Centre de presse

Communiqué de presse

L'Afrique de l'ouest se mobilise pour l'assaut final contre la polio

63 millions d'enfants vont être vaccinés dans dix pays pour neutraliser l'épidémie au Nigéria

Dakar/New York/Genève, le 23 février 2003 – Un mois après la réunion d'urgence des ministres de la santé qui se sont engagés à mettre un terme à la transmission de la polio en 2004, les pays d'Afrique réagissent en lançant une vaste campagne de vaccination synchronisée, visant à immuniser 63 millions d'enfants au cours des prochains jours.

A partir du 23 février, 10 nations vont lancer simultanément des campagnes de vaccination destinées à atteindre ces 63 millions d'enfants : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun (le 20 février), la Côte d'Ivoire, le Ghana, le Niger, le Nigéria, la République centrafricaine, le Tchad (à partir de mars) et le Togo. Les dirigeants politiques et religieux ainsi que les chefs traditionnels feront équipe pour lancer ces activités et, pendant trois jours, des dizaines de milliers d'agents de vaccination feront du porte à porte pour administrer le vaccin à chaque enfant directement.

Ces derniers mois, la polio a recommencé à se propager en Afrique de l'Ouest et centrale. Elle a paralysé des enfants dans sept pays qui étaient exempts de polio (tout récemment en République centrafricaine) et met des millions de jeunes en danger. Cependant, si les prochaines campagnes touchent chaque enfant au cours des mois à venir, il sera possible de donner le coup d'arrêt à la polio en Afrique en 2004, affirment les partenaires de l'Initiative mondiale pour l'éradication de la polio.

« Après huit années d'une collaboration et d'investissements considérables, l'Afrique est sur le point de remporter un triomphe bien mérité dans le domaine de la santé publique », a déclaré le Dr Ebrahim Samba, Directeur régional de l'OMS pour la Région africaine. Mais cette maladie menace de revenir et le continent tout entier risque d'être réinfecté si ces campagnes n'arrêtent pas la propagation du virus. L'Afrique a prouvé qu'elle pouvait arrêter la polio. Le moment est venu d'en finir une fois pour toutes. »

Les progrès accomplis dans l'éradication de la polio constituent l'une des plus belles victoires de l'Afrique en santé publique. La campagne « Bouter la polio hors d'Afrique », lancée en 1996 par Nelson Mandela et d'autres dirigeants africains et poursuivie maintenant par le Professeur Alpha Omar Konaré, Président de la Commission de l'Union africaine, a permis de ramener le nombre de cas de 205 enfants paralysés chaque jour à seulement 388 pour toute l'année 2003. La vaccination anti-polio a permis d'instaurer des « Journées de tranquillité » dans des pays déchirés par des conflits, en imposant des cessez-le-feu en pleine guerre civile et en transformant les combattants en gardes du corps pour permettre aux agents de vaccination d'atteindre les enfants en toute sécurité.

« L'Afrique fait face à d'énormes défis, qui n'ont n'égal que son potentiel », a déclaré Mme Rima Salah, Directrice régionale de l'UNICEF pour l'Afrique de l'Ouest et centrale. Avant cette nouvelle série de cas, l'Afrique avait réalisé les progrès les plus rapides jamais obtenus sur un continent pour garantir un avenir sans polio à ses enfants. Ce serait une véritable tragédie si l'on permettait la réapparition du virus. Les dirigeants nationaux et locaux doivent se mobiliser pour empêcher la maladie de se propager et vaincre à jamais la polio sur tout le continent. »

