En bref : Viet Nam

Au Viêt Nam, une Journée des micronutriments contre la « faim cachée »

Par Sandra Bisin

BINH THANH TRUNG, Viêt Nam, 11 avril 2012 – Il est sept heures et  le centre de santé de la commune de Binh Thanh Trung  bruisse d’animation. C'est aujourd'hui la Journée des micronutriments et plus de 700 enfants devraient y participer.

VIDÉO (en anglais): 12 mars 2012 – Chris Niles, correspondante de l’UNICEF, présente la Journée des micronutriments au Viêt Nam.  Regarder dans RealPlayer

 

Dang Phuong Thuy, 3 ans,  est venu tôt avec sa grand-mère, Mme Nguyen Thi Kim Huyen.

« Je veux m'assurer que Thuy grandira en bonne santé. J'essaie de lui donner des aliments nutritifs, non seulement du riz et des légumes, mais aussi de la viande, des oeufs et du poisson. Mais c’est cher et j’ai du mal à  joindre les deux bouts », affirme  Mme Nguyen.

Une faim cachée

La malnutrition chez les enfants demeure un phénomène commun au Viêt Nam. Un enfant de moins de 5 ans sur trois souffre d’un retard de croissance, un chiffre qui témoigne de la pénurie de services de santé et de nutrition pour les femmes et les jeunes enfants. Le Viêt Nam est l'un des 24 pays où l’on trouve les 80 pour cent d'enfants souffrant d’un retard de croissance dans le monde.

Et dans la province de Dong Thap, dans le delta du Mékong, l'anémie est élevée chez les femmes enceintes, ce qui accroît leur risque de décès pendant l'accouchement et fait courir à leur bébé le risque d’avoir un faible poids de naissance et de voir leur croissance compromise.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Viêt Nam/2012/Blewett
Dang Phuong Thuy, 3 ans, a reçu des suppléments de micronutriments et bénéficié d’un contrôle de croissance lors de la Journée des micronutriments à Binh Thanh Trung, Viêt Nam.

La carence en vitamine A peut nuire à la vision de l'enfant et compromettre son système immunitaire. « Si les enfants n’ont pas suffisamment de  vitamine A, leur capacité à résister aux maladies comme la diarrhée, la rougeole et les infections respiratoires aiguës est très amoindrie », explique Roger Mathisen, Spécialiste de la nutrition de l’UNICEF au Viêt Nam. « Le risque que ces enfants affectés par une carence en vitamine A meurent d’une de ces maladies est de 23 pour cent plus élevé ».
 
Ces vitamines et minéraux sont nécessaires en quantités minuscules, mais leur absence peut avoir des effets dévastateurs. Les carences en micronutriments, cependant, n'ont souvent pas de signes avant-coureurs visibles, causant ainsi une « faim cachée » qui a des effets dévastateurs.

Les Journées des micronutriments ciblent les carences

Chaque année, deux séries de Journées des micronutriments sont menées au Viêt Nam, avec le soutien de l'UNICEF.  Cette série comprend la distribution de suppléments de vitamine A à tous les enfants âgés de 6 à 36 mois au niveau national, et à  tous les enfants jusqu'à l’âge de 59 mois dans les provinces et districts les plus défavorisés.

« La supplémentation en vitamine A est un service clé, car elle stimule vraiment le système immunitaire de l'enfant, tout comme le lait maternel », rappelle M. Mathisen.

Ces Journées comprennent également un suivi de la croissance des enfants, et de la supplémentation en fer et acide folique pour les femmes enceintes.

Ce matin, dans le cadre des activités de la Journée des micronutriments à Binh Thanh Trung, des séances ont été organisées pour enseigner aux personnes qui s’occupent d’enfants comment cuisiner des repas nutritifs pour les jeunes enfants, en utilisant des aliments disponibles localement. La grand-mère de Thuy était l’une des agents de santé bénévoles du village. Elle a été formée récemment et elle a animé la séance du matin.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Viêt Nam/2012/Blewett
Au Viêt Nam, un enfant reçoit une dose de Vitamine A au centre de santé de Binh Thanh Trung.

« Je suis heureuse de pouvoir contribuer à l'amélioration de la santé des enfants dans ma communauté par le biais de ces séances d'éducation nutritionnelle », dit Mme Nguyen. « Nous luttons contre un grand nombre de mythes et d’idées fausses dans ce domaine des repas nutritifs pour les enfants de moins de 5 ans. Par exemple, certaines mères croient que la graisse ou l'huile peuvent provoquer la diarrhée. Alors, nous les encourageons spécifiquement à s’en servir lors de la préparation des repas. Il y a d’autres tabous alimentaires : les mères n’ont pas l’habitude d’ajouter des feuilles vertes lors de la cuisson des aliments pour bébés, alors que ce sont de bonnes sources de vitamine A dans notre communauté ! »

Soutien aux infrastructures de santé

Pour promouvoir la santé de l'enfant à long terme, l'UNICEF soutient l'amélioration du système de soins de santé.

L'UNICEF soutient les centres de santé communaux de Dong Thap, et d'autres provinces, en veillant à ce que les services de santé de base de qualité soient  disponibles pour les communautés locales. Cela comprend  non seulement la supplémentation en micronutriments, mais également les soins prénatals de routine pour les femmes enceintes, les vaccinations, le suivi de la croissance, l’éducation en matière de santé et de nutrition sur des sujets tels que l'allaitement au sein et l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant, et la prévention du VIH et du SIDA.

Des équipements de santé essentiels ont été fournis pour améliorer la qualité de ces services.

Et l'UNICEF soutient  une série de sessions de formation à destination des agents de santé, en se concentrant sur les soins prénatals et néonatals ; les conseils en matière d’allaitement maternel ; la prévention de l'anémie et son contrôle ; la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant et la prise en charge des maladies de l’enfance.


 

 

Recherche