d’eau. Mais nombre d’entreprises hésitent à participer à cause de l’insécurité persistante.

Cependant, même ces 10 000 latrines ne suffiront pas. A mesure qu’elles se remplissent, elles deviennent moins agréables à utiliser et posent de plus en plus de risques pour la santé, en particulier pendant la saison des pluies. De plus, les populations des camps sont souvent en mouvement, ce qui veut dire que nombre d’endroits ont besoin d’installations supplémentaires. Par exemple, la population du camp de Kalma dans le sud du Darfour est passé de 20 000 à 50 000 personnes en quinze jours, a dit M. Adorna, et les services sur place ont du mal à suivre.

Une campagne concertée commencera la semaine prochaine dans l’ouest du Darfour afin de sensibiliser les populations. La société nationale des eaux et ses branches locales, le Ministère de la santé, l’UNICEF, l’OMS et plusieurs organisations non gouvernementales nationales ou internationales, notamment le Croissant-Rouge du Soudan, Medair, Oxfam fourniront du savon, des tablettes de chlore et des affiches dans les endroits où se rassemble le plus grand nombre de personnes.

« Deux choses sont claires, a constaté M. Adorna. Tout d’abord, l’assainissement est notre priorité première et l’UNICEF y consacre toutes les ressources disponibles. Ensuite, si l’on veut réussir à améliorer l’hygiène et à sauver des vies, il faut qu’un plus grand nombre de partenaires participent à ces initiatives. »

***

Pour de plus amples informations : 

Paula Claycomb, UNICEF Média, Khartoum :
+249-12-309410
pclaycombe@unicef.org

Sacha Westerbeek, UNICEF Service de presse, Darfour :
+249-12-167158
unicefdarfur@yahoo.com

Gordon Weiss, UNICEF Média, New York :
+212-326-7426
gweiss@unicef.org

Anis Salem, Chargé régional de la Communication UNICEF, Amman :
+962-6-553-9977
asalem@unicef.org


Damien Personnaz, UNICEF Média, Genève :
41 22 909 5716
dpersonnaz@unicef.org


 

 

 

Recherche