La suspension des campagnes de vaccination dans les Etats clés du Nord du Nigéria, et en particulier celui de Kano, reste le plus gros obstacle, mais aussi la meilleure possibilité d'action pour enrayer rapidement la propagation de la polio en Afrique. Jusqu'à la mi-2003, le Nigéria faisait partie des pays africains qui combattaient la polio avec succès et le virus ne sévissait plus à l'état endémique que dans la région du Nord. Lagos, la ville la plus peuplée d'Afrique, n'avait pas connu de cas de polio depuis plus de deux ans. La suspension des campagnes de vaccination à Kano et la flambée de polio qui a suivi dans la région sont dues à des rumeurs sans fondement concernant l'innocuité des vaccins, que dément totalement le ferme appui dont bénéficie la campagne d'éradication de la part des communautés scientifiques et religieuses et des institutions multilatérales du monde entier. En octobre 2003, l'organisation de la conférence islamique (OCI) a décidé à l'unanimité d'éradiquer la polio avant la fin 2004. Suite à cet engagement, les Emirats arabes unis ont annoncé une future contribution de plusieurs millions de dollars des pays islamiques du Golfe.

La contribution des Emirats arabes unis survient à point nommé car le virus qui se propage en Afrique de l'Ouest risque de drainer les ressources fort limitées de l'Initiative mondiale pour l'éradication de la polio. Celle-ci a besoin de toute urgence de 130 millions de dollars pour financer ses activités jusqu'à la fin 2005, et cette somme ne fera qu'augmenter si d'autres pays sont infectés.

L'éradication mondiale de la polio est à notre portée. Au moment où l'Afrique de l'Ouest et centrale se lance dans une campagne de vaccination cruciale, Jonathan Majiyagbe, président de Rotary International, a exhorté directement les communautés à faire vacciner leurs enfants.

« Le Secrétaire général des Nations Unies a qualifié l'éradication de la polio «  d'exemple étincelant de ce que nous pouvons accomplir lorsque nous unissons nos forces contre un ennemi commun , a déclaré M. Majiyagbe. La polio est notre ennemi commun, mais dans certaines communautés africaines, la peur et la désinformation au sujet du vaccin anti-polio se révèlent aussi mortelles que la maladie. Le vaccin anti-polio ne représente aucun danger, il est essentiel pour protéger les enfants. Nous ne pouvons laisser des rumeurs sans fondement compromettre la santé de nos enfants. »

L'Initiative mondiale pour l'éradication de la polio est placée sous l'égide de l'OMS, de Rotary International, des Centers for Disease Control and Prevention des Etats-Unis et de l'UNICEF. Le poliovirus ne circule plus à présent que dans six pays contre plus de 125 lors du lancement de l'Initiative en 1988. Les six pays où le poliovirus sauvage autochtone continue de sévir sont : le Nigéria, l'Inde, le Pakistan, le Niger, l'Afghanistan et l'Egypte. 

La coalition pour l'éradication de la polio regroupe des gouvernements des pays affectés par la maladie, des fondations privées (entre autres la Fondation des Nations Unies, la Fondation Bill & Melinda Gates), des banques de développement (comme la Banque mondiale), des pays donateurs ( Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Etats-Unis, Fédération de Russie, Finlande, France, Irlande, Italie, Japon, Luxembourg, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni ), la Commission européenne, des organisations humanitaires et non gouvernementales (par exemple, les sociétés de la Croix-Rouge internationale et du Croissant Rouge) et des entreprises partenaires (Aventis Pasteur, De Beers, par exemple). Les bénévoles jouent également un rôle clé dans les pays en développement : 20 millions d'entre eux ont participé à ces campagnes de vaccination de masse.

Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser à :

Melissa Corkum, OMS/Genève, tél. : +41 22 791 2765, corkumm@who.int

Oliver Rosenbauer, OMS/Genève, tél. : +41 22 791 3832, rosenbauero@who.int

Vivian Fiore, Rotary Int'l/Chicago, tél. : +1 847 866 3234, fiorev@rotaryintl.org 

Steve Stewart, CDC/Atlanta, tel. +1 404 639 8327, znc4@cdc.gov

Claire Hajaj, UNICEF/ New York , +1 212 326-7566, chajaj@unicef.org

Margherita Amodeo, UNICEF/Afrique centrale et de l'ouest, +221 869 5842, mamodeo@unicef.org


 

 

 

Recherche