Ouzbékistan

Inquiétudes pour les enfants, suite au conflit civil

Image de l'UNICEF
Cette carte ne reflètent pas une position de l'UNICEF sur le statut légal des pays et territoires représentés ou sur la délimitation de leurs frontières.

Par Kun Li

ANDIJAN, Ouzbékistan, 16 mai 2005 – Les écoles sont fermées aujourd’hui à Andijan, la quatrième plus grande ville d’Ouzbékistan, en raison des violences qui se sont produites lorsque les troupes ont dispersé vendredi une manifestation par la force. Dans cette crise, la première priorité de l’UNICEF est la sécurité et le bien-être des enfants.

« Nous sommes préoccupés par la sécurité des enfants, et aussi par les dégâts qu’ont subis leurs écoles, les services sociaux et les centres de soins. Nous craignons aussi qu'on puisse manquer actuellement, sur le terrain, de services d’urgence », a déclaré le représentant de l’UNICEF en Ouzbékistan, Reza Hossaini. « Nous espérons que les deux parties veilleront à laisser les enfants en dehors du conflit  ».

L’organisation a préparé des fournitures médicales d’urgence, qui sont prêtes à être expédiées à Andijan si une aide est sollicitée.

L’effusion de sang a commencé lorsque des hommes armés ont pris d’assaut une prison locale afin de libérer une vingtaine de 20 détenus. Des milliers de personnes avaient manifesté contre leur procès. Plusieurs milliers de prisonniers ont fini par s’échapper lors d’une évasion massive.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/SWZK00313/UNICEF Tashkent
Des enfants dans la vallée de la Ferghana, en Ouzbékistan.

Ces hommes armés se sont ensuite emparés de divers bâtiments publics, alors qu’une foule d’environ 5 000 partisans manifestaient à l’extérieur des locaux de l’administration régionale. Toutefois, depuis samedi, le gouvernement a repris le contrôle de la ville. «Durant la journée, la ville est calme. Mais, la nuit, vous pouvez encore entendre des coups de feu », a déclaré M. Hossaini.

On estime qu’au cours des troubles il a été fait main basse, dans la prison, sur d’importantes quantités d'armes et de munitions et que ces armes se trouvent à présent entre les mains des rebelles. Andijan connaît  à présent une pénurie alimentaire, et un bon nombre de personnes ont déjà commencé à stocker des vivres.

L’UNICEF indique qu’environ 550 personnes ont réussi à franchir la frontière du Kirghizistan voisin, dont environ 80 femmes et une douzaine d’enfants. Conjointement avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, l’UNICEF a déjà commencé à approvisionner les réfugiés en fournitures d’urgence.

Outre la sûreté et la sécurité des enfants, l’UNICEF a pour priorité d’assurer aux enfants un accès approprié à un appui médical et psychosocial.


 

 

Audio

16 mai 2005 :
Le Représentant de l’UNICEF en Ouzbékistan Reza Hossaini déclare que la sécurité et le bien-être des enfants constituent la première priorité de l’UNICEF.
Recherche