Aptitudes à la vie quotidienne

Placement dans le programme

Matière porteuse seule

Sujet séparé

Intégration / Injection seule

Modèles de mise en oeuvre

Matière porteuse seule


L’éducation (sanitaire) basée sur l’acquisition de compétences essentielles pour prévenir le VIH/SIDA est intégrée à une matière existante qui a rapport avec elle. Cela peut être l’éducation civique, les sciences sociales ou l’éducation en matière de santé. Conclusion : une option satisfaisante à court terme.

Pour

  • Le soutien des enseignants tend à être meilleur que dans le cas d’une injection dans plusieurs matières à la fois ;
  • Les enseignants de la matière porteuse voient souvent le rapport que le sujet entretient avec d’autres aspect de leur domaine d’études ;
  • Les enseignants de matières porteuses tendent à être plus ouverts aux méthodes utilisées et aux questions examinées en raison de leur expérience du sujet ;
  • La formation des enseignants est plus rapide et moins chère que dans le cas d’une injection ;
  • Il est plus rapide et moins cher d’intégrer les composantes du programme à une matière principale que de les injecter dans toutes les matières ;
  • La matière porteuse peut être renforcée par infusion à travers d’autres matières.

Contre

  • Risque de ne pas bien choisir la matière « porteuse ». Par exemple, la biologie convient moins bien que l’éducation sanitaire ou civique car elle ne permet pas d’examiner sous le bon angle des questions et des aptitudes sociales et personnelles. 

 

Sujet séparé


L’éducation (sanitaire) basée sur l’acquisition de compétences essentielles est traitée comme un sujet séparé pour aborder le VIH, éventuellement dans le contexte de l’éducation sanitaire ou de l’éducation à la vie et à la santé familiales. Conclusion : une option satisfaisante à plus long terme.

Pour 

  • Il est probable que les enseignants connaîtront bien le sujet et auront une formation spécifique (sans garantie);
  • Il y aura certainement concordance entre le contenu et les méthodes d’enseignement utilisées, ce qui permettra d’éviter les raccourcis parfois nécessaires dans les approches de l’« injection » ou de la « matière porteuse ».

Contre

  • Le sujet peut se voir assigner un statut très bas et ne pas être considéré comme important, notamment s’il n’est pas examinable ;
  • Des heures supplémentaires doivent être rajoutées à un programme scolaire déjà chargé.  


InfusioIntégration/ injection dans plusieurs matières

L’éducation (sanitaire) basée sur l’acquisition de compétences essentielles pour prévenir le VIH/SIDA est intégrée à un grand nombre ou à la totalité des matières enseignées à l’école. Conclusion : option la moins efficace. (Voir «Les arguments contre l’intégration»)

Pour

  • Une approche de type  « école globale » peut être adoptée ;
  • Utilise des structures déjà en place et est souvent mieux acceptée qu’un cours séparé de FLE ou d’éducation sexuelle ;
  • Un grand nombre d’enseignants sont impliqués — même ceux qui ne traitement normalement pas cette question
  • Fort potentiel de renforcement.

Contre

  • Ces questions peuvent passer au second plan dans les matières concernées ;
  • Les enseignants peuvent avoir des partis pris flagrants quant au contenu et aux méthodes, comme c’est le cas dans la plupart des matières ;
  • Entraîne des coûts très élevés et exige du temps pour mobiliser tous les enseignants et modifier tous les textes ;
  • Certains enseignants ne voient pas le rapport entre ce sujet et leur discipline ;
  • Le potentiel de renforcement se réalise rarement en raison d’autres obstacles.

 

 

Recherche