Centre de presse

Communiqué de presse

Au Darfour, une nouvelle génération d’enfants traumatisés par la guerre

Khartoum/Genève/New York, 2 juillet 2004 – L’UNICEF affirme qu’un nombre considérable d’enfants déplacés au Darfour ont été directement victimes de la violence ou témoins d’actes de violence.

Après s’être entretenus avec des personnes déplacées dans des camps du Soudan, et avec des réfugiés dans des camps du Tchad, des responsables de l’ONU et de diverses ONG ont affirmé que les enfants signalent avec une régularité consternante qu’ils n’ont dû leur salut qu’à la fuite et qu’ils ont été témoins du meurtre et du viol de leurs parents, de leurs frères ou sœurs ou de leurs voisins.

Le Directeur des Opérations d’urgence de l’UNICEF Dan Toole, qui est rentré récemment du Darfour et des camps de réfugiés au Tchad, affirme que bien qu’il soit encore difficile d’obtenir des données chiffrées précises, les informations concordantes obtenues auprès des enfants témoignent de la violence de l’impact subi.

« J’ai parlé avec des dizaines d’enfants, qui racontent simplement ce qu’ils ont vu, a dit M. Toole, des nourrissons abattus sous leurs yeux, des parents exécutés dans les champs, des mères violées, des maisons incendiées, le bétail massacré, et eux obligés de fuir pour échapper à la mort, sans rien. Au moins un demi-million d’enfants ont fui, ce qui montre bien l’ampleur de la catastrophe pour les enfants ».

Certains des témoignages les plus frappants ont été dessinés par des enfants dans les centres d’accueil que l’UNICEF a ouverts au Darfour. Les enfants y sont encouragés à dessiner et raconter leur expérience, pour les aider à surmonter les effets des traumatismes subis.

Une fillette de 11 ans qui a fui son village esquisse un dessin typique : des corps ensanglantés qui jonchent le sol sous un soleil rouge, alors qu’un homme assis sur un chameau surveille la scène, un fusil à la main. En désignant les corps, la fillette égrène les noms de membres de sa famille.

L’UNICEF affirme que les efforts visant à apporter un semblant de vie normale et une certaine stabilité à ces enfants reposent sur deux piliers : le travail accompli dans ses centres, ainsi que les activités scolaires de base, à mettre en route le plus rapidement possible. L’UNICEF a construit des dizaines de centres d’appui et de classes ces dernières semaines, à l’intention de quelque 32 000 enfants, et il espère assister environ 60 000 enfants d’ici au mois de septembre.

« Nous allons devoir affronter les terribles conséquences sur la vie de ces enfants, a dit M. Toole. Ceux qui survivent à ces expulsions seront affectés par les mêmes souvenirs de massacres, d’insécurité, de pertes et de triomphe de la violence. »

###

Pour de plus amples informations :

Paula Claycomb, UNICEF Média, Khartoum: +249-12-309410 pclaycombe@unicef.org
James Elder, UNICEF Newsdesk, Darfour: +249-12-167158 unicefdarfur@yahoo.com
Gordon Weiss, UNICEF Média, New York: +212-326-7426 gweiss@unicef.org
Anis Salem, UNICEF Conseiller régional/, Amman: +962-6-553-9977 asalem@unicef.org
Damien Personnaz, UNICEF Média, Genève : Mobile: +41-79-216-94-01, dpersonnaz@unicef.org


 

 

 

Voir le vidéo reportage (en anglais)

22 juin 2004: entretien avec le directeur du programme d'urgences de l’UNICEF, Dan Toole

Bas débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Haut débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Recherche