Centre de presse

Communiqué de presse commun

Les premiers cas de polio se déclarant au Darfour, des experts craignent la plus importante épidémie depuis de nombreuses années

Les épidémiologistes «s’inquiètent » de la propagation du virus et préviennent que des milliers d’enfants risquent la paralysie dans toute l’Afrique centrale et de l’ouest.

Genève, 22 juin 2004 - Les épidémiologistes de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio publient une sévère mise en garde, l’Afrique centrale et de l’Ouest étant sur le point de connaître la pire épidémie de polio de ces dernières années. Cette mise en garde fait suite à la confirmation le 20 mai d’un cas de polio ayant paralysé un enfant dans la région du Darfour au Soudan, pays pourtant épargné par la maladie depuis plus de trois ans. Le virus est très proche, génétiquement, du poliovirus qui sévit de façon endémique dans le nord du Nigeria et qui s’est répandu au Tchad au cours des derniers mois.

Des données épidémiologiques montrent que la transmission de cette souche sauvage du poliovirus s’accélère de façon alarmante dans la région. En plus de la réinfection du Soudan, on compte cinq fois plus de cas de paralysie due à la polio en Afrique centrale et de l’Ouest cette année qu’au même moment en 2003. 197 enfants se retrouvent paralysés au Nigeria, suite à l’interruption des campagnes de vaccination contre la polio dans le nord du pays à la fin de l’année dernière.

« Il ne fait aucun doute que le virus se répand à une vitesse alarmante, a confirmé le plus grand expert mondial en maladies infectieuses, le docteur David Heymann, Représentant de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’éradication de la polio. La réinfection du Soudan offre une preuve concrète qu’il est indispensable d’appuyer une campagne massive de vaccination dans toute l’Afrique centrale et de l’Ouest. » Le Dr. Heymann fait remarquer que la réapparition du virus au Soudan représente un nouveau recul alors que l’Afrique avait fait d’énormes progrès dans l’éradication de la maladie. « Début 2003, il ne restait que deux pays en Afrique subsaharienne où la maladie était endémique. Aujourd’hui, par contraste, l’Afrique représente près de 90 % du fardeau mondial de la polio, et l’on trouve des enfants paralysés dans dix pays qui s’en étaient pourtant débarrassés sur ce continent. »

Les épidémiologistes craignent une importante épidémie cet automne (pendant la « haute saison » de la polio) qui laisserait des milliers de jeunes Africains paralysés à vie. Les enfants sont particulièrement vulnérables dans les pays d’Afrique centrale et de l’Ouest qui avoisinent le Nigeria, car moins de la moitié sont vaccinés de façon routinière contre une série de maladies, dont la polio. Pour répondre à cette menace, des campagnes de vaccination massives et synchronisées sont recommandées dans 22 pays d’Afrique d’octobre à novembre, afin de vacciner 74 millions d’enfants. De telles campagnes éviteraient un désastre en matière de santé publique.

Confrontés au fait que l’Etat du Kano, dans le nord du Nigeria, reste l’épicentre de l’épidémie, les autorités fédérales et régionales s’efforcent de résoudre une controverse locale concernant l’innocuité du vaccin de la polio qui a mené à la suspension des campagnes de vaccination dans cette région. En mai 2004, les autorités de l’Etat du Kano ont annoncé publiquement à la presse mondiale que les activités liées à la vaccination dans leur Etat allaient bientôt recommencer.

« Ces campagnes pourraient nous permettre d’éviter un désastre en matière de santé publique, fait valoir Carol Bellamy, Directrice générale de l'UNICEF. Mais pour qu’elles soient efficaces, elles doivent bénéficier d’un soutien populaire massif.  La première de nos priorités est d’accroître la participation des collectivités aux activités liées à la polio dans toute la région. Beaucoup de ménages ont encore besoin d’être rassurés suite aux rumeurs qui ont couru dans le nord du Nigeria regardant l’innocuité du vaccin antipolio. »

« Il y a tant de gens qui dans tous les coins de l’Afrique ont risqué leur vie (et dans certains cas l’ont tragiquement perdue) pour qu’aujourd’hui la polio soit sur le point d’être éradiquée, plaide Jonathan Majiyagbe, président de Rotary International et lui-même natif du Nigeria. L’Afrique tout entière doit collaborer pour garantir que chaque enfant soit vacciné et protégé à jamais contre cette horrible maladie. »

En dépit des trois milliards de dollars qui ont été consacrés mondialement aux tentatives d’éradication depuis 1988, avec entre autres, une contribution de plus de 600 millions de dollars du Rotary International, un supplément de 100 millions de dollars sera nécessaire pour contrer la menace de cette nouvelle épidémie, dont 25 millions de dollars devront absolument nous parvenir pour la première campagne, au mois d’août.

Notes aux éditeurs :

L’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio a à sa tête l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Rotary International, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC – Etats-Unis) et l’UNICEF. Le poliovirus reste endémique dans seulement six pays, contre 125 en 1988, lors du lancement de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio. Les six pays où le poliovirus reste endémique sont le Nigeria, l’Inde, le Pakistan, le Niger, l’Afghanistan et l’Egypte.

La coalition pour l’éradication de la poliomyélite regroupe les gouvernements des pays affectés, des fondations du secteur privé (par ex. la Fondation des Nations Unies, la Fondation Bill & Melinda Gates), des banques de développement (p. ex. la Banque mondiale), des gouvernements donateurs (Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Etats-Unis d’Amérique, Fédération russe, Finlande, France, , Irlande, Italie, Japon, Luxembourg, Nouvelle Zélande, Norvège, Pays-Bas, Portugal, , Royaume-Uni), la Commission Européenne, des organisations humanitaires et non gouvernementales (comme les Sociétés internationales de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge)  et des entreprises (p. ex. Aventis Pasteur, De Beers, Wyeth).  Les bénévoles jouent également un rôle clé dans les pays en développement. 20 millions d’entre eux ont participé aux campagnes de vaccination de masse.

****
Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
Melissa Corkum, OMS/Genève, tel. +41 22 791 2765,
Oliver Rosenbauer, OMS/Genève, tel. +41 22 791 3832,
Vivian Fiore, Rotary Int’l/Chicago, tel. +1 847 866 3234,
Steve Stewart, CDC/Atlanta, tel. +1 404 639 8327,
Claire Hajaj, UNICEF/New York, +1 212 326 7566,

Pour plus d’information sur l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio, voir http://www.polioeradication.org/, le site PolioPlus du Rotary International, http://www.rotary.org/foundation/polioplus/, http://www.cdc.gov/, ou le site sur la polio de l’UNICEF www.unicef.org/polio


 

 

 

Voir le vidéo reportage (en anglais)

22 juin 2004: entretien avec le directeur du programme d'urgences de l’UNICEF, Dan Toole

Bas débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Haut débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Voir le vidéo reportage (en anglais)

Le Nigeria renouvelles ses efforts contre la polio

Bas débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Haut débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Recherche