Centre de presse

Sujets d'actualité

L’UNICEF et la survie de l’enfant

L’UNICEF se réjouit de la publication, dans la revue médicale The Lancet, d’une importante série d’articles sur la survie de l’enfant, et y apporte son soutien. Le premier article est paru dans le numéro du 27 juin 2003.

On souligne dans cette série d’articles que plus de dix millions d’enfants de moins de cinq ans meurent chaque année, la plupart de causes évitables. Les auteurs de ces articles, auxquels l’UNICEF a collaboré, cherchent à savoir où ces morts sont survenues, quelles en ont été les causes, quelles sont les solutions applicables et quels efforts doit-on entreprendre afin de réduire davantage la mortalité infantile.

La série d’articles du Lancet sur la survie de l’enfant

Dans les années 80, d’énormes progrès ont été réalisés dans le domaine de la survie de l’enfant grâce à des systèmes sanitaires de base, notamment par le renforcement au niveau local des centres de soins. L’UNICEF estime qu’aujourd’hui le défi essentiel consiste à aller au-delà du centre de soins et à apporter dans les foyers les connaissances, le savoir-faire et les fournitures de base en matière de survie.

Les articles du Lancet renforcent notre conviction selon laquelle il existe aujourd’hui trois actions principales qui permettraient de diminuer la mortalité infantile : l’allaitement exclusif au sein au cours des six premiers mois et de bonnes pratiques de sevrage, le fait de faire dormir les enfants sous une moustiquaire qui les protège des piqûres de moustiques porteurs de paludisme, et le recours, contre la diarrhée, aux sels de réhydratation orale. Tout cela nécessite des compétences, une action et des moyens au niveau des foyers.

Ces pages de l’UNICEF consacrées à la survie de l’enfant présentent des liens avec les objectifs concernant les enfants et faisant l’objet d’un accord au niveau mondial, des statistiques par pays et mondiales, des études et des rapports récents de l’UNICEF sur ce thème, et d’autres outils. Ceci permet d’approfondir et de mieux connaître le contexte des sujets abordés par la série d’articles du Lancet.

L’engagement à long terme de l’UNICEF

La survie de l’enfant est au coeur de toute action de l’UNICEF et nous croyons que chaque enfant a le droit de parvenir à l’âge adulte en bonne santé, dans la paix et dans la dignité. Permettre aux enfants de vivre et d’être en bonne santé, d’apprendre et de se développer pendant toute leur adolescence, cela constitue un impératif pour chaque pays et implique des obligations pour chaque gouvernement. Fort de ses 60 ans d’expérience et d’analyse pratiques, l’UNICEF continue à innover.

En 2002, plus de la moitié des dépenses annuelles de l’UNICEF étaient consacrées à des programmes axés sur la santé de l’enfant et sa survie au cours de ses premières années. De tels programmes mettent l’accent sur l’allaitement au sein, la vaccination, les soins de santé de base, l’eau et l’assainissement, la nutrition de base, les soins et la protection affective, ce qui favorise l’apprentissage et le développement harmonieux.

L’engagement pour la survie de l’enfant date des débuts de l’UNICEF. Dans les années 40 et 50, l’UNICEF a contribué à l’approvisionnement en nourriture des enfants des pays ravagés par la guerre et veillé à ce qu’ils bénéficient de soins de base. Dans les années 60 et 70, l’UNICEF a élargi son action à pratiquement tous les pays en développement où la vie des enfants se trouvait menacée. Dans les années 80, l’UNICEF a encouragé une campagne visant à faire de la survie de l’enfant une priorité mondiale. Et dans les années 90, l’UNICEF a joué un rôle majeur dans les efforts déployés pour permettre à la communauté internationale de réaliser sa première série d’objectifs axés sur la santé et le bien-être des enfants.

L’an dernier, l’UNICEF a été la force motrice de la Session extraordinaire des Nations Unies consacrée aux enfants, un sommet mondial d’une importance capitale, consacré à l’examen des progrès réalisés à l’échelle mondiale en faveur des enfants au cours des années 90, ainsi qu’à l’identification de nouveaux objectifs pour les années à venir. Sur les progrès effectués au cours de la dernière décennie, consulter la documentation du centre de presse de la Session extraordinaire.

Les priorités de l’UNICEF

Aujourd’hui, l’UNICEF a cinq priorités, qui répondent toutes à l’objectif de sauver la vie des enfants et d’améliorer leurs chances de devenir des citoyens productifs. Les priorités de l’UNICEF sont à la base des Objectifs du Millénaire pour le développement et au centre du programme d’action adopté par les nations du monde à la Session extraordinaire des Nations Unies de 2002 consacrée aux enfants.

La première priorité de l’UNICEF concerne les soins prodigués lors de la petite enfance. Les premières années sont cruciales pour la santé de l’enfant, son développement cognitif et ses habitudes. L’UNICEF apporte son soutien à une large gamme de programmes assurant aux enfants, durant ces années déterminantes, de bons soins médicaux, une nutrition saine, de l’eau propre et une hygiène convenable, ainsi que des soins et une aide de qualité pour leurs mères. L’expérience, acquise par l’UNICEF dans les programmes nationaux, montre que les futures stratégies de survie des enfants devront insister davantage sur les soins aux enfants pauvres assurés à la maison, sur une meilleure intégration dans les systèmes apportant des biens et des services aux familles les plus démunies et sur des efforts concertés en vue de vaincre la discrimination à l’encontre des femmes et des communautés exclues.

La vaccination constitue la seconde priorité. L’UNICEF est le plus gros acheteur de vaccins au niveau mondial, et il fournit plus de 40 pour cent de tous les vaccins utilisés dans le monde en développement. Bien que le taux mondial de vaccination soit passé de moins de 20 pour cent dans les années 70 à environ 74 pour cent en 2002, il reste encore des millions d’enfants à atteindre. L’UNICEF négocie des prix avantageux et calcule les besoins à venir en matière de vaccins pour garantir un approvisionnement durable. Plus de la moitié des dépenses de programme de l’UNICEF vont à ces deux priorités.

Mais la survie de l’enfant n’est que la première étape. L’UNICEF coopère avec les pays en développement pour les aider à planifier l’avenir de leurs enfants, en développant d’une part des politiques et des programmes qui répondent au droit des enfants à une éducation de qualité, et d’autre part en mettant en place l’orientation, l’appui et la protection dont les enfants ont besoin pour devenir des adultes.

L’UNICEF a pour troisième priorité de fournir une éducation à tous les enfants, en insistant particulièrement sur celle des filles. Sur les 110 millions d’enfants qui ne sont pas scolarisés aujourd’hui, il y a une majorité de filles. Or, nous savons que l’éducation des filles représente l’une des meilleures façons d’investir les dollars consacrés au développement. Lorsque les filles bénéficient de la même éducation que les garçons, leurs propres enfants ont des chances accrues de survivre, de grandir en bonne santé et avec le bénéfice d’une éducation. Cette incidence cyclique de l’éducation sur la survie de l’enfant est un élément important de la démarche de l’UNICEF, qui comporte de multiples volets.

La quatrième priorité est d’empêcher que le VIH/SIDA ne se propage chez les jeunes. Bien que le SIDA ne soit pas une cause majeure de mort chez les enfants de moins de cinq ans, il a un effet notable sur les chances de survie de l’enfant. Les statistiques indiquent une hausse régulière de la mortalité infantile dans les pays les plus touchés par le VIH/SIDA. En outre, le SIDA a rendu orphelins 14 millions d’enfants, amoindrissant ainsi leurs chances d’atteindre l’âge adulte. Par ailleurs, le VIH sape les fondements des systèmes sanitaires de base, tout comme les mécanismes traditionnels d’adaptation communautaire. Il faut l’arrêter afin que le monde ait une chance véritable de faire des progrès durables dans le domaine de la survie de l’enfant.

L’UNICEF a enfin comme priorité de protéger les enfants contre l’exploitation, les abus sexuels et la violence – un problème que nous sommes fiers d’avoir inscrit à l’ordre du jour dans les années 90. Il est vrai que cette priorité n’augmente pas, dans la plupart des cas, les chances de survie de l’enfant durant ses premières années. Mais l’UNICEF estime que cette protection fait partie intégrante des efforts en vue de maintenir les enfants en vie et en bonne santé sur la voie de l’adolescence. Des millions d’enfants souffrent, dans des ateliers où ils sont exploités, dans les rangs de combattants où ils ont été enrôlés de force, ou lorsqu’ils sont exploités sexuellement, ou victimes d’un conflit. L’UNICEF ne dépense qu’environ 10 pour cent de son budget programme pour la protection des enfants contre ces maux et compte plus particulièrement sur la persuasion et les changements de législation.

Rapports

Session extraordinaire consacrée aux enfants mai 2002 
La situation des enfants dans le monde, rapport 2002 : prendre l'initiative
La situation des enfants dans le monde, rapport 2001 : la petite enfance
 
Communiqués de presse et notes d'information quotidiennes

Pour obtenir les photos de l'UNICEF disponibles pour les publications qualifiées écrire à photo@unicef.org


 

 

Recherche