Centre de presse

Communiqué de presse

Des millions d’enfants risquent encore l’arriération mentale en raison d’une carence en iode

Pourtant, rappelle l’UNICEF, quelques grains de sel leur suffiraient

BEIJING, 15 octobre 2003 – En dépit des grands progrès réalisés ces 12 dernières années, des millions d’enfants naissent encore dans des foyers où on ne consomme pas de sel iodé, ce qui leur fait courir le risque de développer un handicap mental dû à une carence en iode, a déclaré aujourd’hui la Directrice générale de l’UNICEF Carol Bellamy.

En 2002, 46 millions d’enfants sont nés sans être protégés contre une carence en iode. Or, celle-ci constitue, dans le monde, la principale cause d’arriération mentale évitable.

“Il est inacceptable que tant d’enfants courent le risque de troubles mentaux, qui pourraient être évités avec seulement quelques grains de sel iodé,” a indiqué Mme Bellamy lors de l’ouverture, à Beijing (Chine), de la Réunion internationale pour l’élimination durable des troubles dus à la carence en iode.

Des délégations de 26 pays du monde entier sont venues ici étudier la réussite de la Chine en la matière et réunir leurs forces afin d’éliminer les troubles dus aux carences en iode. Le pourcentage de ménages chinois protégés grâce au sel iodé a augmenté de façon spectaculaire, passant de 30% en 1995 à plus de 90% en 2000. Bien que cette couverture se maintienne au-dessus de 95%, environ deux millions d’enfants, dans les zones les plus isolées du pays, continuent à naître chaque année sans bénéficier d’une protection contre la carence en iode.

L’élimination des troubles dus à la carence en iode par l’utilisation systématique de sel iodé est un élément essentiel de la mission de l’UNICEF visant à garantir que chaque enfant puisse grandir et s’épanouir tout au long de l’adolescence.

Alors que les cas les plus graves de carence en iode sont susceptibles d’entraîner une sévère arriération mentale, telle que le crétinisme, des cas même bénins peuvent conduire à une diminution significative des capacités d’apprentissage. Lorsqu’ils sont répandus, les troubles dus à la carence en iode (TCI) peuvent générer une baisse du quotient intellectuel (QI) d’une population. Cette baisse peut aller jusqu’à 13 points, avec de sérieuses incidences sur le développement humain et économique des pays. Les TCI ont d’autres effets, en particulier le goitre et, chez les femmes, l’augmentation du risque d’accoucher d’enfants mort-nés et d’avortement spontané.

Une cuillerée d’iode

L’UNICEF a indiqué qu’on pouvait empêcher de telles pertes en prenant simplement une cuillerée d’iode pour toute une vie.

Dans le monde en développement, la proportion de ménages utilisant du sel iodé a grimpé en flèche, passant de moins de 20 pour cent en 1990 à 70 pour cent en 2000. Toutefois, on a constaté au cours des deux dernières années à la fois un progrès et un retour en arrière en ce qui concerne l’élimination définitive des troubles dus à la carence en iode d’ici à 2005, un objectif fixé pour la première fois au Sommet mondial pour les enfants de 1990 et adopté à nouveau l’année dernière à une session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies.

Depuis 2001, le nombre de pays indiquant une consommation de sel iodé à plus de 90 pour cent est passé de 21 à 27.

Toutefois, au niveau mondial, le pourcentage de ménages consommant du sel iodé est tombé de 69 pour cent à 65 pour cent au cours des deux dernières années. En conséquence, l’UNICEF estime qu’il n’y avait en 2002 que 86 millions de nouveau-nés protégés contre les effets néfastes d’une carence en iode, contre 91 millions en 2001.

“Il faut mettre un terme à cette dérive alarmante,” a déclaré Mme Bellamy. “Tous les principaux acteurs – les gouvernements, l’industrie du sel, les organisations scientifiques et la société civile – doivent coopérer afin de garantir que chaque ménage, partout, consomme du sel iodé.”

* * * *

Pour obtenir davantage d’informations, veuillez vous adresser à :

Claire Hajaj, UNICEF Médias, New York
+1-212-326-7566 chajaj@unicef.org


 

 

 

Related links

Recherche