En bref : Viet Nam

Lors d'une conférence au Vietnam, les gouvernements, les donateurs et l'ONU s'engagent en faveur d' « Une ONU : tous unis dans l'action»

Image de l'UNICEF
© UNICEF Viet Nam/2010/Doan Bao Chau
La Secrétaire générale adjointe de l'ONU le Dr. Asha-Rose Migiro échange une poignée de main avec le Ministre vietnamien du plan de l'investissement, Vo Hong Phuc, lors de la conférence d'Hanoï consacrée à « Une ONU : tous unis dans l'action ».

HANOÏ, Vietnam, 17 juin 2010 - « Beaucoup a été réalisé, davantage doit être accompli. « Une ONU : tous unis dans l'action » représente l'avenir des activités de développement de l'ONU. »

Ainsi s'est conclue la déclaration faite par les représentants des gouvernements et des Nations Unies lors d'une réunion internationale de trois jours sur la réforme de l'ONU et qui s'est achevée hier à Hanoï.

L'évènement a réuni plus de 260 participants dont les représentants de pays-pilotes utilisant l'approche « Une ONU : tous unis dans l'action », ceux des pays qui ont financé et appuyé le processus de réforme de l'ONU ainsi que des délégués de l'ONU, ceux de diverses organisations internationales et missions diplomatiques se trouvant au Vietnam.

Une approche coordonnée
L'ONU a lancé « Une ONU : tous unis dans l'action » en 2007 afin de répondre aux défis mondiaux et d'assurer une assistance au développement mieux coordonnée dans les huit pays qui se sont portés volontaires pour mener une expérience pilote : l'Albanie, le Cap-Vert, le Mozambique, le Pakistan, le Rwanda, la Tanzanie, l'Uruguay et le Vietnam.

Ensemble avec l'organisation mondiale, ils sont en train d'expérimenter des nouvelles façons d'améliorer l'impact de l'ONU grâce à des programmes plus cohérents et à accélérer la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d'ici l'échéance 2015.

« Les pays pilotes ouvrent la voie à la mise en œuvre au niveau national de l'idée d'un système de l'ONU, » a dit la Secrétaire générale adjointe de l'ONU, le Dr Rose-Asha Migiro. « Une grande partie des changements qui ont réussi doivent être institutionnalisés pour pouvoir être durables. »

Les participants à cette conférence sont finalement parvenus à la « Déclaration de Hanoï » qui définit des moyens clairs de parvenir à « Une ONU » et réaffirme que les façons anciennes d'opérer ne peuvent plus être retenues.

La déclaration demande au système de l'ONU d'institutionnaliser les dispositifs d'opération et de gestion qui améliorent le rendement et l'efficacité. Elle demande aussi instamment aux donateurs d'assurer sur plusieurs années aux pays un financement prévisible et non-affecté afin de faire de « Une ONU » une méthode crédible et applicable en faveur des activités de développement à venir au niveau mondial.

Passer du l'idée aux l'actes
Les cinq éléments de base de « Une ONU » – un plan, un financement, un ensemble de pratiques de gestion au sein d'une seule institution, un dirigeant et une voix – ont été discutés le 15 juin lors d'ateliers de travail thématiques parallèles avec, à l'esprit, l'amélioration de leur mise en oeuvre au niveau national.

« Les huit pays pilotes sont entrés dans l'histoire parce que ce que nous avons commencé a en fait pris racine, » a dit le Représentant de l'UNICEF au Vietnam, Jesper Morch. « Nous nous trouvons aujourd'hui, en terme de temps, à un point, crucial, où nous devons aller plus loin et faire la preuve de la durabilité du processus. Ce n'est pas quelque chose qui peut être fait seulement par l'ONU. La capacité de gouverner par le pays et pour le pays sont absolument fondamentale ainsi qu'un cadre de référence pour les donateurs. »

Jesper Morch a ajouté : « Au Vietnam, les donateurs ont été utiles pour la conception de « Une ONU ». Il s'y sont impliqués dès le premier jour et on joué un rôle loyal à travers ce qu'ils revendiquaient et désiraient, assurant également un apport de financement non négligeable. L'ONU a besoin de traduire cette vision en actes, de passer à l'étape qui va au-delà du processus et de montrer des résultats palpables à tous. »

Efficacité et résultats
La Déclaration de Hanoï a été complétée par une déclaration de clôture émanant des pays donateurs.

« Les donateurs sont reconnaissants de la façon dont les pays de « Une ONU » ont montré que ce que pouvait être fait par le pays et pour le pays et se tiennent prêts à répondre aux demandes des gouvernements pour se consacrer au programme de « Une ONU » » a déclaré l'Ambassadeur Jostein Leiro, Directeur général adjoint du ministère norvégien des Affaires étrangères.

Le succès de la conférence de Hanoï contribuera aux efforts faits en vue d'améliorer l'efficacité opérationnelle de l'ONU, en ligne avec les résolutions de l'Assemblée générale sur une cohérence d'ensemble de l'organisation. Les résultats de la réunion apportent également une quantité d'informations non négligeables en faveur d'une évaluation indépendante de « Une ONU » prévue pour l'année prochaine.

« Une réforme est toujours un long et difficile processus qui exige de la persévérance et un profond engagement et des efforts de tous les pays ainsi que de la part de l'ONU dans son ensemble, » a affirmé Nguyen Tan Dung, le Premler ministre vietnamien lors de la journée finale de la conférence.

« La chose la plus importante, » a-t-il ajouté, « est que la réussite de la réforme apportera à coup sûr d'énormes avantages en faveur de la réalisation des objectifs de développement national et de l'amélioration des vies des populations. Ainsi, je suis persuadé que, avec l'engagement des parties prenantes, « Une ONU » produira les résultats escomptés en terme de développement. »


 

 

Recherche