Ouzbékistan

En Ouzbékistan, amélioration pour les soins aux mères et aux nouveaux-nés

Image de l'UNICEF
© UNICEF 2009/Degen
Maftuna Yakubova et le bébé dont elle vient d'accoucher à la maternité du centre périnatal de Ferghana, à l'est de l'Ouzbékistan.

Par Guy Degen

FERGHANA, Ouzbékistan, 4 mai 2009 - Maftuna Yakubova est fière du bébé qu'elle vient de mettre au monde à la maternité du centre périnatal de Ferghana, à l'est de l'Ouzbékistan.  

VIDÉO : regarder maintenant

Lorsque Maftuna Yakubova, 26 ans, y a accouché de son premier enfant voici cinq ans, elle dit qu'on lui avait fait, sans explication, de nombreuses piqûres. Cette mère affirme qu'il avait été douloureux d'accoucher étendue sur un lit et qu'elle ne savait pas qu'elle pouvait allaiter au sein son enfant immédiatement après sa naissance.

« Cette fois, ma famille était à proximité, un proche m'a aidée et j'ai apprécié l'utilisation d'une chaise d'accouchement pour mettre au monde mon enfant, »  déclare Maftuna Yakubova.

En Ouzbékistan, un État qui est toujours en phase de transition à la suite de sa séparation d'avec l'Union Soviétique, des progrès ont été réalisés dans le domaine de la santé maternelle et du nouveau-né mais la mortalité infantile demeure élevée. 

Normes internationales
Grâce à un programme d'un montant de 6 millions de dollars destiné à améliorer la santé de la mère et de l'enfant, l'UNICEF et la Commission européenne collaborent actuellement avec le gouvernement pour permettre aux hôpitaux d'Ouzbékistan et aux professionnels de la santé d'atteindre des normes internationales modernes en matière de soins à la mère et au nouveau-né.

Dans le même centre où a accouché Maftuna Yakubova, le visage d'Umida  Makhmudova montre à la fois la fatigue qu'elle éprouve à se remettre d'une césarienne et la joie d'allaiter au sein pour la première fois.

La fillette qu'elle vient de mettre au monde bénéficie du contact direct peau à peau après la naissance, une pratique récemment introduite dans les hôpitaux ouzbeks.

Image de l'UNICEF
© UNICEF 2009/Degen
L'UNICEF et la Commission européenne collaborent avec le gouvernement pour permettre d'améliorer les normes relatives aux soins apportés aux nouveaux-nés dans les hôpitaux d'Ouzbékistan.

Umida Makhmudova dit qu'elle appellera sa fille Durzoda, ce qui veut dire « perle », car elle a auparavant subi deux fausses couches. Compte tenu de la façon dont les médecins ont pris soin d'elle et lui ont expliqué comment ils pouvaient gérer les complications lors de l'accouchement, elle était sûre que sa dernière grossesse parviendrait à terme – et c'est ce qui est arrivé.

« Dans cet hôpital, mon médecin m'a donné des conseils avant même que je devienne enceinte, » affirme Umida Makhmudova. « Ensuite, elle a surveillé mon évolution tout au long de ma grossesse. »

Formés pour sauver des vies
Dans tout l'Ouzbékistan, 12 000 professionnels de la santé sont en train de recevoir une formation dans le domaine des soins au nouveau-né et de la survie de l'enfant.

Parallèlement à la mise en place de 17 nouveaux centres de formation, des experts internationaux y partagent leurs connaissances avec des pédiatres confirmés, des obstétriciens et des spécialistes des soins néonatals. 

Dans la région qui entoure la capitale, Tachkent, le Dr Malika Usmanova coordonne les séminaires de formation à la santé de la mère et de l'enfant. Au fur et à mesure que le programme avance, les médecins, les infirmières et les sages-femmes des hôpitaux régionaux sont de mieux en mieux formés et ils seront plus qualifiés pour faire face à d’éventuelles complications lors des accouchements. En conséquence, ils peuvent sauver davantage de vies.

« En Ouzbékistan, nous avons toujours des régions où les techniques modernes ne sont pas utilisées. Il est donc important d'échanger nos expériences, » note le Dr Usmanova.

Aider les hôpitaux à maintenir des statistiques précises selon les critères de l'Organisation mondiale de la Santé sur les naissances vivantes et les causes de décès des nouveaux-nés permettra aussi aux services de santé de l'Ouzbékistan de préparer l'avenir. L'UNICEF et la Commission européenne ont la certitude que ces mesures à faible coût fondées sur des expériences probantes auront un impact important sur les soins maternels aussi bien que sur la survie du nouveau-né et du jeune enfant en Ouzbékistan.


 

 

Vidéo (en anglais)

Le reportage du correspondant de l'UNICEF Guy Degen sur les programmes destinés à améliorer la santé maternelle en Ouzbékistan.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Liens

Santé maternelle

Sit web de la Commission européenne
(Lien externe, s'ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Recherche