Zimbabwe

L’UNICEF élargit ses programmes destinés aux enfants touchés par le VIH au Zimbabwe

Image de l'UNICEF
© UNICEF Zimbabwe/2007/ Crowe
Lillian, 13 ans, et ses cousins, sont orphelins. Ils habitent à Goromonzi, (Zimbabwe).

Par James Elder

GOROMONZI DISTRICT, Zimbabwe, 20 juillet 2007 – Il n’est même pas six heures du matin et il fait moins de 10 degrés centigrades mais Lillian, 13 ans, est déjà en  train de puiser de l’eau. Elle a une heure et demie pour rapporter l’eau à sa hutte, ramasser du bois, allumer le feu, faire le petit-déjeuner pour sa famille et, enfin, aller à pied jusqu’à l’école, à un kilomètre de chez elle.

Le père de Lillian est mort en 2004 de complications liées au SIDA. Sa mère, incapable de gérer la situation, a abandonné la famille quelques jours plus tard.

« Mon père a commencé à tousser, et puis il est allé à l’hôpital, se rappelle Lillian. Le docteur a dit qu’il avait la tuberculose. Après sa mort, ma mère s’est réveillée un matin et s’est enfuie. Quand j’ai vu qu’elle n’était plus là, j’ai commencé à pleurer ».

Le fardeau des grands-parents

Après le départ de leur mère, Lillian et ses frères et sœurs sont allés rejoindre leurs six cousins, dont les mères étaient déjà mortes de maladies liées au SIDA. Tout d’un coup, leur grand-mère de 80 ans s’est retrouvée responsable de neuf enfants orphelins.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Zimbabwe/2007/ Crowe
Lillian va à l’école mais affronte bien des problèmes; sa grand-mère s’occupe d’elle, de ses frères et sœurs, et de ses cousins.
« Mes enfants sont tous morts, dit la grand-mère, Mme  Mwale. « Où est-ce que je peux trouver de l’argent pour m’occuper de tous mes petits-enfants ? Les temps sont extrêmement durs ».

Malheureusement, ce que vit Lillian, bien d’autres Zimbabwéennes de son âge le vivent aussi; beaucoup d’enfants sont pris en charge par des grands-parents dont la santé décline. Il y a au moins 1,1 million d’enfants (et peut-être même 1,6 million) qui ont perdu un de leurs parents, ou les deux, à cause du SIDA dans le pays.

« Ma grand-mère s’occupe de nous, dit Lillian en souriant avec bravade, elle nous aime trop, elle nous donne à manger, elle nous fait des couvertures. Mais elle nous rappelle aussi que son corps n’est pas costaud ».

Soutenir les programmes de l’UNICEF

Au Zimbabwe, sur sept adultes qui ont désespérément besoin de médicaments anti-rétroviraux contre l’infection au VIH, six ne peuvent s’en procurer. Pour les enfants qui vivent avec le VIH, la situation est pire encore – un sur seize seulement a accès à ces médicaments qui permettent de vivre plus longtemps. Environ 160 000 enfants du pays vivent avec le VIH et nombre d’entre eux ont aussi perdu leurs parents à cause de la maladie.

Dans le cadre du Plan d’action national (NPA) du Gouvernement du Zimbabwe pour les orphelins et enfants vulnérables, l’UNICEF a lancé un programme massif visant à améliorer la santé, l’éducation, la protection et la nutrition des orphelins et enfants vulnérables du pays.

Ces dernières années, l’UNICEF a considérablement augmenté – de 50 000 enfants à 500 000 environ – la portée de ses programmes d’aide aux orphelins du Zimbabwe. Cela a pu se faire grâce au soutien du Ministère du développement international du Royaume-Uni et des Gouvernements de Suède, Nouvelle-Zélande, Allemagne et Australie.

Cette action massive porte sur plusieurs éléments, de l’amélioration de la scolarisation des enfants orphelins à l’enregistrement de leur naissance en passant par la mise en place de programmes de nutrition à l’école ainsi que l’amélioration de l’accès aux services de santé et aux moyens d’assainissement.

« Les familles et enfants comme Lillian affrontent une nouvelle période d’épreuves », a dit le Représentant de l’UNICEF au Zimbabwe Dr Festo Kavishe. « La façon dont ils s’entraident est très émouvante; 95 pour cent des orphelins du pays continuent de vivre avec leur famille élargie. Mais cela ne pas doit pas dissimuler leurs souffrances ni affranchir la communauté mondiale de ses responsabilités ».


 

 

Vidéo (en anglais)

20 juillet 2007 : Sarah Crowe, correspondante de l’UNICEF, présente la situation des enfants dont les parents sont morts du SIDA au Zimbabwe.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche