Centre de presse

Une nouvelle étude indique qu’un milliard d’enfants souffrent des effets de la pauvreté

Selon l’UNICEF, l’enquête a porté sur plus d’un million d’enfants

Londres, 21 octobre 2003—A partir de l’échantillon d’enfants le plus large et le plus représentatif qu’on ait jamais constitué, un nouveau rapport, effectué à l’initiative de l’UNICEF, constate que plus d’un milliard d’enfants souffrent cruellement des effets de la pauvreté.

En ayant recours à une méthodologie entièrement nouvelle, l’enquête mesure l’étendue de la pauvreté infantile, non seulement en termes de revenus, mais de privation des droits de l’homme fondamentaux, tels que le logement, la nourriture, l’eau, l’assainissement, la santé, l’éducation et l’information. Les données analysées par les chercheurs portent sur près de 1,2 million d’enfants issus de 46 pays et elles ont été collectées principalement à la fin des années 90.

Ces données sont publiées dans un nouveau rapport commandé par l’UNICEF et qui s’intitule “Pauvreté infantile dans le monde en développement” qui fait l’objet d’un lancement aujourd’hui à Londres, à la Chambre des Communes. Dave Gordon, du Centre for International Poverty Research (Centre de recherche sur la pauvreté internationale) de l’Université de Bristol, et Peter Townsend de la London School of Economics faisaient partie de l’équipe de chercheurs.

Les résultats de cette étude indiquent que :

  • un enfant sur trois vit dans un logement avec plus de cinq personnes par pièce, ou dont le sol est en terre battue.
  • près de 20% des enfants dans le monde ne disposent pas d’eau salubre ou se trouvent à plus de 15 minutes à pied d’un point d’eau.
  • plus de 15% des enfants de moins de cinq ans, dans le monde en développement, souffrent de malnutrition grave. Dans la seule Asie du Sud, plus de 90 millions d’enfants ont faim tous les jours.
  • 134 millions d’enfants entre 7 et 18 ans ne sont jamais allés à l’école.
  • Les filles risquent davantage que les garçons de ne pas être scolarisées. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, notamment, les probabilités de n’avoir jamais été à l’école sont trois fois plus importantes chez les filles que chez les garçons.

L’UNICEF déclare que les enfants affectés par la pauvreté aux plans physique, émotionnel et intellectuel peuvent en souffrir toute leur vie et transmettre cette pauvreté en héritage à la génération suivante. Cet engrenage entrave le développement global, économique et social d’un pays.

« L’éradication des pires aspects de la pauvreté ne constitue pas seulement un impératif moral, » a déclaré Carol Bellamy, Directrice générale de l’UNICEF. « C’est une possibilité concrète et à notre portée – et elle implique d’abord d’investir en faveur des enfants. Aucun effort ne permettra de réduire la pauvreté dans le monde si les enfants n’en bénéficient pas les premiers. »

Mme Bellamy a poursuivi en disant que la lutte contre la pauvreté consistait à garantir aux enfants une eau salubre, des équipements d’assainissement convenables et un environnement sain et dépourvu de maladie. Toutes les filles et tous les garçons doivent être en mesure d’aller à l’école et d’achever leur scolarité, d’être protégés des mauvais traitements, de disposer du temps et de l’espace leur permettant de jouer, de découvrir et d’apprendre. Trop souvent, la pauvreté prive les enfants de ces bases nécessaires à leur avenir.

L’UNICEF est convaincu que l’éducation et les soins prodigués aux enfants constituent la pierre angulaire du progrès humain et l’organisation coopère avec des partenaires partout dans le monde afin de surmonter les obstacles que la pauvreté, la violence, la maladie et la discrimination placent sur le chemin de l’enfant. Il est nécessaire, pour briser l’engrenage de la pauvreté, que les gouvernements, la société civile et les familles investissent dans les droits de l’enfant. Lorsqu’on consacre des ressources à la santé, la nutrition, l’éducation, l’égalité, et au développement social, affectif et cognitif de l’enfant, on n’investit pas seulement pour une société plus démocratique et plus juste, on investit aussi pour une population qui sera en meilleure santé, plus instruite et, en dernière analyse, plus prospère et plus en sécurité.

* * * *

Pour davantage d’informations veuillez vous adresser à :

Erin Trowbridge, UNICEF New York,
+ 1 212 326 7269, etrowbridge@unicef.org

Sarah Vincent, UNICEF Comité UK,
+ 44(0)20 7405 5592, sarahv@unicef.org.uk


Pour obtenir des exemplaires du rapport, veuillez consulter :
http://www.policypress.org.uk
ou téléphoner à The Policy Press: 44-117-331-4054


 

 

 

Read the report:

For journalists seeking a copy of this report, please contact Erin Trowbridge at etrowbridge@unicef.org.

Elizabeth Gibbons' speech to House of Commons on child poverty report

Recherche