Ouzbékistan

En Ouzbékistan, la première campagne contre la polio en huit ans a pour objectif d’atteindre trois millions d’enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Myasnikov
Une jeune mère aide son enfant à recevoir un vaccin oral contre la polio lors de la première campagne nationale antipolio organisée en Ouzbékistan en plus de huit ans.

Par Savita Varde-Naqvi

TACHKENT, Ouzbékistan, 18 mai 2010 – Les autorités sanitaires ouzbèkes s’efforcent de faire échec à la polio, alors qu’une récente flambée épidémique s’est produite dans le Tadjikistan voisin. Près de trois millions d’enfants de moins de cinq ans sont visés par la première campagne nationale contre la polio organisée en Ouzbékistan depuis que le pays a été déclaré libéré de la polio en 2002.

La première des deux séries de journées de la campagne nationale de vaccination a été lancée hier à Tachkent, la capitale ouzbèke. Cette campagne a été lancée conjointement par l’UNICEF, le ministère ouzbèke de la Santé et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Ce lancement a donné lieu à de nombreuses activités.

Une flambée épidémique de l’autre côté de la frontière

Le Représentant de l’UNICEF en Ouzbékistan, Jean-Michel Delmotte, a salué l’action de milliers d’agents de santé, qui ont pour mission de prévenir la pénétration du virus de la polio en Ouzbékistan.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Myasnikov
Halima avec ses filles Munisa, 10 mois, et Hanifa, 3 ans, qu’elle a amenées au dispensaire du village de Hassanbey, à la périphérie de Tachkent, la capitale ouzbèke, pour qu’elles y soient vaccinées contre la polio.

« Nous sommes tous en première ligne dans cette campagne, » a-t-il déclaré, ajoutant que les parents et les communautés devaient faire en sorte que « chaque enfant soit vacciné lors des journées de cette campagne. »

La flambée épidémique de polio au Tadjikistan, qui a commencé le mois dernier, a progressé rapidement, prenant les gens par surprise. Avec le soutien de l’UNICEF et de l’OMS, le Gouvernement ouzbèke a vite décidé d’entreprendre une campagne massive de vaccination. Un Groupe de travail contre la polio a été créé pour examiner les achats de vaccin, les questions opérationnelles, la formation des vaccinateurs et d’autres aspects essentiels de la campagne.

« Il y a un mois, nous n’aurions jamais pensé qu’une campagne nationale contre la polio serait nécessaire dans notre pays, » a dit le Dr Dilorom Tursunova, Responsable du Programme élargi de vaccination et un élément moteur de cette campagne nationale.

Un pays mobilisé

En partenariat avec le Rotary International et l’US Agency for International Development, l’UNICEF assure l’approvisionnement de 6,6 millions de doses de vaccin oral antipolio, pour les deux séries de vaccination de ce mois-ci et du mois prochain en Ouzbékistan. L’UNICEF a aidé également le Ministère de la santé à produire des milliers de banderoles, d’affiches et de brochures afin d’accroître la sensibilisation des familles ouzbèkes à cette campagne. Avec des taux d’alphabétisation proches de 100 pour cent dans tout le pays, il est important de disposer d’un tel matériel.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Myasnikov
Le Représentant de l’UNICEF en Ouzbékistan, Jean-Michel Delmotte (le second à partir de la gauche) et le Représentant de l’Organisation mondiale de la Santé, Michel Tailhades (à l’extrême gauche) examinent les plans de vaccination, suite au lancement de la première campagne contre la polio organisée depuis huit ans en Ouzbékistan.

Dilfuza Ibragimova, médecin chef de l’une des cliniques de Tachkent, a dit qu’elle préparait ses plans de manière à ce qu’ils soient prêts avant que ne commence la première série de vaccinations.

« Nous avons un objectif global de 2000 enfants pour le périmètre couvert par notre clinique et de 800 enfants supplémentaires dans les cinq jardins d’enfants situés à proximité; » a-t-elle indiqué. En préalable à la campagne, 16 infirmiers ou infirmières « de patronage » venant de la clinique du Dr Ibragimova, se sont rendus dans les familles des enfants et ont convenu du moment de la vaccination.

Faire passer le mot d’ordre et diffuser le vaccin

Dans tout le pays, des milliers de ces infirmiers et infirmières ont rejoint plus de 10 000 vaccinateurs ayant bénéficié d’une formation et quelque 9 000 médecins afin d’aider à la campagne nationale des Journées de vaccination. Des agents de santé vont mener des actions de sensibilisation et effectuer des visites à domicile dans les secteurs reculés dans le but de vacciner tous les enfants en même temps.

Dans le dispensaire du village de Hassanbey, à la périphérie de Tachkent, l’un des nombreux point de vaccination lors de la campagne contre la polio, Munisa, 10 mois, est venue pour les deux gouttes de vaccin en compagnie de sa sœur Hanifa, trois ans. Leur mère, Halima, indique qu’elle a eu connaissance de la campagne antipolio grâce aux infirmiers locaux des patronages.

« Je sais à présent que mes enfants sont à l’abri de la polio; » a-t-elle dit.


 

 

Recherche