Centre de presse

Communiqué de presse

Des milliers d’enfants se réfugient en Guinée pour tenter d’échapper aux guerres qui déchirent l’Afrique de l’Ouest

Conakry/Genève, le 4 novembre 2003 –L’UNICEF a déclaré aujourd’hui que des rapports émanant d’ONG et d’observateurs aux frontières révèlent que la Guinée est en train de devenir un refuge pour des milliers d’enfants fuyant les guerres en Afrique de l’Ouest.

A New York, Carol Bellamy, Directrice générale de l’UNICEF, a évoqué le sort de ces enfants réfugiés qui se joignent à des milliers de jeunes Guinéens séparés de leur famille et qui essaient de se débrouiller seuls dans les centres urbains.

Le problème est exacerbé par les enfants guinéens en train de revenir du Libéria où les factions belligérantes les avaient recrutés pour leur propre guerre civile.

« C’est là un condensé de toutes les guerres ouest-africaines depuis dix ans, a affirmé Mme Bellamy. Des enfants qui fuient l’enrôlement de force, la violence et l’exploitation, qui traversent de multiples frontières, qui commencent par être des enfants non accompagnés en un endroit pour devenir soldats ailleurs et finir réfugiés dans des camps. Et il leur arrive de retourner se battre s’ils ne trouvent pas d’autre moyen de subsistance ou simplement s’ils sont rejetés par leur famille. »

Au cours des dix dernières années, plus d’un million de réfugiés ont cherché un abri dans une Guinée appauvrie. Venus de pays limitrophes comme le Libéria, la Côte d’Ivoire ou la Sierra Leone, ils drainent les ressources nationales et les programmes des agences humanitaires. Plus de 100 000 personnes vivent dans des camps de réfugiés et une enquête récente a révélé que quelque 50 000 autres, en majorité des jeunes, traînent dans les rues des grandes villes.

L’UNICEF et l’International Rescue Committee (Comité international de secours) ont identifié 2 000 enfants de nationalités diverses, dont une vaste majorité de garçons vivant dans la rue. L’UNICEF a retrouvé la famille de plus de la moitié d’entre eux, mais annonce que les fonds lui manquent pour continuer sa tâche alors que des milliers d’autres enfants attendent d’être enregistrés et de recevoir de l’aide.

« Grâce aux contrôles que nous effectuons, nous constatons qu’un nombre croissant d’enfants aboutit en Guinée, a dit Mme Bellamy. Nous avons là l’occasion de briser le cycle qui conduit ces enfants dans les pièges de la guerre, de la servitude et de l’exploitation sexuelle dans les pays voisins. Nous travaillons avec ces enfants, mais, en toute franchise, le manque de fonds risque de nous obliger à cesser nos activités alors même que le nombre de ces enfants ne cesse d’augmenter. »

L’UNICEF essaye également d’enregistrer et de démobiliser quelque 2 000 enfants soldats guinéens, parmi lesquels il y aurait un cinquième de filles. Environ 350 d’entre eux reçoivent une formation professionnelle et de l’aide pour retourner dans leur famille. Mais la pénurie de fonds est telle qu’ils risquent d’être abandonnés à leur sort en plein processus de réinsertion et les autres n’auront alors plus guère de chance d’être aidés.

En dépit de contributions généreuses du Royaume-Uni et de la Suède, la Guinée n’a reçu qu’un quart des fonds nécessaires pour mettre ces programmes en œuvre.

Contexte

De nos jours, plus de 300 000 garçons et filles de moins de dix-huit ans sont engagés dans plus de trente conflits un peu partout dans le monde. Ces enfants servent comme combattants, messagers, porteurs et cuisiniers ou comme esclaves sexuels. Certains sont enlevés ou recrutés de force, pour d’autres, c’est la pauvreté, la maltraitance ou la discrimination qui les incitent à s’enrôler. Depuis le milieu des années 1980, l’UNICEF lutte avec acharnement contre ce phénomène et réclame que ces enfants soient relâchés par les forces armées et les autres factions belligérantes des pays suivants : Afghanistan, Angola, Burundi, Colombie, Guinée-Bissau, Libéria, Mozambique, République démocratique du Congo, Rwanda, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Sri Lanka et Ouganda. L’UNICEF et les ONG partenaires fournissent également des soins et une aide technique, voire financière, pour assurer la mise en application de programmes nationaux de désarmement, de démobilisation et de réinsertion.

Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser à :

John Brittain
UNICEF Guinée, +224 228 746
jbrittain@unicef.org

Margherita Amadeo
UNICEF Afrique de l’Ouest, +377 475 31424
mamadeo@unicef.org

Damien Personnaz
UNICEF Genève, +4122 909 5716
dpersonnaz@unicef.org

Gordon Weiss
UNICEF New York, +1 212 326 7426
gweiss@unicef.org


 

 

 

Fact

More than a million refugees from neighbouring Liberia, Cote d’Ivoire, and Sierra Leone have sought shelter over the past decade in impoverished Guinea, straining national resources and aid agency programmes. Over 100,000 people are living in refugee camps, and a recent survey estimated that another 50,000 mainly young are living on the streets of the major cities.
Recherche