Centre de presse

Communiqué de presse

L’UNICEF rend hommage à Sir Peter Ustinov

© UNICEF/HQ95-0043/MAASS
Sir Peter Ustinov

Mise à jour

GENEVE/NEW YORK, 2 avril 2004 – Les obsèques de l’acteur et écrivain Sir Peter Ustinov, décédé lundi en Suisse à l’âge de 82 ans, auront lieu à Genève samedi. La Directrice générale de l’UNICEF Carol Bellamy prononcera une allocution au nom du Secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan.

Sir Peter fut pendant plus de 35 ans un ambassadeur infatigable pour l’UNICEF. 

« Les enfants du monde entier viennent de perdre un vrai ami », a déclaré Bellamy. « Pour les enfants, il était un magicien et il savait convaincre les gens du monde entier de l’importance des problèmes des enfants. Il était un des partenaires les plus efficaces et les plus aimés de l’UNICEF, un homme fermement convaincu qu’une personne peut véritablement, à elle toute seule, faire bouger les choses ».

Né à Londres en 1921, Sir Peter descendait d’une lignée d’ancêtres russes, allemands, français et italiens, ce qui lui faisait dire qu’il « éprouvait une loyauté automatique pour quelque chose comme les Nations Unies ». Ses talents d’acteur, producteur, auteur de pièces de théâtre, romancier et raconteur étaient reconnus dans le monde entier mais on se rappellera tout autant son dévouement à la cause des enfants. En 1990, la Reine Elizabeth II l’avait anobli, en saluant ses œuvres artistiques et humanitaires à la fois. Ce fut là une des nombreuses distinctions qu’on lui a décernées tout au long de sa vie.

« Lorsque Sir Peter a déclaré, à 77 ans, qu’il n’était pas une personne à vivre tranquillement sa retraite, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’exagérait pas », a déclaré Mme Bellamy. « Il n’y a pas beaucoup de régions au monde où il ne se soit pas rendu pour rencontrer des enfants et militer pour leurs droits, et il y a peu de communautés qui n’aient pas bénéficié de son attention ».

Nommé Ambassadeur itinérant de l’UNICEF en 1968, Sir Peter a endossé ses responsabilités avec son enthousiasme habituel. Au nom de l’UNICEF, il a sillonné le globe, de la Chine à la Russie, de Myanmar à l’Egypte, du Kenya à la Thaïlande, pour ne nommer que quelques-uns des pays où il s’est rendu.

Sir Peter a fait pression sur les gouvernements pour qu’ils reconnaissent les droits de tous les garçons et de toutes les filles. Il a utilisé sa renommée, ses dons de persuasion et son sens subtil de l’humour pour la cause des enfants, participant à un nombre incalculable d’événements et manifestations. Les centaines de millions de dollars recueillis grâce à lui ont financé des programmes de l’UNICEF destinés à assurer la survie et l’épanouissement de tous les enfants.

Sir Peter a animé des dizaines d’émissions de télévision spéciales et de concerts de gala organisés pour l’UNICEF, réussissant chaque fois à se servir de son sens inné de la scène pour attirer l’attention de la communauté internationale sur les problèmes auxquels se heurtent les enfants du monde. Il le faisait avec humour et aplomb. Lors de son premier gala, sur la scène du Théâtre de l’Odéon à Paris en 1969, il ne s’était pas démonté lorsqu’un danseur du Polish National Ballet avait accidentellement cassé la corde de son micro. Sir Peter avait continué comme si de rien n’était, il avait simplement parlé au public le plus fort possible tout le reste de la soirée.

Sir Peter parlait huit langues mais il parlait surtout la langue universelle de l’enfance et c’était là son vrai don. S’il ne pouvait parler directement aux enfants, il les faisait rire, même si cela signifiait – ce qui arrivait souvent -- se mettre à quatre pattes et faire de drôles bruits d’animaux, parfaitement imités. 

« Il pouvait faire rire n’importe qui », a dit Mme Bellamy. « Son spectacle en solo en Allemagne fut le spectacle le plus drôle auquel j’aie jamais assisté – et je ne parle pas un mot d’allemand ».

Sir Peter n’allait pas à la rencontre des enfants pour les observer mais pour les faire participer. Il jouait au ping-pong avec eux en Egypte, faisait de la bicyclette à leurs côtés au Kenya. Il les vaccinait en Chine et dansait avec eux au Cambodge et en Thaïlande. Les films réalisés en 1986 lors de sa visite sans précédent des projets de santé et d’éducation des enfants en Chine, ou sa visite d’hôpitaux, abris et centres de soins d’enfants en Russie en 1993, ont alerté la communauté internationale sur le sort des enfants dans ces deux pays.
 
Tout au long de ces décennies de dévouement à la cause des enfants les plus nécessiteux du monde, Sir Peter a fait montre d’une énergie et d’un optimisme à toute épreuve.

« Sir Peter n’a jamais perdu l’espoir que le monde pouvait s’améliorer, et que même les enfant qui vivent dans les conditions les plus terribles pourraient bénéficier d’un avenir meilleur, a dit Mme Bellamy. « Il nous manquera beaucoup, mais nous garderons son souvenir vivant en nous dévouant comme il le faisait à la cause des enfants et en nous engageant sans faiblir à donner aux enfants du monde entier les conditions de vie qu’ils méritent ».

Au nom de tout le personnel de l’UNICEF, Mme Bellamy a assuré la famille de Sir Peter de sa profonde sympathie.
*   *  *  *


 

 

 

Voir video/nécrologie de Sir Peter Ustinov

Bas débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Haut débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Images vidéo d’archives

Images vidéo d’archives disponibles ici. 

Veuillez vous adresser à Reuters et APTN pour les transmissions/satellite.

Recherche