Centre de presse

Communiqué de presse commun

Les responsables mondiaux s’engagent à nouveau à prévenir l’une des principales maladies mortelles de l’enfance – la rougeole

La stratégie de lutte contre la rougeole est efficace – Il faut à présent la mettre en œuvre dans plus de pays
La déclaration du Cap sur la rougeole s’engage à réduire de moitié le nombre de décès dus à cette maladie

Le Cap (Afrique du Sud), le 17 octobre 2003 – D’ici à 2005, ou pourra sauver près d’un demi-million d’enfants chaque année si l’on poursuit les efforts entrepris pour vacciner et protéger tous les enfants contre la rougeole, ont déclaré aujourd’hui des experts internationaux de la santé.

Lors d’une réunion capitale OMS/UNICEF au Cap, les principaux responsables de la lutte contre la rougeole ont expliqué ce qu’il fallait faire pour empêcher que 2 000 enfants meurent chaque jour de cette maladie évitable par la vaccination. En présence de l’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF Angélique Kidjo, ils ont publié un appel pour multiplier les initiatives et les ressources afin que tous les enfants soient protégés contre la rougeole.

« Nous pouvons y arriver. Nous l’avons déjà fait : en Afghanistan, en Angola, dans des pays dévastés par les conflits, la sécheresse et toutes sortes de catastrophes, a affirmé Carol Bellamy, Directrice générale de l’UNICEF. En trois ans à peine, en dépit d’obstacles importants, nous avons réussi à diminuer de 25 % le nombre d’enfants qui meurent de la rougeole. C’est l’un des déclins les plus spectaculaires de la mortalité imputable à une maladie. Mais ce sera plus difficile pour la prochaine tranche de 25%. Avec l’appui politique et financier des donateurs et gouvernements du monde entier, ensemble, nous pouvons sauver beaucoup plus de vies. »

La Déclaration du Cap sur la rougeole exhorte les Etats à prendre des mesures draconiennes contre une maladie qui, bien qu’évitable par la vaccination, reste l’une des causes les plus virulentes et les plus fréquentes de décès chez les enfants. Elle tue chaque année 745 000 enfants. Nous devons absolument maîtriser cette maladie pour atteindre l’Objectif de développement pour le Millénaire qui prévoit une réduction de 67% de la mortalité des moins de cinq ans d’ici à 2015. Les dirigeants de la communauté internationale sont très conscients de l’urgence. L’an dernier, la Session extraordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU consacrée aux enfants a proposé de réduire de 50% la mortalité par rougeole par rapport aux niveaux de 1999 d’ici à 2005. Cette année, l’Assemblée mondiale de la santé, qui compte 192 Etats membres, a approuvé le plan stratégique OMS/UNICEF de lutte contre cette maladie.

« Lorsque 30 millions d’enfants sont concernés et que 745 000 meurent chaque année, il faut voir grand, a fait valoir le Docteur LEE Jong-wook, Directeur général de l’OMS. Depuis le lancement, en 2000, du plan stratégique OMS/UNICEF de réduction de la mortalité due à la rougeole, nous avons vacciné plus de 200 millions d’enfants de par le monde. Nous savons que cette stratégie est efficace. Un demi-million d’enfants sont en vie aujourd’hui grâce aux efforts fournis par tous nos partenaires. Mais si nous voulons prévenir d’autres décès, il faut redoubler d’efforts. Et nous aurons besoin de l’aide des Etats et de la communauté internationale. »

La campagne contre la rougeole a été spectaculaire ; des centaines de milliers d’enfants ont été épargnés, le virus a pratiquement disparu des Amériques et la transmission a été sérieusement réduite dans nombre de pays africains où les partenaires de l’Initiative contre la rougeole ont été la locomotive de la campagne. L’OMS et l’UNICEF ont décidé d’assigner aux 45 pays où surviennent 95 % des décès imputables à la rougeole dans le monde le rang de priorité le plus élevé dans leurs stratégies de réduction de la mortalité.

« Les résultats du programme de vaccination en Afrique sont absolument étonnants, a déclaré le docteur Mark Grabowski, premier conseiller technique de la Croix-Rouge des Etats-Unis. Nous avons maintenant la preuve qu’il est possible de réduire la mortalité liée à la rougeole même dans des pays déchirés par les conflits, à condition que les gouvernements en aient la volonté, que les communautés s’y engagent et que nous ayons l’appui des donateurs, des ONG et des volontaires. Ce que nous avons accompli à ce jour par le biais de l’Initiative contre la rougeole nous donne de grands espoirs pour l’avenir et pour les milliers d’enfants que nous serons en mesure de sauver. »

Le fondement de la stratégie de réduction de la mortalité par rougeole consiste à revitalisation des systèmes nationaux de vaccination. Les délégués réunis au Cap ont discuté de stratégie avec des représentants des gouvernements et des décideurs afin de renforcer les vaccinations de routine et de mettre le vaccin anti-rougeoleux à la disposition de tous les enfants.

« Il ne s’agit pas seulement de réduire la mortalité infantile aujourd’hui. Nous devons songer au long terme, et j’entends par là une réduction durable de la mortalité, et cela, seuls de solides systèmes nationaux de santé peuvent le garantir, a fait valoir le docteur Stephen L. Cochi, Directeur adjoint du programme national de vaccination des Centers for Disease Control and Prevention (CDC). L’intérêt et l’engagement international démontrés ici nous offrent la possibilité de les renforcer encore plus, avec un accroissement des services de vaccination de routine, la mise sur pied de réseaux internationaux de laboratoires et des systèmes de surveillance encore plus vigilants afin de déceler les épidémies et d’y réagir au plus vite. »

« L’appel d’aujourd’hui est clair, a estimé Nick Farrell, Chargé de la programmation à la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Nous devons faire en sorte que chaque enfant ait une deuxième possibilité de se faire vacciner contre la rougeole dans ces 45 pays, même s’il vit dans un endroit reculé ou est complètement marginalisé et quelles que soient les barrières érigées par les conflits, la culture ou la pauvreté. »

« A ce jour, nous avons vu des dizaines de milliers d’agents de santé et de bénévoles traverser des montagnes et des déserts dans toutes sortes de conditions pour trouver ces enfants et leur administrer ce vaccin, a dit Timothy E. Wirth, Président de la Fondation des Nations Unies. L’engagement de ces gens ordinaires est incroyable. Ils ont besoin d’être soutenus par la volonté politique et l’appui financier du monde entier, et ils le méritent. »

Mme Angélique Kidjo, Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, est convaincue que la Déclaration du Cap sur la rougeole montre clairement le chemin d’une victoire capitale pour la santé des enfants.

« Le monde s’est engagé à réduire de façon draconienne ce gaspillage catastrophique de jeunes vies, a-t-elle déclaré. Si nous atteignons notre but contre la rougeole, nous aurons fait un énorme pas vers la réalisation de nos promesses. Je crois que nous pouvons y arriver, mais seulement si nous donnons la priorité à la mise en œuvre de cette déclaration. Nous ne devons épargner aucun effort. »

Quelques faits :

  • De toutes les maladies évitables par vaccination, la rougeole est celle qui tue le plus d’enfants. Elle représente une cause importante de mortalité chez les moins de cinq ans.
  • La rougeole affecte 30 millions d’enfants. Plus de 745 000 en meurent chaque année, dont plus de la moitié en Afrique.
  • Un vaccin sûr, efficace et peu coûteux est disponible depuis plus de quarante ans.
  • Environ 50 % des décès d’enfants évitables par vaccination sont imputables à la rougeole.
  • On évite déjà un million de décès liés à la rougeole chaque année, grâce aux services actuels de vaccination. Si la mise en œuvre du plan stratégique OMS/UNICEF de lutte contre la rougeole - qui comprend une vaccination de routine et, périodiquement, des activités supplémentaires de vaccination - réussit, on pourra éviter 500 000 décès de plus chaque année.
  • La rougeole est une maladie extrêmement contagieuse, causée par virus de la rougeole, mais la vaccination permet de l’éviter. C’est sans doute la maladie infantile la plus connue et la plus meurtrière. Elle provoque une forte fièvre accompagnée de toux et d’une éruption cutanée et elle peut tuer. Elle s’attaque surtout aux enfants mais aussi aux jeunes adultes. En général, les enfants ne meurent pas de la rougeole elle-même mais de complications telles une pneumonie ou des diarrhées qui attaquent leur système immunitaire affaibli.
  • Vacciner un enfant contre la rougeole coûte moins d’un dollar.
  • Un objectif important est de réduire de 50 % la mortalité liée à la rougeole d’ici à 2005 (par rapport aux 875 000 décès recensés en 1999).
  • Le plan stratégique OMS/UNICEF visant à réduire la mortalité liée à la rougeole comprend les points suivants : obtenir et maintenir une couverture vaccinale anti-rougeoleuse élevée (« la première chance pour les nourrissons »), offrir une « deuxième chance » de se faire vacciner contre la rougeole à tous les enfants en organisant périodiquement des campagnes supplémentaires de vaccination, maintenir une surveillance anti-rougeoleuse de qualité afin de déceler les épidémies et d’y réagir, et améliorer la gestion des cas compliqués.
  • Les partenaires comprennent l’OMS, l’UNICEF, le Centers for Disease Control and Prevention (CDC), la Fondation des Nations Unies, des organisations non gouvernementales et humanitaires, dont la Croix-Rouge des Etats-Unis et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les gouvernements des pays affectés par la rougeole, les banques de développement, les gouvernements donateurs (par exemple le Canada, le Japon, le Royaume-Uni et les Etats-Unis d’Amérique).
  • L’importance d’une planification à long terme de la vaccination ne peut être sous-estimée. Celle-ci comprendra des activités anti-rougeoleuses complètement intégrées aux objectifs de santé nationaux, une surveillance de qualité, la mobilisation des ressources financières et humaines nécessaires et la planification d’activités économiquement viables de réduction de la mortalité liée à la rougeole.

* * * *

Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser à :

Melissa Corkum,
Chargée de l’Information, Siège de l’OMS,
Téléphone : 41-22-791-765, portable : 41-79-500-6554
E-mail: corkumm@who.int

Mohammed Jalloh,
Chargé de la communication internationale, UNICEF,
Téléphone : 212-326-7516, portable : (1-646-207-5179)
E-mail: mjalloh@unicef.org

Laura Rogers,
Directrice des Communications, Fondation des Nations Unies
Téléphone : 202-887-9040
E-mail: lrogers@unfoundation.org

Roy Probert
Chargé de la presse,
Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge
Téléphone : 41-22-730-4296, portable : 41-79-217-3386
E-mail: Roy.Probert@ifrc.org

Julie Irby
Associée, Communication internationale
Croix-Rouge américaine
Téléphone : 202-303-4264, portable : 202-439-0722
Email: IrbyJ@usa.redcross.org


 

 

 

Related links

Recherche