En bref : États-Unis d'Amérique

Podcast #54 : Pourquoi éduquer une fille ?

« Au-delà des livres d’école » – une série de podcasts sur l’éducation en situation d’urgence

Image de l'UNICEF
© Ouganda/2012/Rendina, Rudavsky
“Éduquer une fille” s’intéresse à la vie des filles au Népal et en Ouganda, comme Mercy qui a six ans et va à l’école pour la première fois.

Par Pi James

NEW YORK, États-Unis, 5 mars 2012 – Des progrès significatifs ont été accomplis pour apporter une éducation à tous, cependant, selon l’UNESCO, on estime que 67 millions d’enfants ne peuvent toujours pas aller à l’école, dont plus de la moitié sont des filles.

Dix ans après le lancement de l’Initiative des Nations Unies pour l’éducation des filles (UNGEI) en 2000 pour garantir le droit à l’éducation et l'égalité entre les sexes pour tous les enfants, les réalisateurs de film Frederick Rendina and Oren Rudavsky se sont rendus au Népal et en Ouganda pour réaliser un documentaire sur la vie des filles à la recherche d'un enseignement au beau milieu de la pauvreté et des lendemains de conflit.

Cela a débouché sur un film documentaire “Éduquer une fille”, soutenu par l’UNGEI, qui dresse le portrait inspiré de jeunes filles déterminées à construire leur vie et à suivre leurs rêves malgré un environnement des plus difficiles.

En préparation d’une projection spéciale du film à l’Université Columbia à l’occasion de la Journée internationale de la femme, le 8 mars, l’animatrice de podcasts de l’UNICEF, Femi Oke, s’est entretenue avec les deux réalisateurs sur la réalisation de ce documentaire et de leurs périples pour découvrir pourquoi faut-il éduquer une fille.

Image de l'UNICEF
© UNICEF États-Unis/2012/Vojvoda
Les réalisateurs Frederick Rendina (à gauche) et Oren Rudavsky (au centre) s’entretiennent avec l’animatrice de podcasts de l’UNICEF, Femi Oke, à propos de leur film documentaire « Éduquer une fille ».

Dépasser les stéréotypes

 Oren Rudavsky a declaré qu’ils voulaient faire un film qui dépasse les stereotypes, mettant simplement en valeur des gens qui ont un histoire à raconter.

« Nous voulions faire un film que tout un chacun serait capable de raconteur après l’avoir vu », a-t-il dit.

« Ce qui m’a le plus impressionné, et ému c’était ces jeunes filles que j’ai rencontrées qui sont si délicieusement belles et brillantes, et si désireuses d’apprendre. [C’est] l’endroit où elles sont qui fait barrière », a-t-il ajouté.

Des changements graduels

Frederick Rendina  a expliqué que le film soulignait l’importance d’un changement à long terme, débutant au niveau des communautés grâce au travail des organisations de base.

« Il y a tellement de niveaux différents à opérer pour parvenir au changement. Probablement que le changement le plus important est de faire évoluer les mentalités masculines », a-t-il exprimé.

« Vous changez petit à petit, mais je pense que ma plus grande leçon en tournant ce film aura été de voir que des objectifs considérables, comme les Objectifs du Millénaire pour le développement, peuvent être atteints. Qu’on peut en fait les réaliser ».

Oren Rudavsky a acquiescé, ajoutant qu’« il était important de garder à l’esprit  que l’on commence un long chemin. Un message important a été inculqué dans l’esprit des femmes et des hommes, mais cela va demander plus qu’un effort ponctuel, il faudra un effort constant, dans la durée ».

La projection spéciale de « Éduquer une fille » aura lieu au collège des enseignants de l’Université Columbia à New York, le jeudi 8 mars à 18h00. Le documentaire peut être également visionné en ligne sur viewchange.org. Pour de plus amples informations, merci de visite rles sites www.ungei.org et www.toeducateagirl.com.


 

 

Audio (en anglais)

27 février 2012 : l'animatrice de podcasts de l'UNICEF, Femi Oke, s'entretient avec avec les réalisateurs Frederick Rendina et Oren Rudavsky à propos de leur documentaire et de leurs périples au Népal et en Ouganda qui leur a permis de découvrir : Pourquoi éduquer une fille ?
 AUDIO : écouter

Recherche