Centre de presse

Communiqué de presse

L’UNICEF condamne les massacres d’enfants dans les combats en Iraq

NEW YORK, 21 avril 2004 – Réagissant aux attentat commis contre des autocars qui ont fait de nombreuses jeunes victimes à Basra mercredi, l’UNICEF a déclaré qu’il s’alarmait des conséquences de plus en plus graves des combats sur les enfants iraquiens.

« Le bilan des combats en Iraq est lourd et les enfants payent de leur vie, » a dit la Directrice générale de l’UNICEF Carol Bellamy.

En de nombreuses villes du pays, les enfants sont incapables de mener une vie normale. « Ce n’est pas seulement qu’ils ne sont pas en mesure d’aller à l’école, ou  d’avoir accès à des soins de santé ou à de l’eau propre, a dit Mme Bellamy, c’est que bien trop souvent ils payent de leur vie. Les enfants sont les premières victimes de l’instabilité et des combats actuels. »

Les attentats à Basra surviennent peu de temps après la mort d’une centaine d'enfants à Fallouja ces jours derniers.

La recrudescence de la violence a entraîné la fermeture de nombreuses écoles. Même là où elles sont ouvertes, de nombreux parents préfèrent garder leurs enfants à la maison.

« Les enfants ont le droit de continuer leur éducation et dans des conditions de sécurité même lorsqu’ils vivent dans des régions de conflit », a dit Mme Bellamy. « Ils doivent se sentir libres d’exercer ce droit et ils doivent se sentir en sécurité sur le chemin de l’école. En fait, il faut traiter les endroits où il y a des enfants, que ce soit dans un car, un abri, un centre de santé, une école ou un terrain de jeu, comme des zones de paix. »

« Nous ne pouvons permettre que les enfants deviennent les victimes de batailles d’adultes », a-t-elle dit.

Suite aux demandes du Ministère de la santé, de la Société du Croissant-Rouge et aux appels directs des hôpitaux locaux, l’UNICEF a préparé d’urgence des fournitures sanitaires, des réserves d’eau et du carburant pour les générateurs. Mais l’UNICEF a déclaré qu’il avait des difficultés à acheminer ces fournitures cruciales jusque dans les communautés les plus touchées en raison des barrages dressés sur les routes.

« Nous devons rappeler à toutes les parties que le droit humanitaire international exige la protection des enfants et de tous les civils », a dit Mme Bellamy. « L’accès des convois humanitaires doit être garanti par la création de couloirs protégés et la sécurité des agents humanitaires assurée ».

*   *  *  *
Pour davantage d'informations, veuillez vous adresser à :
Jehane Sedky-Lavandero, UNICEF Médias, New York,
Tel: (212) 326-7269, jsedky@unicef.org

Oliver Phillips, UNICEF Médias, New York,
Tel: (212) 326 -7583, ophillips@unicef.org


 

 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche