Gabon

Note d'actualité

Le gouvernement du Niger et ses partenaires sont résolus à poursuivre leurs efforts contre la malnutrition des enfants du Niger

Niamey, Niger, 28 décembre 2010 – Malgré une bonne saison agro-pastorale 2010, la situation nutritionnelle des enfants demeure alarmante au Niger où plus de 15 enfants sur 100 souffrent de malnutrition aiguë selon les résultats de l’enquête sur la nutrition de l’enfant, rendus publics le 16 décembre 2010.  Le gouvernement du Niger, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et le Programme alimentaire mondial (PAM) appellent la communauté internationale à intensifier ses efforts et mobiliser tous les moyens pour lutter contre la malnutrition infantile et ses causes structurelles, et ainsi, répondre durablement aux besoins des plus vulnérables.

Selon l’enquête nutrition, la prévalence de la malnutrition aiguë globale (MAG) chez les enfants de moins de cinq ans au Niger, bien qu'elle soit passée de 16,7 à 15,5 pour cent entre juin et novembre 2010, demeure au-dessus du seuil d’urgence de 15 pour cent, dans cinq des huit régions du pays. La situation des enfants âgés de 6 à 23 mois est elle  aussi  particulièrement préoccupante, puisque  plus d’un quart d’entre eux souffrent également de MAG.

En demeurant  à un seuil très élevé de 3,2 pour cent chez les moins de cinq ans, la malnutrition aiguë sévère (MAS)  accroit dramatiquement le risque de mortalité dans cette tranche d’âge, mais  elle touche également 7 pour cent des enfants de moins de deux ans, selon les conclusions de cette enquête récente.

Ces données révèlent la sévérité de la crise alimentaire et nutritionnelle ayant frappé les populations du Niger en 2010.

Face à cette situation, la riposte du gouvernement et de ses partenaires a été prompte et de qualité. Ainsi, du 1er janvier au 5 décembre 2010, 313 000 enfants de moins de cinq ans souffrant de MAS ont pu être pris en charge par les structures publiques de santé, appuyées par l’Unicef et les Organisations non-gouvernementales, soit un cinquième des enfants soignés pour cette forme de malnutrition dans le monde ; près de 38 000 enfants ont été hospitalisés et plus de 275 000 ont été soignés à domicile. 
 
En outre, le gouvernement, le PAM, l’Unicef et les ONG ont permis à 686 000 enfants de moins de deux ans de bénéficier d’une ration alimentaire appropriée entre les mois de juillet et de décembre 2010 dans le cadre d’une opération de Blanket Feeding (couverture nutritionnelle) destinée à prévenir la malnutrition chez les enfants de moins de deux ans vivant dans les départements en insécurité alimentaire..

« L’importance des moyens mis en oeuvre et les efforts fournis par les tous les acteurs humanitaires et les donateurs ont permis de sauver la vie des dizaines de milliers d’enfants », a affirmé Guido Cornale, représentant de l’Unicef au Niger.

Si cette mobilisation a permis une stabilisation de la situation nutritionnelle des enfants, cela est loin de suffire : « Chaque semaine, des milliers d’enfants malades continuent d’arriver aux centres de santé, ce qui démontre une fois encore que nous devons nous attaquer sérieusement aux causes profondes de la malnutrition au Niger », a-t-il poursuivi.

Selon Richard Verbeeck, représentant du PAM au Niger, les résultats de cette enquête démontrent que la réponse apportée a été appropriée. « Sans ces actions concertées du gouvernement nigérien et de la communauté humanitaire, le taux de malnutrition aurait atteint des proportions plus désastreuses », a-t-il affirmé. « La bataille contre la malnutrition est loin d’être gagnée et nous devons poursuivre nos efforts pour une solution durable à ce problème », a-t-il conclu.

Pour plus d’information, veuillez contacter :
Assane Salé, Centre d’information et de communication (CIC) du
Dispositif national de prévention et de gestion des crises alimentaires (DNPGCA),
tél. : +227 96 96 68 32,
courriel : contact@cic.ne

Anne Boher, Communication UNICEF Niger –
tél. : +227 96 96 21 59;
courriel : aboher@unicef.org

Aline Samu, Communication PAM Niger –
tél. : +227 97 53 90 65;
courriel : aline.samu@wfp.org


 

 

 

Recherche