Centre de presse

Communiqué de presse

Alors que les dirigeants du G8 débattent de la pauvreté dans le monde, l’UNICEF rappelle le sort des enfants des pays pauvres

NEW YORK, 4 juin 2004— Quelques jours avant la réunion des dirigeants des pays les plus riches du monde à Sea Island (Etats-Unis), à l’occasion du Sommet du G8 (8-10 juin), l’UNICEF leur demande de se rappeler le sort des enfants dans nombre des pays les plus pauvres.

Au cours des trois jours de la réunion :

  • 7 500 enfants mourront de paludisme
  • Un enfant mourra du SIDA toutes les 14 secondes
  • 65 millions de filles se verront refuser l’accès à l’école, comme chaque jour de l’année.
  • Plus de 160 millions d’enfants souffriront de malnutrition, comme chaque jour de l’année
  • 13 300 enfants mourront de diarrhée, conséquence directe d’une eau insalubre et de mauvaises conditions d’hygiène.

L’an dernier, les dirigeants du G8 ont réaffirmé leur engagement en faveur des Objectifs de développement pour le Millénaire – une série d’objectifs mesurables à atteindre dans des délais précis. Mais le monde ne progresse pas assez vite vers l’un des plus importants de ces objectifs : la survie des enfants les plus pauvres de la planète.  Chaque année, 11 millions d’enfants meurent avant d’avoir l’âge de cinq ans, un bilan scandaleux. Six millions de ces enfants meurent de maladies évitables et guérissables, comme le paludisme, la diarrhée, la pneumonie et la rougeole.

Au cours de la dernière décennie, le fossé s’est encore creusé entre les taux de mortalité infantile enregistrés dans les régions les plus pauvres et ceux des pays les plus riches. Dans les pays industrialisés, le risque qu’un enfant meure avant d’avoir 5 ans est de un sur 100. Dans les pays les moins avancés, ce risque est neuf fois plus élevé. Et dans les 49 pays les moins avancés de la planète, 16 enfants sur 100 n’arriveront pas à l’âge de 5 ans. En Afrique subsaharienne, où vit 10 pour cent de la population du monde, on enregistre 42 pour cent de tous les décès d’enfants de moins de 5 ans.

« Pour réduire de deux tiers la mortalité infantile, l’un des Objectifs de développement pour le Millénaire, la communauté internationale doit, de toute urgence, redoubler d’efforts », a dit Carol Bellamy, Directrice générale de l’UNICEF. « L’UNICEF travaille sur le terrain dans 158 pays pour sauver de jeunes vies. Les pays du G8 ont le pouvoir de faire fléchir les taux de mortalité infantile. L’UNICEF les exhorte à passer à l’action ».

****

Pour de plus amples informations :
Erin Trowbridge ,UNICEF New York, 212-326-7172,

Depuis près de 60 ans, l’UNICEF est le principal défenseur de la cause des enfants. En menant des programmes sur le terrain dans 158 pays, il aide les jeunes à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays pauvres, l’UNICEF travaille pour la santé et la nutrition des enfants, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles, et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation et le VIH/SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements.


 

 

 

Recherche