Centre de presse

Communiqué de presse

Après la guerre, c’est la rentrée des classes pour les enfants du Libéria

L’UNICEF lance une « campagne audacieuse » pour amener à l’école des centaines de milliers d’enfants. Tous les moyens sont bons : canoës, bateaux, brouettes…

GENEVE/NEW YORK/MONROVIA, 3 novembre 2003 – L’UNICEF a affirmé aujourd’hui qu’il s’attendait à ce que des centaines de milliers d’enfants reprennent le chemin de l’école au cours de la campagne Rentrée des classes au Libéria. Pour des milliers de ces enfants, ce sera la première fois qu’ils mettront les pieds à l’école.

Au cours de la première journée de cette initiative, la Directrice générale de l’UNICEF Carol Bellamy a dit à New York qu’à mesure que la campagne progresse pour atteindre les comtés où la situation reste hasardeuse, des enfants encore plus nombreux – jusqu’à 750 000 – devraient retourner à l’école.

« C’est une campagne audacieuse, lancée à un moment où le processus de paix est fragile », a dit Mme Bellamy. « C’est une mesure courageuse, qui scelle l’accord de paix sur lequel les signataires se sont mis d’accord. Il est juste que ce soit les enfants du Libéria, qui ont tellement souffert et qui tiennent l’avenir du pays entre leurs mains, qui touchent en premier les dividendes de la paix ».

La campagne Rentrée des classes s’inspire d’efforts en faveur de l’éducation similaires accomplis par l’UNICEF dans des pays qui émergent de la guerre, comme l’Afghanistan en 2002 par exemple.

L’insécurité qui continue de régner dans certaines zones du pays et le délabrement de l’infrastructure ont obligé l’UNICEF à faire preuve d’imagination pour acheminer les fournitures scolaires. Certains enseignants ont dû distribuer ce matériel avec des brouettes, et une flottille de canoës a été mobilisée pour atteindre les villages en bord de rivière.

La campagne libérienne comprend la formation de près de 20 000 enseignants, et la reconstruction de 3 700 écoles, véritable bouffée d’oxygène pour une économie moribonde. Pour encourager les parents à envoyer leurs enfants à l’école dès maintenant, les frais de scolarité ont été supprimés et les enfants ne sont plus obligés de porter des uniformes scolaires.

L’UNICEF appuie les efforts du Gouvernement du Libéria en participant à la formation des enseignants et en distribuant des milliers d’ « Ecoles en boîte* ». L’UNICEF prévoit d’en distribuer des milliers de plus à mesure que le pays retrouvera son calme. Un projet de l’UNICEF, financé par les Etats-Unis, a pour but d’acheminer de l’eau propre et des équipements d’assainissement et d’hygiène dans des centaines d’écoles.

D’autres institutions des Nations Unies, comme le HCR, le PNUD et l’UNOPS (Bureau des Nations Unies des services d’appui aux projets) épaulent cet effort, en fournissant des produits alimentaires, du matériel pour des salles de classe provisoires et pour la réparation des écoles.

« La campagne Rentrée des classes au Libéria aborde les problèmes cruciaux d’une région, l’Afrique de l’Ouest, déchirée par la guerre, a dit Mme Bellamy ; il faut offrir une éducation et un avenir chez eux à ces enfants qui grandissent en ne connaissant que la guerre et qui sont enrôlés pour aller se battre dans d’autres pays. L’éducation est la voie qui permet d’échapper à la pauvreté. Et un enfant qui regarde vers l’avenir est moins enclin à se saisir d’un fusil. »

L’UNICEF lancera son rapport annuel sur La situation des enfants dans le monde, fleuron de ses publications, le 11 décembre 2003. Le rapport 2004 examine la question de l’éducation des filles, l’une des questions les plus importantes pour la communauté internationale. Le rapport est un véritable appel à l’action en faveur des millions d’enfants du monde entier qui ne vont pas à l’école et dont la majorité sont des filles. Le rapport affirme que les théories, politiques et pratiques du développement ont été marquées par la discrimination à l’encontre des filles et que l’approche classique du développement a été davantage axée sur la croissance économique que sur le bien-être humain. Avec ce rapport sur La situation des enfants dans le monde, l’UNICEF exhorte toutes les nations qui luttent pour le développement à donner la priorité aux investissements en faveur de l’éducation de tous les enfants – et des filles en particulier.

*« L’école en boîte » est une salle de classe mobile pour 80 élèves qui peut être utilisée dans n’importe quelles circonstances. Elle consiste en une boîte métallique et une trousse d’enseignant un guide et du matériel pédagogique. Elle comprend également du matériel d’écriture, des craies, des crayons, des taille-crayons et des cahiers pour enfants.

Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser à :

Durudee Sirichanya
UNICEF Libéria, + 231-652 4978
dsirichanya@unicef.org

Margherita Amadeo,
UNICEF Afrique de l’Ouest, + 377- 475 31424
mamadeo@unicef.org

Damien Personnaz,
UNICEF Genève, + 41 – 22 – 909 – 5517,
dpersonnaz@unicef.org

Gordon Weiss,
UNICEF New York, + 1 – 212 – 3267426,
gweiss@unicef.org


 

 

 

Liens pertinents

Recherche