Centre de presse

Communiqué de presse

La crise humanitaire au Lesotho entre dans sa troisième année consécutive

Maseru, 4 mars 2004 – Des centaines de milliers d’habitants du Lesotho devront compter sur l’aide internationale pour la troisième année consécutive à cause des effets conjugués d’une nouvelle sécheresse dévastatrice et de l’aggravation de l’épidémie de VIH/SIDA, a prévenu James T. Morris, Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour les besoins humanitaires en Afrique australe.

M. Morris arrivera au Lesotho vendredi avec une délégation de l’ONU de haut niveau qui comprendra les directeurs généraux de l’UNICEF et d’ONUSIDA, Carol Bellamy et Peter Piot. Ils doivent rencontrer le Premier ministre et se rendre dans certaines des zones les plus touchées.

« Une nouvelle sécheresse, de même que l’impact de plus en plus dévastateur du VIH/SIDA ont anéanti l’espoir que nous avions de voir la crise humanitaire commencer à se régler cette année, a déploré M. Morris. Des centaines de milliers de personnes, dont beaucoup sont infectées ou affectées par le VIH/SIDA, auront à nouveau besoin de l’assistance de la communauté internationale pour survivre. »

En février, le gouvernement a déclaré l’état d’urgence, car il devenait évident que le pays allait cette année encore subir une grave pénurie alimentaire. Les premières estimations indiquent qu’en 2004, le Lesotho risque de ne produire que dix pour cent de ses besoins en céréales, obligeant des dizaines de milliers de ménages à dépendre de l’assistance alimentaire.

Mais les projets d’aide non alimentaire, pour fournir un meilleur accès à l’eau, à l’assainissement, à l’éducation et à la santé, s’avéreront tout aussi importants, en particulier dans la lutte contre le VIH/SIDA.

Avec un taux de prévalence de 31% dans la population adulte, le Lesotho occupe la quatrième place sur la liste des pays les plus durement touchés par le VIH/SIDA et rien ne laisse présager une quelconque amélioration. Selon ONUSIDA, 70 personnes meurent chaque jour des suites du SIDA et la maladie a déjà rendu 73 000 enfants orphelins, un chiffre énorme qui correspond à 17% de la population enfantine.

« Au Lesotho, des dizaines de milliers d’orphelins grandissent sans soins et sans protection, a averti Mme Bellamy. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer leur scolarisation et garantir qu’ils reçoivent les connaissances, les aptitudes et l’appui nécessaires pour se protéger du VIH/SIDA et avoir une chance de rester en bonne santé et mener une vie productive. »

La lutte contre le VIH/SIDA au Lesotho est titanesque, car l’épidémie y détruit des familles et des communautés entières et menace la structure même de l’Etat.

« La sécheresse ravage l’agriculture du Lesotho depuis trois ans, mais c’est le VIH/SIDA qui est au coeur de la crise alimentaire actuelle, ainsi que des autres crises en matière de santé et d’éducation, a dit M. Piot. L’avenir du Lesotho dépendra de ses succès dans la lutte contre l’épidémie, laquelle dépend de l’aide de la communauté internationale. Sans notre appui, le Lesotho n’a pas la moindre chance contre le VIH/SIDA, il vivra dans un état de crise perpétuelle qui le mènera droit à la catastrophe. »

La crise du Lesotho est exacerbée par une pauvreté extrême : deux tiers de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté. Les compressions de personnel dans l’industrie minière sud-africaine ont également réduit les revenus des ménages, en particulier dans les zones rurales.

En juillet 2002, l’ONU a lancé un appel global pour une aide alimentaire et non alimentaire vitale pour le Lesotho et cinq autres pays d’Afrique australe, le Malawi, le Mozambique, le Swaziland, la Zambie et le Zimbabwe. Un deuxième appel a été lancé un an plus tard, en juillet 2003.

La réponse internationale à ces appels a permis jusqu’à présent d’empêcher que la crise ne tourne à la catastrophe en offrant une assistance à des centaines de milliers d’individus vulnérables, même si les donateurs sont plus réticents à financer des activités non alimentaires pourtant indispensables.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a livré plus de 50 000 tonnes d’aide alimentaire à plus de 370 000 personnes depuis le lancement des opérations humanitaires en 2002, et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a fourni une assistance à nombre de familles de cultivateurs affectées par le VIH/SIDA par le biais de serres, de jardins et d’un système de métayage.

L’UNICEF a fourni des trousses d’alphabétisation à des milliers d’orphelins et d’enfants vulnérables non scolarisés et a financé huit sites de prévention pour empêcher la transmission du VIH/SIDA de la mère à l’enfant. Ces sites couvrent environ la moitié du pays. L’UNICEF a également contribué de manière substantielle à la campagne nationale de vaccination antirougeole et de distribution de vitamine A.

« Depuis deux ans, la communauté internationale fait un travail remarquable au Lesotho, a dit M. Morris. Des dizaines de milliers de gens dépendent de nous depuis 2002 et cela va continuer encore un an au moins. Et après deux années de lutte et de réelles difficultés, ils sont encore plus menacés. »

La sécheresse s’avère particulièrement grave au Lesotho, mais d’autres pays d’Afrique australe font également face à une nouvelle crise à cause de la triple menace que représentent la pénurie alimentaire, le VIH/SIDA et le manque de capacités de leur gouvernement.

Le Swaziland a proclamé un état de catastrophe nationale au vu de la sécheresse, et des pénuries alimentaires menacent également le centre et le sud du Mozambique, le sud du Malawi et certaines parties du Zimbabwe. Tous ces pays connaissent un taux de prévalence élevé du VIH/SIDA, le Swaziland et le Zimbabwe affichant, comme le Lesotho, des taux supérieurs à 30 %.

* * * *

Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser à :

Mike Huggins, PAM Lesotho, Tél. : + 27 11 517 1655; (cellulaire)+ 27 83 291 3750,

Sarah Crowe, UNICEF Lesotho, Tél. : + 27 11 517 1617;
(cellulaire)+ 27 83 402 9812
scrowe@unicef.org

Richard Delate, ONUSIDA Lesotho, Tél. : (cellulaire)+ 27 82 370 2666

Liza Barrie, UNICEF New York, Tél. : +1 212 326 7593,
lbarrie@unicef.org


 

 

 

Recherche