Centre de presse

Press release

L'UNICEF au Conseil de sécurité : Les enfants ne devraient plus jamais faire la guerre

Mme Bellamy réclame une vigilance accrue face aux violences intolérables dont sont victimes les enfants en temps de guerre

New York, le 20 janvier 2004 – Mme Carole Bellamy, Directrice générale de l'UNICEF, a condamné les scandaleuses violations des droits de l'enfant en temps de guerre. Prenant la parole au cours de la réunion annuelle du Conseil de sécurité consacrée aux enfants en situation de conflits armés, elle a exhorté les membres présents à redoubler d'efforts pour mettre fin au recrutement d'enfants soldats ainsi qu'aux violences dirigées contre les jeunes, aux enlèvements d'enfants, aux attaques contre des écoles ou des hôpitaux et aux actes de violence sexuelle à l'encontre des filles comme des garçons.

La séance fait suite à la publication d'un rapport du Secrétaire général condamnant les factions, gouvernementales ou non, qui utilisent des enfants soldats aujourd'hui. Le rapport du Secrétaire général présente certains des pires abus dont sont victimes les enfants dans des dizaines de pays.

Le problème est immense. Au Libéria, par exemple, on compte quelque 15 000 enfants soldats. Une étude menée récemment en Sierra Leone a montré que dans 17 % des ménages déplacés, on constate des violences sexuelles, comprenant viols, torture et esclavage sexuel. Rien qu'en 2003, 82 pays sont confrontés au problème des mines terrestres antipersonnel.

« Du Congo au Libéria, du Sri Lanka à la Colombie, filles et garçons continuent à subir les brutalités de la guerre, a déclaré Mme Bellamy. Lorsque la vie des enfants et leurs droits fondamentaux sont en cause, personne ne peut rester silencieux. »

Mme Bellamy a également dénoncé les sévices, fréquents en période de conflits, contre les filles, qui sont souvent prises pour cibles et exploitées sexuellement, que ce soit sous forme de viol, de prostitution, de trafic, de grossesse forcée ou d'esclavage sexuel.

« Je viens de rentrer de la République démocratique du Congo où j'ai pu constater l'impact dévastateur de la violence sexuelle, a dit Mme Bellamy. J'ai visité des hôpitaux où des rangées entières de lits sont occupées par des filles et des femmes souffrant de blessures extrêmement graves suite à des viols. L'an dernier, nous avons pu constater une fois de plus que le viol est utilisé comme une arme de guerre et sert à terroriser et détruire des communautés entières. »

L'UNICEF aide et protège les enfants en période de conflit depuis des années :

  • En Afghanistan, l'UNICEF et ses partenaires soutiennent un programme communautaire de démobilisation et de réinsertion qui touchera 8 000 enfants soldats et leur donnera les outils nécessaires pour repartir d'un bon pied, libérés de la guerre.
  • Au Libéria, l'UNICEF a eu recours à des méthodes peu conventionnelles pour distribuer des fournitures scolaires en période de conflit. Certains enseignants se sont servis de brouettes pour aller chercher leur matériel, d'autres, pour desservir les villages en bord de rivière, ont mobilisé des flottilles de hors-bord. Quelque 20 000 enseignants ont été formés et environ 3 700 écoles rénovées.
  • En République démocratique du Congo, l'UNICEF soutient un réseau communautaire de femmes qui aident des femmes qui ont été violées, leur offrent un suivi sanitaire et psychologique et l'occasion de se lancer dans des activités rémunératrices. L'UNICEF donne également son appui à plusieurs hôpitaux qui offrent des soins intégrés et attentifs aux femmes qui ont survécu à un viol.

Mme Bellamy a rappelé que l'instauration d'un « environnement protecteur » pour les enfants soldats démobilisés revêtait une importance capitale et qu'il fallait mettre en place des stratégies efficaces pour les empêcher de se faire à nouveau recruter, en investissant à long terme dans l'éducation et la formation professionnelle et en assistant les familles et communautés. Elle a ajouté que les programmes de réinsertion devaient prendre en compte les besoins spécifiques des filles, qui ont subi des violences extraordinaires en tant qu'esclaves sexuelles, porteuses, servantes, et parfois, combattantes.

A l'occasion du débat au Conseil de sécurité, l'UNICEF et la Coalition to Stop the Use of Child Soldiers (Coalition pour mettre fin à l'utilisation des enfants soldats) ont publié un Guide du Protocole facultatif concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés. Ce guide permettra aux défenseurs des droits de l'enfant, aux pouvoirs publics, aux citoyens ordinaires et aux enfants eux-mêmes d'agir de façon spécifique aux niveaux local, national et international pour aider à mettre fin à l'utilisation d'enfants soldats.

****
Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser à :
Alfred Ironside, 212-326-7261 aironside@unicef.org
Erin Trowbridge, 212-326-7269 etrowbridge@unicef.org


 

 

 

Recherche