Afrique de l'Ouest et Afrique centrale

La crise alimentaire menace aussi les voisins du Niger

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ05-1280/Radhika Chalasani
Dans le village de Tsake, près de Maradi, une femme participe à une distribution de millet, un produit de base dans l’alimentation au Niger.

Par Bob Coen

NEW YORK, 19 août 2005 – Alors que, dans les médias internationaux, se dissipent les images dérangeantes du Niger, avec des enfants affamés, une crise identique est peut-être sur le point d’éclater dans d’autres pays du Sahel – cette vaste région de l’Ouest africain, victime de la sécheresse, qui se trouve à la lisière du désert du Sahara.

Les particuliers et les gouvernements, ont réagi avec générosité à la crise alimentaire au Niger permettant à L'UNICEF d’aider les enfants de ce pays dans les prochains mois dans leur lutte pour la vie.

Mais le Niger n’est pas le seul pays affecté par la crise alimentaire, toute la région du Sahel est susceptible de subir des pénuries alimentaires à répétition.

Mme Rima Salah, Directrice générale adjointe de l’UNICEF, vient de rentrer d’une tournée d’évaluation au Niger et au Burkina Faso. « La crise qui frappe l’Afrique de l’Ouest, en particulier les pays du Sahel, ne frappe pas le seul Niger, mais tous les pays qui l’entourent, y compris le Mali, le Burkina Faso et le Nigéria », a-t-elle déclaré.

On a déjà identifié quatre secteurs du Burkina Faso, qui présentent un risque immédiat de pénurie alimentaire. La Mauritanie pourrait, elle aussi, être touchée.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ05-1281/Radhika Chalasani
L’UNICEF a acheté des céréales par l’intermédiaire d’une « banque céréalière » et approvisionne les villageois à des prix fortement subventionnés.

Suivi de la situation

Rainer Gross, le Responsable de la nutrition à l’UNICEF, précise que l’organisation suit de près la situation dans la région. « Il est sûr que le problème ne se pose pas uniquement pour le Niger. C’est là qu’il a surgi en premier mais il est à craindre que des régions dans les pays voisins ne se retrouvent dans une position semblable.

« Je suis certain que la communauté des donateurs est au courant et qu’une aide immédiate serait fournie en cas de nécessité ».
Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies prévient de son côté qu’une crise alimentaire est possible dans la région et qu’elle pourrait toucher plus de quatre millions de personnes.

Facteurs affectant la survie de l’enfant

Alors que les organisations internationales prennent des mesures pour prévenir une crise semblable à celle du Niger qui surviendrait dans d’autres pays, l’UNICEF attire également l’attention sur des problèmes plus vastes.

Mme Rima Salah souligne que des mères qui ne savent pas lire ou écrire apprennent et utilisent difficilement les bonnes pratiques de soins pour leurs enfants – ce qui a une incidence directe sur la survie des enfants, en particulier dans les périodes de crise. Des études indiquent que les taux de mortalité sont plus faibles chez les enfants nés d’une mère ayant bénéficié d’une éducation. La pauvreté est un autre facteur majeur rendant à long terme la région vulnérable aux crises.

Si on n’agit pas pour résoudre ces problèmes plus vastes, « nous aurons toujours des pénuries alimentaires dans les pays du Sahel », dit Mme Salah.


 

 

Vidéo (en anglais)


22 août 2005 :
La Directrice générale adjointe de l’UNICEF, Mme Rima Salah, débat de la menace de crise alimentaire au niveau de la région, au Sahel.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

22 août 2005 :
Mme Rima Salah, Directrice générale adjointe de l’UNICEF, et Rainer Gross, le Responsable de la nutrition, donnent les toutes dernières informations sur la famine qui a frappé la région du Niger et des secteurs voisins.

Recherche