Centre de presse

Communiqué de presse

L’UNICEF salue le geste du Canada qui facilitera l’accès aux médicaments contre le SIDA

La décision du Canada devrait inciter d’autres pays du G7 à abaisser les obstacles structurels aux soins donnés aux malades du SIDA.

New York, le 29 septembre 2003 – La Directrice générale de l’UNICEF Carol Bellamy s’est réjouie des efforts accomplis par le Canada pour promouvoir rapidement une législation qui permettra aux laboratoires pharmaceutiques canadiens d’exporter dans les pays pauvres durement éprouvés par la pandémie de SIDA des versions génériques moins chères de médicaments brevetés.

Si la loi est votée, le Canada deviendra la première des nations du G7 à mettre en application les accords de l’Organisation mondiale du commerce en vertu desquels les pays durement éprouvés sont autorisés à importer ces médicaments moins chers indispensables, à condition qu’ils puissent prouver qu’ils ne peuvent les produire eux-mêmes et qu’ils ne les utiliseront pas à des fins commerciales. Ce geste répond à l’appel urgent de M. Stephen Lewis, Envoyé spécial pour le VIH/SIDA du Secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan et ancien Directeur général adjoint de l’UNICEF.

Mme Bellamy a qualifié l’initiative du Canada de « riposte intelligente ». C’est « la première mesure importante prise par un grand pays industrialisé pour surmonter un obstacle structurel et faire parvenir à ceux qui en ont désespérément besoin des médicaments qui pourront leur sauver la vie, a-t-elle dit. Grâce à cette décision, les antirétroviraux seront plus faciles d’accès dans les pays pauvres, et elle encouragera la compétition. C’est une bonne chose sur le plan humain et c’est une bonne chose sur le plan économique. Il s’agit d’une percée remarquable dans la lutte contre le SIDA. »

Les enfants et adolescents, et les filles en particulier, sont touchés de manière disproportionnée par le VIH/SIDA, a rappelé Mme Bellamy. On recense 14 000 nouvelles infections par jour dont plus de la moitié chez les jeunes de moins de 25 ans. Dans 15 pays d’Afrique subsaharienne, la région la plus éprouvée du monde, le SIDA a rendu orphelin un enfant sur dix et le nombre d’enfants qui vivent dans le stress engendré par les problèmes affectifs, sociaux et financiers liés au SIDA, est encore plus grand.

« Chez les jeunes des pays les plus éprouvés, on constate des taux de prévalence du VIH qui montent jusqu’à 40 %, une catastrophe pour ces pays, a-t-elle dit. D’autres pays et d’autres acteurs doivent prendre exemple sur le Canada et réfléchir aux mesures novatrices qu’ils peuvent prendre pour stimuler la riposte de la communauté internationale à cette énorme crise sanitaire et lui donner une dimension politique. ».

« L’UNICEF a une longue expérience de l’achat et de la livraison de fournitures essentielles aux enfants et aux familles ayant désespérément besoin d’aide. Il procure déjà des antirétroviraux aux mères afin d’empêcher la transmission de la mère à l’enfant. Nous sommes prêts, comme toujours, à mettre nos systèmes d’achats et de livraison de fournitures au service de cette initiative afin d’augmenter les effets de cette initiative, pour les enfants, leurs mères et les autres membres de leurs familles.

« Les pays pauvres sont grandement confortés par l’idée qu’un pays comme le Canada encourage l’application des accords de l’OMC de manière à améliorer la santé publique, car cela leur permet d’élargir l’accès à des médicaments essentiels et d’un prix abordable et d’accélérer ainsi la riposte à la pandémie. »

Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser à :

Liza Barrie
UNICEF New York, Chargée de la Communication, VIH/SIDA
(1-212) 326-7593; lbarrie@unicef.org

Marixie Mercado
UNICEF New York, Chargée des Médias, VIH/SIDA
(1-212) 326-7133; mmercado@unicef.org



 

 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche